Au revoir, El Niño. Bienvenue, La Niña.

Seth Borenstein, The Associated Press
Au revoir, El Niño. Bienvenue, La Niña.

Le puissant phénomène météorologique El Niño, qui a ajouté un peu de chaleur aux températures mondiales déjà sans précédent, a disparu. Son revers, La Niña, devrait s’installer juste à temps pour la haute saison des ouragans dans l’Atlantique, selon les météorologues fédéraux.

L’Administration nationale des océans et de l’atmosphère a déclaré jeudi la mort d’El Niño, qui réchauffe certaines parties du Pacifique central. Bien qu’il n’ait pas battu tous les records de puissance, l’El Niño qui s’est formé il y a un an a été accusé, avec le changement climatique d’origine humaine et le réchauffement général des océans, d’être à l’origine de douze mois de vagues de chaleur et de conditions météorologiques extrêmes.

Le monde se trouve aujourd’hui dans une situation neutre en ce qui concerne l’importante oscillation australe naturelle El Niño (ENSO), qui déforme les systèmes météorologiques du monde entier. On parle de neutralité lorsque les conditions météorologiques se rapprochent des moyennes à long terme ou de la normale, ce qui ne s’est pas produit aussi souvent qu’auparavant ces derniers temps, a précisé Michelle L’Heureux, spécialiste des sciences physiques à la NOAA et prévisionniste en chef de l’équipe ENSO de l’agence. Mais cela ne durera probablement pas, a-t-elle ajouté.

Selon elle, il y a 65 % de chances qu’un La Niña, un refroidissement des mêmes parties du Pacifique qui a souvent des effets opposés, se forme pendant la période de juillet, août et septembre. L’un des principaux effets de La Niña est de rendre plus active la saison des ouragans dans l’Atlantique, qui atteint son apogée au mois d’août.

«La probabilité d’une La Niña, associée à des températures de surface de la mer record, est la raison pour laquelle le Centre national des ouragans prévoit une saison des ouragans extraordinaire, a expliqué Kathie Dello, climatologue de l’État de Caroline du Nord. Les États, du Texas au Maine, se préparent à une année active.»

El Niño et La Niña créent tous deux des «points chauds potentiels» pour des conditions météorologiques extrêmes, mais dans des endroits différents et de types différents, a déclaré Mme L’Heureux.

«La Niña a tendance, en hiver, à apporter des conditions plus sèches dans le sud des États-Unis et si l’on ajoute à cela le réchauffement climatique, ces conditions plus sèches pourraient se transformer en sécheresses», a-t-elle indiqué.

En effet, les systèmes de tempête, principalement en hiver, se déplacent légèrement vers le nord en raison d’un changement du courant-jet pendant les années La Niña, ce qui amène plus de pluie et de neige vers le nord, a expliqué Mme L’Heureux.

Même si les années La Niña ont tendance à être plus fraîches, il y aura probablement un effet résiduel de la fin d’El Niño sur les températures mondiales, a ajouté Mme L’Heureux. Jusqu’à présent, chaque mois de cette année a battu des records mondiaux.

Un groupe de 57 scientifiques a conclu au début du mois que pas plus de 8 % de la chaleur record de l’année dernière pouvait être attribuée à El Niño et à d’autres facteurs de variabilité naturelle. Le reste est dû au changement climatique provoqué par l’homme, qui brûle du charbon, du pétrole et du gaz naturel.

Une étude économique réalisée en 1999 a montré que la sécheresse due à La Niña coûtait à l’agriculture américaine entre 2,2 et 6,5 milliards de dollars, soit bien plus que le coût d’El Niño (1,5 milliard de dollars). Une ENSO neutre est la meilleure solution pour l’agriculture.

Étant donné que La Niña est liée aux ouragans de l’Atlantique et à la sécheresse aux États-Unis, il est logique qu’elle soit généralement plus coûteuse, mais chaque El Niño et La Niña est différent, et les citoyens et les gouvernements doivent donc s’y préparer, a souligné le météorologue et économiste Michael Ferrari, directeur scientifique d’AlphaGeo, une société qui travaille sur les investissements financiers et le climat.

L’El Niño qui vient de s’achever «n’a battu aucun record, mais il s’est probablement classé parmi les cinq premiers», a dit Mme L’Heureux. Il a augmenté la température globale et apporté plus d’humidité dans le sud des États-Unis cette année, ainsi que des conditions plus sèches dans certaines parties de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale. La Corne de l’Afrique a été plus humide.

Les experts des récifs coralliens affirment que la combinaison des températures record des océans et du réchauffement dû à El Niño a entraîné un blanchiment majeur à l’échelle mondiale, menaçant et parfois tuant les coraux vulnérables.

Avant le phénomène El Niño de cette année, le monde avait connu deux périodes de La Niña consécutives, ce qui est inhabituel, a déclaré Mme L’Heureux. Certaines études ont montré que la planète devrait s’attendre à davantage d’El Niño et de La Niña ― et moins de périodes neutres ― à mesure que le monde se réchauffe, mais la question n’est pas encore tranchée, a-t-elle ajouté.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires