Saint-Jean favorable à l’élargissement de la route 104 à La Prairie

Photo de Gilles Berube
Par Gilles Berube
Saint-Jean favorable à l’élargissement de la route 104 à La Prairie
La route 104 est à quatre voies jusqu'à la limite de Saint-Jean. (Photo : Photo Archives Le Canada Français)

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu appuie une démarche de la municipalité de La Prairie pour demander l’élargissement de la route 104 sur toute sa longueur.

Le conseil municipal a adopté une résolution en ce sens lors d’une récente assemblée. La route 104 s’étend de La Prairie à Knowlton, dans la municipalité de Lac-Brome, en Estrie. Pour traverser la zone urbaine de Saint-Jean, elle emprunte l’emprise de l’autoroute 35, entre Saint-Athanase et Saint-Luc.

À partir de là, elle est à quatre voies sur tout le territoire de la ville, jusqu’à la limite de La Prairie. Elle retombe ensuite à deux voies jusqu’au croisement de l’autoroute 30, soit une distance d’environ six kilomètres. Elle repasse à quatre voies dans la zone urbaine de La Prairie pour rejoindre son extrémité ouest, au boulevard Taschereau.

Avec la croissance de l’agglomération de Saint-Jean et surtout du secteur Saint-Luc, la route 104 est devenue très achalandée. Aux heures de pointe, il y circule un flot continu de voitures. C’est aussi une route privilégiée pour le camionnage entre Saint-Jean et la Rive-Sud. Il faut bien l’admettre, un bon nombre d’usagers sont des résidents de Saint-Jean.

Fluidité

Sur le territoire de Saint-Jean, la circulation est plutôt fluide, mais une fois sur le territoire de La Prairie, c’est la congestion. Surtout, la route est devenue dangereuse. Il s’y produit régulièrement des accidents graves, voire funestes.

Ces dernières années, Transports Québec a réalisé différents travaux pour améliorer la sécurité aux intersections. La chaussée a été élargie et des voies de refuge ont été aménagées pour faciliter les virages et éviter de stopper la circulation. Il s’y produit quand même des accidents, comme le soulève la résolution du conseil municipal. La Ville reprend la demande de La Prairie d’élargir la route à deux voies dans chaque direction.

Rencontré à l’annonce du prolongement de l’autoroute 35, le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, se dit bien sensible au dossier. M. Dubé est député de La Prairie et ministre responsable de la Montérégie. Il indique que le ministère des Transports doit soumettre des scénarios à la Ville de La Prairie. Il cite notamment l’aménagement de carrefours giratoires. Il assure qu’il faut trouver une solution, surtout pour améliorer la sécurité. L’analyse du ministère devra tenir compte de l’impact de la mise en service du Réseau express régional, dans deux ans, observe le  ministre.

Parc Rémillard

Par ailleurs, à la suite de l’adoption de la résolution de Saint-Jean, une résidente du parc Rémillard, Chantal Massicotte, est intervenue pour demander de tenir compter de ce noyau résidentiel dans l’éventualité de l’élargissement de la route 104. Un tel projet est susceptible d’y accroître la circulation.

Pour les résidents du parc Rémillard, la situation est déjà dangereuse, particulièrement aux heures de pointe, quand le flot de véhicules est continu. Les automobilistes ont de la difficulté à s’engager sur la route ou encore à accéder au parc de maisons mobiles. Pour les piétons, notamment les usagers de l’autobus qui doivent traverser la route, c’est périlleux. Qui plus est, le soir, l’éclairage de la route est déficient à la hauteur du parc.

Historiquement, la route 104 devait être à quatre voies entre Saint-Jean et La Prairie. C’est ce qui avait été prévu dans le grand plan du réseau routier québécois des années 60. C’était l’époque où les chantiers routiers progressaient par comté électoral plutôt que par tronçon. La route à quatre voies s’était arrêtée à la limite des comtés de Saint-Jean et La Prairie.

Il s’était quand même fait des travaux sur le territoire du comté de La Prairie. À certains endroits, le tracé s’éloignait de l’emprise actuelle. Pendant des années, en passant au-dessus de la voie ferrée du CN, on pouvait apercevoir dans le champ, les talus des approches du viaduc qui devait enjamber le chemin de fer. Même chose sur le boulevard Taschereau pour le viaduc qui devait permettre de rejoindre directement la route 132.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
denis thimineur Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
denis thimineur
Invité
denis thimineur

Sa aurais du etre fais vla ben des année oui