Dans la caverne d’Ali Baba du livre usagé

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
Dans la caverne d’Ali Baba du livre usagé
Léopold Charland classe avec une minutie peu commune les titres qui garnissent ses étagères. Un vrai travail de moine! (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Léopold Charland connaît le Centre du livre usagé comme le fond de sa poche. Normal, il y consacre tout son temps depuis trois ans. Le frère mariste vous accueille dans sa caverne d’Ali Baba de 20 000 ouvrages comme si c’était chez lui. Suivez le guide!

Les livres n’ont plus de secrets pour Léopold Charland. «Les gens pensent que j’ai tout lu! Quand ils sont bien classés, ils sont très faciles à trouver», justifie-t-il. La classification a de quoi impressionner. On y voit le résultat d’un véritable travail de moine.

«La première année, j’étais ici sept jours par semaine, 11 heures par jour, même le soir, décrit-il. J’ai ajouté des tablettes et j’ai affiché les prix sur le dos de chaque livre. Ils sont tous classés par ordre alphabétique d’auteur et de titre. Lorsque c’est possible, je les place même par ordre de grandeur.»

Il faut être un vrai rat de bibliothèque pour y passer autant de temps. En revanche, Léopold Charland ne se serait jamais passé du contact avec le public. L’ancien enseignant de français a passé sa vie entouré de gens, que ce soit dans sa classe de français, à La Tuque, ou au pensionnat de l’école secondaire Marcellin-Champagnat, qu’il a géré de 1979 à 1985. Il a assuré la fonction de bibliothécaire de l’école jusqu’à sa retraite du monde de l’enseignement, en 2001.

Roman policier

«Deux catégories de gens viennent ici. Il y a ceux qui n’aiment pas chercher et les autres qui y mettent du temps. Quand je les vois chercher avec leur petit papier, je leur demande ce qu’ils veulent. Je peux tout de suite leur dire si j’ai ce qu’ils désirent ou pas», dit-il.

Le roman policier demeure le champion toutes catégories confondues. La littérature fantastique et de science-fiction a aussi la cote, de même que le roman québécois. «Tout ce qui touche à la santé et au mieux-être part très rapidement, confirme Léopold Charland. Les gens doivent se rattacher à quelque chose comme les cartes, le zen ou le tarot.»

Le Centre du livre usagé est situé au 81, rue Frontenac. Il vaut la peine d’y aller le mardi ou le vendredi. Tous les livres y sont vendus à deux pour le prix d’un. Ses heures d’ouverture sont du mardi au samedi, de 9 à 17 heures. La boutique est toujours fermée sur l’heure du dîner, entre midi et 13 heures.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des