Saint-Jean dévoile sa vision du futur centre-ville

Valérie Legault vlegault@canadafrancais.com

Saint-Jean dévoile sa vision du futur centre-ville
Quatre-vingts personnes ont participé à la soirée portes ouvertes au Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean au sujet du plan particulier d'urbanisme du centre-ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. (Photo : (Photo Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau))

Dix ans après l’adoption du plan particulier d’urbanisme (PPU) du Vieux-Saint-Jean et du Vieux-Iberville, voilà venu le temps de refaire l’exercice. Le premier était axé sur de grosses interventions dans le domaine public. Celui-ci veut créer des milieux de vie qui colleront aux besoins des citoyens. Ils ont été invités à découvrir la démarche, le 20 septembre dernier, au Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean.

Bien des choses ont changé dans le centre-ville depuis une décennie. Le réaménagement des entrées nord et sud du Vieux-Saint-Jean, l’ouverture du Domaine Trinity, la construction du pont Gouin et le réaménagement de l’intersection de la 1re Rue et de la 5e Avenue en sont des exemples.

Avant ça, le centre-ville affichait un taux de vacance des locaux commerciaux de 45%, rappelle Sophie Latour, cheffe de la Division du développement économique à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. « Aujourd’hui, nous faisons face à plusieurs enjeux tels que l’accès au logement, la densification du territoire et la mobilité à vélo, par exemple. Le plan particulier d’urbanisme est un bel outil pour nous donner des ailes pour les dix prochaines années », souligne-t-elle.

Étendu

Le futur PPU va bien au-delà du centre-ville tel que nous le connaissons. Il s’étend jusqu’aux Halles St-Jean, au Centre-de-Plein-Air-Ronald-Beauregard et au Domaine Trinity. « Ce sont des environnements avec des caractéristiques vraiment différentes où il est possible de créer des milieux de vie et améliorer l’espace urbain », croit Julie Lafrance, directrice du Service de l’urbanisme de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Par exemple, le secteur des Halles comprend beaucoup de terrains sous-utilisés. C’est pourquoi il fait partie d’un secteur de développement en transition, mais la densification ne se fera pas du jour au lendemain, prévient-elle.

Même chose pour le pôle récréosportif qui englobe l’aréna municipal et le parc de planche à roulettes. La Ville est déjà propriétaire de plusieurs installations. La palestre, qui abrite le Service des approvisionnements, pourrait un jour devenir vacante avec la création d’un nouveau complexe municipal. Pourrait-on redonner une vocation sportive à cette ancienne piscine intérieure? « Nous sommes encore à 10 000 pieds dans les airs pour observer notre terrain de jeu, illustre Julie Lafrance. Nous avons encore du temps pour décider. »

Rivière

S’il y a une demande qui revient souvent chez les citoyens, c’est bien l’accès à la rivière. D’où la volonté de la Ville d’inclure le parc du Centre-de-Plein-Air-Ronald-Beauregard à son nouveau PPU. Julie Lafrance souligne aussi la valeur du tissu urbain du centre-ville qu’on ne retrouve pas ailleurs sur le territoire. « Nous voulons conserver la signature et l’identité du Vieux-Saint-Jean, reconnu comme un ancien secteur ouvrier, et du Vieux-Iberville, dont l’architecture rappelle le noyau villageois », dit-elle. En même temps, le Vieux-Saint-Jean doit demeurer une destination de choix avec ses commerces, ses événements et ses attractions.

Quatre-vingts personnes ont participé à la soirée portes ouvertes. Plusieurs ont commenté les cinq pôles de développement du PPU à même les panneaux d’interprétation installés dans la salle. Il est possible de contribuer en ligne à la démarche jusqu’au 5 octobre, à l’adresse imagine.sjsr.ca/centre-ville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jacques Veilleux
Jacques Veilleux
8 mois

La ville 15 minutes…