Sections

Ordures ménagères: les citoyens du Haut-Richelieu jettent moins


Publié le 5 juillet 2017

©TC Media - Jessyca Viens Gaboriau

Les résidents du Haut-Richelieu ont jeté moins de matières résiduelles aux ordures en 2016, mais ils ont aussi un peu moins récupéré.

Et à l'évidence, il y a moyen de faire mieux, si on se fie au rapport de la société Compo-Haut-Richelieu pour l'année 2016.

En 2016, le nombre de ménages totalisaient 53 227 dans les douze municipalités du Haut-Richelieu desservies par Compo-Haut-Richelieu. Il s'agit d'une augmentation de 0,4% du nombre d'unités de collecte par rapport à l'année 2015.

Malgré cette hausse, la quantité d'ordures collectée de porte-à-porte a diminué. Elle est passée de 38 203 tonnes en 2015 à 37 211 tonnes l'an dernier. Globalement, la baisse est 2,6%, mais par ménage, elle diminue de 2,9%. Selon le rapport de Compo-Haut-Richelieu, il s'agit d'une tendance constatée depuis plusieurs années sur le territoire du Haut-Richelieu.

Il n'y a pas une explication précise. La sensibilisation tant au niveau local que national finit par avoir un impact. Des campagnes d'information comme la lutte au gaspillage alimentaire, la disposition des «serpuariens» ou la démystification de la collecte sélective incitent les citoyens à moins jeter, observe la directrice générale de Compo-Haut-Richelieu, Isabelle Deschênes.

Récupération

Pendant ce temps, le volume de matières recyclables récupérées de porte à porte a connu une baisse de 120 tonnes, passant de 10 678 à 10 558 tonnes. C'est 1,1% de moins. Réparti par ménage, le volume a diminué de trois kilos, soit 198 kilos en 2016 par rapport à 201 l'année précédente. Pour chaque ménage, la récupération a diminué en moyenne de 1,5%.

Dans ce cas, Mme Deschênes parle de stabilité. Certaines matières recyclables sont maintenant moins abondantes. C'est le cas du papier journal. Il y a aussi moins de suremballages et des contenants sont maintenant plus minces.

À l'évidence, il y a moyen de faire mieux. Le rapport de Compo-Haut-Richelieu présente un petit graphique révélateur comparant l'évolution des quantités d'ordures et des matières récupérées durant l'année. Durant l'hiver, quand la collecte se fait aux deux semaines, le volume d'ordures est presque deux fois moins important que durant la période de collecte hebdomadaire.

C'est à se demander où trouve-t-on toutes ces ordures à jeter pendant les mois d'avril à novembre. Parce que durant cette période où on jette significativement plus, on récupère tout autant, le volume de la collecte sélective demeurant relativement stable durant toute l'année.