Une école pourrait être construite sur l’ancien camping

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Une école pourrait être construite sur l’ancien camping
Une partie de l'ancien camping Pinvert, situé sur l'île Sainte-Thérèse. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Une nouvelle école primaire de 22 classes pourrait voir le jour sur le site de l’ancien camping de l’île Sainte-Thérèse. Ce site, parmi les trois étudiés, a été retenu par le Centre de services scolaire des Hautes-Rivières (CSSDHR) dans ses documents d’appels d’offres pour réaliser une étude d’avant-projet. La possibilité qu’une école soit construite sur l’île Sainte-Thérèse est accueillie favorablement par la Ville.

Le CSSDHR a lancé trois appels d’offres pour des services professionnels, notamment en génie et en architecture, le 20 décembre. Tous concernent une étude d’ avant-projet visant à construire une nouvelle école sur l’île Sainte-Thérèse.

Ce secteur délimité en rouge est le site potentiel retenu par le Centre de services scolaire dans ses documents d’appel d’offres d’ avant-projet.

Selon les documents, la localisation projetée du nouvel établissement serait le site de l’ancien camping Pinvert, sur la rue Baillargeon. Un terrain d’environ 20 000 mètres carrés (215 000 pieds carrés) est requis pour construire la nouvelle école. Le lot visé en compte un peu plus de 1,2 million.

«Il s’agit d’un avant-projet. Dans le contexte de la croissance démographique de ce secteur, c’est le terrain qui répondait le mieux aux critères pour soutenir la demande d’autorisation du CSSDHR au ministère de l’Éducation pour la construction d’une nouvelle école», précise Céline Falardeau, directrice du Service des affaires juridiques et des communications au CSSDHR.

La nouvelle école compterait 22 classes ainsi que plusieurs autres locaux. Son concept devra intégrer les notions de développement durable. Dans les documents, le Centre demande aussi que la canopée minimale soit de 40 % sur l’ensemble du site et qu’il n’y ait pas d’îlot de chaleur dans la cour extérieure.

Étude

Aux yeux de la mairesse Andrée Bouchard, une école verte sur l’île Sainte-Thérèse est un beau projet à offrir à la communauté. Elle rappelle que la Ville a l’obligation de céder un terrain au CSSDHR, mais elle a le choix de l’emplacement.

La conseillère du secteur, Jessica Racine-Lehoux, précise que trois sites sont à l’étude : l’ancien camping, un ensemble de lots près des rues Roy, Daigneault et des Peupliers, ainsi qu’un lot de terrains dans le secteur du pavillon Gérard-Morin.

Aucun des terrains identifiés n’appartient à la Ville, ajoute Jessica Racine-Lehoux. La Ville est propriétaire du site du pavillon Gérard-Morin, mais celui-ci n’est pas suffisamment grand pour accueillir une école. L’acquisition de lots environnants serait nécessaire. Les élus municipaux ont mandaté la direction générale de la Ville pour évaluer les terrains et émettre des recommandations.

Environnement

Le site retenu dans l’étude d’avant-projet se trouve en bordure du boisé central de l’île et près de la pinède. Il fait l’objet de demandes de conservation depuis plusieurs années. Des considérations environnementales sont présentes sur les trois sites ciblés, avise Mme Racine-Lehoux, que ce soit la présence de milieux humides ou celle d’arbres matures. Elle est d’avis que le bâtiment scolaire peut être pensé intelligemment et être en accord avec son milieu d’accueil.

L’élue n’a pas l’impression de trahir ses convictions environnementales, au contraire. «L’école répond à un besoin exprimé depuis longtemps par la population. Peu importe le terrain, je pense qu’il est possible de faire un projet durable et exemplaire», dit-elle en parlant de la possibilité de réaliser un projet qui met en valeur le milieu.

Démographie

Le Centre souligne que doter l’île Sainte-Thérèse d’une école permettrait de pallier l’«important déficit de capacité d’accueil qui dure depuis trop d’années.»Selon une analyse du ministère de l’Éducation, le déficit actuel serait de 25 locaux et il manquerait 27 classes pour l’année scolaire 2026-2027, en incluant la maternelle 4 ans.

L’an dernier, le Centre a obtenu l’autorisation du Ministère pour réaliser une étude préliminaire afin de construire une école primaire à Saint-Jean. Une nouvelle autorisation devra être reçue pour réaliser les travaux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
N.L
N.L
14 jours

Ben voyons dont aucun bon sang…déjà que l île est sur exploité . L île va couler si ça continu. Le trafic que cela va générer avec un pont sur 2 souvent fermé ..un gros BRAVO .