Sept Capteurs d’images exposent au Domaine Trinity

Par Karine Guillet
Sept Capteurs d’images exposent au Domaine Trinity
France Mercier, Bruno Prosser, Chantale Légaré, Daniel St-Jean et Danielle Bombardier exposent au Domaine Trinity. Jacinthe Brault et Paul Valiquette sont absents de la photo. (Photo : Photo Le canada Français- Patrick Boucher)

Les membres du club photo Les Capteurs d’images offrent, à travers une cinquantaine d’œuvres variées, leurs réflexions sur le huitième art dans le cadre de l’exposition collective Sept visions qui se tient au Domaine Trinity jusqu’au 4 février.

Bruno Prosser, Chantale Légaré, Daniel St-Jean, Danielle Bombardier, France Mercier, Jacinthe Brault et Paul Valiquette font partie des artistes sélectionnés par appel de projets. Les toiles sont en montre tant dans le centre d’art qu’à la maison Epiphany.

Histoire de famille

Seule portraitiste du groupe, Chantale Légaré a réalisé une série de clichés avec sa fille sur le thème de l’eau. La photographe raconte avoir failli abandonner ce projet lorsqu’elle s’est retrouvée dans le fond de la piscine avec son appareil. Les profils captés ont été pris à Magog à l’aide d’un drap noir.

«Je cherchais un projet commun à réaliser avec ma fille. J’ai toujours fait du portrait, mais ce projet-là me permettait de faire autre chose que de répondre au besoin d’un client», explique-t-elle.

Arrêter le temps

Daniel St-Jean propose pour sa part une série d’images réalisées en open flash, une technique avec laquelle il travaille depuis près de deux ans. Intéressé à représenter la citation «il y a un instant dans une action pendant lequel les éléments en mouvement sont en équilibre», le photographe a oeuvré dans un décor épuré pour mettre en lumière des objets du quotidien figés dans des mouvements puissants.

On y voit un crayon se briser, un jet d’eau qui semble sorti d’un verre ou encore un projectile entrant en collision avec un œuf.

Le beau dans le laid

Certaines des images exposées ressemblent à s’y méprendre à des peintures. C’est notamment le cas de la série Belle laideur de Danielle Bombardier où l’artiste nos propose des images à la limite de l’abstrait. «Je cours les ruelles, lance la principale intéressée. Ce que j’aime, c’est que malgré que ce soit laid au départ, je vais toujours chercher ce qui est beau, ce qui me parle.»

Sa collègue et présidente du club, France Mercier, a pour sa part décidé de se tourner vers les végétaux. «Les fleurs deviennent quand même un peu comme des modèles. On rentre un peu dans leur intimité», explique-t-elle. La première série, qui fait penser à d’immenses peintures, a été réalisée en mode surexposition, avec pour seule aide, la caméra. Elle offre également une deuxième collection de clichés pleine lumière, transposés en noir et blanc, qui s’apparentent presque à des dessins.

Paysages

Le photographe Bruno Prosser a pour sa part choisi de présenter des scènes du Haut-Richelieu mettant en valeur le règne animal. Les visiteurs y verront notamment des canards croqués tandis qu’ils décollent vers le ciel. Sa lentille s’est aussi posée sur des chevreuils dans la nature, de même qu’un harfang des neiges. «Je trouve les chevreuils fascinants, mais ils ne sont pas faciles à capter», raconte celui qui a réussi à s’approcher à une vingtaine de mètres de son sujet.

Véritables globe-trotteurs, Jacinthe Brault et Paul Valiquette complètent l’exposition. Alors que le second diffuse ici des images tirées d’un arrêt en Inde en toute simplicité, la première s’est intéressée au passage du temps et de l’eau sur la terre pour présenter des œuvres tout en fluidité et en couleurs.

Les curieux pourront admirer le travail du collectif lors des événements spéciaux et des concerts au Domaine Trinity. Des visites sont aussi prévues les 13 et 27 janvier, de 13 à 16 heures. Il y aura aussi une visite le 20 janvier,  de 11h30 à 14h30.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des