Avez-vous déjà vu une Hermine?

Par Denis Henri
Avez-vous déjà vu une Hermine?

Le mercredi 4 janvier au matin, je me trouve dans un chalet situé dans un environnement forestier dans la petite municipalité d’Austin, en Estrie. Affairé à préparer ce qui allait être le premier café du matin, j’entrevois, par la fenêtre de la cuisine, de toutes petites traces dans la neige fraichement tombée de la veille.

Aussitôt habillé, je vais voir de plus près ces traces qui sortent d’un tout petit trou au pied d’un arbre, circulent le long d’une corde de bois rangée le long de la maison pour le foyer et disparaissent dans un tas de pierres. La taille et la disposition des pattes ne font aucun doute dans mon esprit. Il s’agit bel et bien du passage d’une petite belette!

Ce simple nom me fait remonter en arrière de six mois, moment où j’ai pu voir une Belette à queue courte, communément appelée Hermine, courir sur un muret de pierres dans le parc national de la Yamaska et qui tenait dans sa gueule un petit mammifère. Être en présence de l’un ou l’autre des mustélidés est toujours une expérience très enrichissante. Mais qui sont ces mustélidés?

Des saucisses sur quatre pattes

Le Canada ne compte pas moins de 14 espèces de mustélidés, nom que l’on donne à la famille des belettes. Dans le monde, on en observe environ 67. Parmi les plus connues, il y a la fouine et le furet, mais malheureusement, ces bêtes ne vivent pas au Canada dans le milieu naturel.

Par contre, même s’ils ne s’observent pas au Québec, voici les représentants de cette famille de mammifères que l’on peut observer au Canada: la Loutre de mer, le Vison de mer, le Putois d’Amérique, le Blaireau d’Amérique et la Mouffette tachetée ! Eh oui…vous avez bien lu! Les mouffettes font partie de la même famille que les belettes. Surprenant, non?

La grande caractéristique de cette famille de mammifères est de posséder, de chaque côté de leur anus, deux glandes productrices d’un liquide à forte odeur de musc, utilisé pour marquer leur territoire. Chez les mouffettes, on l’aura bien deviné, ces glandes servent aussi de moyen de défense en cas d’attaque d’un prédateur. À part les mouffettes et le Carcajou qui, lui aussi, fait partie de la famille des mustélidés, le corps allongé ainsi que les petites oreilles rondes sont des critères qui permettent de reconnaitre la plupart des représentants de la famille des belettes.

Recherchés pour leur fourrure

Quels sont les mustélidés (neuf espèces au Québec) que l’on peut observer dans le Haut-Richelieu? Bien que certaines soient très difficiles à observer, il y a cinq espèces de mustélidés qui peuvent y être observés. La plus abondante de toutes demeure sans aucun doute l’Hermine ou Belette à queue courte. Ses deux autres cousines, soit la Belette pygmée et la Belette à longue queue, sont aussi présentes. Finalement, le Vison d’Amérique ainsi que la Mouffette rayée viennent compléter le tableau.

Dans le reste du Québec, nous avons aussi la Loutre de rivière, la Martre d’Amérique, le Pékan et le très rarissime Carcajou, aussi appelé Glouton! Outre la mouffette, toutes ces espèces sont recherchées pour leur belle fourrure et seul le Vison d’Amérique peut être élevé en captivité pour cette fin.

Ce sont de redoutables prédateurs qui sont assez spécialisés dans certains cas: la martre, arboricole, se nourrit d’Écureuils roux; le Pékan aime manger des porcs-épics; la loutre et le vison mangent des poissons tandis que les trois belettes se spécialisent dans la capture des micromammifères comme les campagnols, les souris et les musaraignes. Là où se trouve le Carcajou, ce dernier aime bien terminer les restes de repas laissés par les loups ou les coyotes. La puissance de ses mâchoires lui permet de broyer les os pour se régaler de la moelle qu’ils contiennent. C’est un charognard d’une très grande efficacité.

Pourquoi parler des mustélidés en janvier? C’est parce que la neige offre la chance de voir les traces laissées par ces farouches prédateurs. Allez donc faire une belle balade hivernale au mont Saint-Grégoire, et peut être aurez-vous la chance de tomber nez à nez avec une adorable belette devenue toute blanche pour la saison hivernale! Bon hiver à tous ! La prochaine fois que vous observerez une belette, profitez de ce moment de pur bonheur.

Si vous avez des suggestions de sujets pour des chroniques à venir, n’hésitez pas à me contacter par courriel à henri.denis@sepaq.com

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
7 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marie-Andrée Forget
Marie-Andrée Forget
4 années

Ce matin, j’ai vu une hermine dans mon garage! Elle avait repéré des petites souris mortes dans une trappe collante ! J’ai enlevé la trappe mais je lui ai enlevé son lunch aussi! Je ne savais pas qu’elles mangeaient les souris! Est-ce qu’elle sortira dehors à nouveau! J’ai des oiseaux en cage dans la maison! Est-ce qu’elle peut les attaquer?

ton oiseau
ton oiseau
3 années
Répondre à  Marie-Andrée Forget

non

delaporte
delaporte
3 années

j’habite en haute Loire, à 1100 m d’altitude et je viens de voir une hermine dans notre terrain, à 3 m de la porte d’entree. Lorsqu’elle m’a vue, elle s’est cachée sous une talle d’herbe, impossible de la retrouver.

Yvan Levasseur
Yvan Levasseur
1 année

Magnifique photo mais elle ressemble plus a une belette a longue queue sa queue a plus que 3 pouces….

Pierre Bouchard
Pierre Bouchard
1 année

J’ai deux poulaillers. Ce matin, un était vide. J’ouvre la porte du deuxième. Quelques minutes plus tard je crois avoir aperçu une petite bête blanche. Un peu plus tard, les poules et coqs Bendy se mettent à hurler. Ça y est, je la vois. Je prends ma carabine à plomb sans trop y croire. Elle part avec un petit coq et rentre sous des planches. Je réussi à tirer le coq de mon côté mais elle insiste et tire de son bord. Je réussi à la faire sortir, je tire. Je touche ma cible. J’ai dû finir à la pelle. Dommage car moi aussi, je les trouve jolie, mais la beauté n’apporte rien pour nous. Je dois protéger ma famille. Le tout se termine pour cet hermine mais elle m’aura quand même pris au moins six poules et coqs. La même chose nous est arrivé il y a une dizaines d’années vidant une quinzaine de volatiles. La Vie, c’est ça !

Alex
Alex
11 mois

Trois rivieres. Février 2022. J’ai observé un vison blanc identique a votre photo.
Il est impératif de noter que le putois ( la moufette) n’est pas de la famille des mustélidé mais bien une famille a par entière. Cette information est relativement nouvelle et trouvée par l’étude génétique de ceux-ci. Fascinant!

Walter Fortin
Walter Fortin
10 mois

3semaines de passage chez moi en Gaspésie