Mélanie Dufresne quitte l’Équipe Andrée Bouchard

Camille Vanderschelden 
cvanderschelden@canadafrancais.com

Mélanie Dufresne quitte l’Équipe Andrée Bouchard
Mélanie Dufresne, conseillère municipale (Photo : (Photo Le Canada Français - Jessyca Viens Gaboriau))

Coup de théâtre à la séance du conseil municipal du 28 mai. Mélanie Dufresne a profité de la période des communications des élus pour annoncer son départ de l’Équipe Andrée Bouchard. 

La conseillère municipale du district 1 (Vieux-Saint-Jean/Vieux-Iberville) siège donc désormais comme indépendante. « On n’a pas les mêmes idées. C’est difficile de naviguer dans un bateau quand le capitaine ne sait pas trop où s’orienter », confie Mélanie Dufresne en entrevue au Canada Français. Pour l’élue en poste depuis 2013, la Ville manquerait de nombreuses opportunités. 

Outre Patricia Poissant, qui avait été élue comme indépendante, quatre conseillers municipaux, élus avec la mairesse Bouchard, siègent désormais à titre d’indépendants : François Roy, Jessica Racine-Lehoux, Jean Fontaine et Mélanie Dufresne. Cette dernière rejoint par ailleurs les idées de M. Fontaine, déclarant souhaiter un maire ou une mairesse au profil économique sous lequel se rallier aux prochaines élections municipales. 

Pour Andrée Bouchard, la nouvelle était plus ou moins attendue bien qu’elle ait eu l’effet d’une détonation mardi soir : aucun membre du conseil n’était au fait de la démarche, avant la séance. « Je pense qu’il y a moyen de travailler en équipe au conseil municipal, même si on ne fait pas partie de la même équipe », tempère la mairesse. 

Discorde

Plusieurs décisions n’auraient pas fait l’unanimité chez les membres du conseil, causant une scission dans l’équipe. Mélanie Dufresne évoque par exemple le projet Unitaînés, qu’Andrée Bouchard avait délaissé au profit d’un développement de 100 logements sociaux déposé par l’Office municipal d’Habitation (OMH) auprès du Programme d’habitation abordable Québec.

Le second projet n’avait finalement pas vu le jour. Pour Mélanie Dufresne, le projet Unitaînés est donc « une opportunité manquée », sur laquelle les élus n’auraient pas été consultés. « C’était un projet clés en main avec un investissement de la Ville, mais ultimement peu cher pour ce qu’on offrait en retour à la population », déplore la conseillère de ville. 

Autre nerf de la guerre : la réfection controversée du boulevard Saint-Luc. « Ce cas, je ne le digère toujours pas, il a un impact sur notre budget. Je ne suis pas capable parce que c’est quand même 40 M$ », explique Mélanie Dufresne qui estime que la Ville aurait dû investir stratégiquement pour rapporter du financement avant d’approuver ce projet. 

Équipe 

La conseillère de ville mentionne également un manque d’échanges et de consultations des élus, jusqu’à parler d’une « équipe dans l’équipe ». Exprimant ne pas se sentir entendue, elle souhaite ainsi se dissocier de l’Équipe Bouchard, qu’elle considère mal gérée en comparaison avec ce qu’elle était en campagne électorale. 

Pour Andrée Bouchard, l’opposition des élus, désormais indépendants, à certains projets lui a mis la puce à l’oreille sur de potentiels départs. Ces projets sont la circulation autorisée à 40 km/h dans les rues résidentielles, la réfection du boulevard Saint-Luc ou encore celle du complexe Claude-Raymond. 

« Les débats ont eu lieu, c’est le nombre majoritaire qui l’emporte. C’est comme ça et ça va continuer ainsi », souffle Andrée Bouchard, ajoutant qu’elle a tenté de traiter tous les élus de manière égale. 

Élections

L’année 2025 marquera les prochaines élections municipales pour lesquelles Mélanie Dufresne espère un programme basé sur un plan économique cossu. « On ne peut pas continuellement augmenter les taxes comme on l’a fait dernièrement à 7,75% », tonne l’élue, parlant d’un non-sens. 

Pour elle, Andrée Bouchard serait une mairesse de transition, bien qu’elle lui reconnaisse le courage de s’être dressée devant Alain Laplante à la dernière campagne électorale. Elle se ralliera donc sous la bannière d’un vent nouveau. 

Les deux élues se retrouvent toutefois sur une chose : le pari de 2021. « On voulait changer le climat, on l’a fait », conclut Mélanie Dufresne. Andrée Bouchard s’aligne, déclarant vouloir désormais préserver ce climat. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Carole Patenaude
Carole Patenaude
18 jours

La madame mairesse commence à se faire connaitre un peu plus , pas toujours logique dans ses décisions c’est ce qui en ressort depuis quelques temps . Elle devrait écoutée ce que son équipe lui conseil parfois . Son Entêtement lui jouera des tours .