Une armoire en pin de très grande valeur

Par Mario Wilson
Une armoire en pin de très grande valeur
Cette jolie armoire a une valeur d'environ 2500$.

Quand les premiers jours de l’automne se faufilaient entre les pommiers lourds de plaisirs enfantins, les femmes de la maison se préparaient déjà pour la longue saison blanche. Le meuble de cette chronique est simplement un clin d’œil à cette tradition ancienne de mise en pots, salage et cannage de tout ce que l’été nous a donné.

Ce rangement vertical, armoire à tartes pendant des générations, nous laisse bien voir quel genre de meuble, sans apparat, servait alors pour y ranger les provisions.

C’est dans la cuisine d’été, devenue chambre froide pendant l’hiver, que se retrouvait cette petite armoire, remplie de tartes, pâtés à la viande ainsi que les conserves dans les pots de verre ou les contenants de métal hermétiquement fermés avec la sertisseuse familiale pour la conservation des aliments.

Un examen un peu plus attentif nous permet de comprendre que la corniche fut refaite bien après la conception du meuble, mais le reste, y compris les larges planches des côtés découpées à la base pour en faire des pattes, est d’une authenticité remarquable.

Simplicité

Les splendides armoires de chambre à coucher comportaient, au contraire de celle-ci, une corniche élaborée ainsi que des découpages dans les panneaux du devant et des côtés.

Pour une pièce dont l’utilité ne demandait aucun travail artistique, la simplicité de cette armoire de pin ainsi que sa couleur d’origine en font un modèle typique de ces meubles utilitaires que nos pionniers d’autrefois se fabriquaient avec les énormes troncs d’arbres que la forêt nous fournissait encore à l’époque. Probablement originaire de la lointaine campagne québécoise, elle a fait ses beaux jours depuis plus de cent ans, dans une maison dont la cuisine d’été servait de salle de bal pendant l’été.

Plus vieille que la Confédération canadienne, ses nombreuses années de service sont restées dans la mémoire des jeunes enfants qui jouaient autour de ce meuble pendant l’accalmie de l’entre-deux guerres mondiales alors que Jean Gabin et Mistinguett voulaient nous laisser croire au bonheur éternel.

Valeur

Cette petite armoire ferait sans aucun doute le bonheur de nombreux antiquaires présents lors de l’exposition automnale d’Eastman, eux qui attirent annuellement les amateurs de notre patrimoine ancien, ces meubles de pin témoins de notre petite misère de l’époque. Et il est certain qu’ils en demanderaient un prix tournant autour de 2500$

Vous savez bien qu’elle se marierait merveilleusement bien avec notre toute première production de grès johannais, création utilitaire qui débuta en 1840. J’ai eu beau insister sur cet aspect de ma nostalgie et du savant agencement des objets décoratifs datant de la même époque, je pense bien que cette belle petite armoire ne sortira pas du patrimoine familial de sitôt!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires