Le père Noël, un confident attachant!

Par myriamtougasdumesnil
Le père Noël, un confident attachant!
Le père Noël souhaite du bonheur à tous les enfants. (Photo : Le Canada Français - Kim Valiquette)

Le père Noël s’est octroyé un moment de repos, il y a quelques jours, en posant son traîneau à Saint-Jean-sur-Richelieu. Loin du pôle Nord et de toute la frénésie des Fêtes, il a accepté de rencontrer Le Canada Français à sa résidence secondaire du quartier Saint-Gérard. Incursion dans cet endroit magique, bien dissimulé, où tous les rêves sont permis.

Il faut avoir du flair pour dénicher le père Noël : des siècles d’entraînement en ont fait un as du camouflage. À notre arrivée chez lui, le sympathique personnage s’affairait à déblayer son entrée, un habile stratagème pour faire oublier son traîneau descendant du ciel! Il en faut plus pour tromper une journaliste.

Tout près de sa demeure, des rires cristallins se font entendre. Le personnage préféré des enfants a un pied-à-terre à proximité d’une école. Il fallait y penser! Des yeux aussi bleus que les glaces de l’Arctique, une barbe blanche comme la neige, un sourire chaleureux… Pas de doute! Nous avons affaire au VRAI père Noël.

Son royaume

Sans plus attendre, celui-ci nous invite à entrer chez lui (par la porte). Sur l’îlot de la cuisine, des biscuits en pain d’épices offerts par des enfants côtoient du courrier adressé à Roger Lemay. C’est derrière ce patronyme que se cache le véritable père Noël, celui qui accède à son salon par la cheminée.

Dans la salle à manger, mère Noël se berce tranquillement près d’un sapin mauve décoré pour les Fêtes. Des photos de famille ornent les murs. On y voit les quatre enfants et les neuf petits-enfants du couple. En début d’année, ceux qui règnent sur le pôle Nord sont aussi devenus arrière-grands-parents d’une jolie petite fille.

«Je suis un gars de famille», affirme le père Noël, sans grande surprise. Bien que le temps des Fêtes soit une période particulièrement occupée pour lui et les lutins, il le passe en compagnie de ceux qui lui sont chers.

Jusqu’à il y a deux ans, toute sa famille se rassemblait chez lui, au pôle Nord, pour célébrer Noël. Maintenant âgé de 80 ans, le célèbre barbu a passé le flambeau, mais il ne rate jamais un souper familial. Tout comme il ne rate jamais l’occasion de rencontrer les enfants au Carrefour Richelieu, à l’approche des Fêtes.

Jouets

Chaque hiver depuis 16 ans, garçons et filles de la région s’installent sur ses genoux et lui confient leurs rêves les plus fous. Ces rencontres privilégiées permettent au père Noël de guider les lutins dans la fabrication des jouets. Il s’assure ainsi de rendre tous les jeunes heureux!

Bien entendu, il ne peut toujours exaucer les souhaits des enfants. Sa délicatesse et son adresse légendaires lui sont fort utiles pour tempérer les attentes irréalistes. Un garçon qui rêvait de recevoir une raie pour Noël a bien vite compris qu’il était difficile pour le vieil homme de transporter le poisson dans son traîneau!

Heureusement, les lutins sont capables de fabriquer les jouets les plus demandés. En ce moment, des centaines de toupies Beyblade, de poupées L.O.L. Surprise! et d’articles à l’effigie de la Reine des neiges sortent de leur usine colorée. Ils ont certainement la cote, cette année!

Maéva Duguay adressant sa liste de souhaits au père Noël.

Le père Noël est aux premières loges pour voir évoluer les tendances en matière de jouets. Il doit constamment rester à jour. À ceux qui souhaitent recevoir une tablette, il demande, rieur, à quelle hauteur ils la veulent!

Souhaits

Les vœux exprimés par les enfants changent au fil des ans. «Il y a 10 ou 15 ans, les enfants dont les parents étaient séparés demandaient que papa et maman soient réunis. Maintenant, les familles sont recomposées et on ne me le demande presque jamais», affirme le père Noël.

Ce dernier est non seulement populaire auprès des enfants, mais aussi auprès des personnes âgées. Lorsqu’ils le voient arriver au Carrefour Richelieu, ceux-ci le saluent et lui piquent un brin de jasette question de se désennuyer. Bien sûr, ils ont eux aussi quelques demandes à lui formuler. «Ils souhaitent avoir un compagnon, une compagne ou bien la santé», raconte leur confident.

De la santé, les lutins doivent en fabriquer beaucoup, car toutes les jeunes mamans souhaitent santé et bonheur pour leurs enfants! En plus de formuler leurs demandes à l’homme tout de rouge vêtu, les mères trouvent chez lui un complice convaincant. «Je reçois souvent des suces, rigole le père Noël. Les mères disent à leurs enfants qu’il est temps de laisser tomber la suce. Maintenant, c’est le père Noël qui l’a», s’amuse-t-il. Bon joueur, le préféré des enfants devient souvent le préféré des parents!

Bien sûr, certaines visites sont plus marquantes que d’autres, pour toutes sortes de raisons. Roger Lemay se souvient d’avoir posé en compagnie d’une famille endeuillée. Pour une rare fois, le père Noël avait l’urne d’un enfant sur les genoux. Un moment marquant où il a dû user de toute l’empathie et la douceur qu’on lui connaît.

Talent caché

Peu d’enfants le savent, mais le père Noël est un habile musicien. D’ailleurs, dans son salon, un orgue trône près de l’âtre. Pour faire plaisir à ses visiteurs, il n’hésite pas à s’y installer et à jouer les premières notes qui lui passent par la tête. Un classique des Fêtes, bien entendu! Ses livres de partitions en sont remplis.

Le père Noël a plus d’un tour dans son sac!

Le personnage coloré possède également une mystérieuse valise noire dont il ne se sépare pas. Cérémonieux, il en sort une très ancienne grelottière, toute en cuir usé. Ces cloches à chevaux, il les utilise pour appeler Rudolph et ses autres rennes. Selon la légende, c’est son beau-père qui, jadis, les lui aurait données.

Fouillant la valise, le père Noël sort une paire de gants blancs, puis trouve enfin l’objet convoité : un accordéon! Sans plus attendre, il s’installe et entame un air de Noël en tapant du pied. Il prend visiblement plaisir à divertir ses auditeurs. Ses yeux bleus s’animent au timbre de ce magnifique instrument.

Souvenirs

Les sons anciens de l’accordéon lui rappellent les Noël de son enfance, en plein cœur du pôle Nord. La famille Noël habitait une grande terre de 100 acres où gambadaient, heureux, des centaines de rennes.

Le 23 décembre, alors que les lutins terminaient de fabriquer les jouets destinés aux enfants, la famille partait dans la forêt choisir son sapin. Celui-ci était décoré le jour même.

Déjà, à l’époque, le père Noël passait la nuit du 24 au 25 décembre éveillé, car il se joignait aux enfants de chœur de son village durant les messes. Dans la carriole qui l’amenait à l’église, il se réchauffait sous des couvertures en laine de mouton.

Grand-mère Noël faisait la popote. Grand-père Noël, habile de ses mains, se plaisait à offrir des jouets de bois à ses enfants. Le père Noël se souvient d’avoir reçu un traîneau «gossé» par son père, un assortiment de Life Savers (il avait déjà la dent sucrée) et une petite voiture qui s’animait lorsqu’on en tournait la clé.

Les choses ont bien changé depuis! Les jouets qui sortent de sa fabrique nordique n’ont pas la même allure, mais ils créent le même émerveillement chez les enfants. C’est cette magie des Fêtes qui, chaque année, convainc le père Noël de repousser sa retraite. Comme Dominique Michel, il annonce depuis quelques années son départ, mais ni mère Noël ni lui n’y croient vraiment. À l’an prochain, père Noël!

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Louise Lemay Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Louise Lemay
Invité
Louise Lemay

Félicitations Mme Tougas- Dumesnil pour votre si touchante entrevue!
Je le connais personnellement, étant sa petite sœur et c’est depuis ma tendre enfance qu’il est mon Père Noël préféré!
Merci pour ce cadeau si apprécié et Joyeuses Fêtes!