Vélo Conversio veut démocratiser les vélos électriques

Par Stéphanie MacFarlane
Vélo Conversio veut démocratiser les vélos électriques
Gabrielle Bédard et Nikki Fortin sont les fondateurs de Vélo Conversio. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Vélo Conversio, une jeune entreprise de Saint-Jean-sur-Richelieu, a le vent dans les voiles et de l’ambition. Cette jeune pousse (startup) spécialisée dans la conversion de vélos électriques souhaite rendre accessible la pratique du cyclisme et étendre son influence aux quatre coins du Québec avec un réseau de franchises.

Vélo Conversio est le projet de Gabrielle Bédard et de Nikki Fortin. Ce dernier, un électromécanicien de formation, est un bricoleur dans l’âme. Il a conçu son premier prototype de vélo électrique il y a 12 ans avec des pièces qu’il a récupérées dans les ordures et le recyclage. Il a aussi créé un fauteuil roulant électrique pour sa grand-mère.

«Nikki avait l’idée des vélos électriques avant que ce soit à la mode», résume sa conjointe Gabrielle Bédard. Et pour cette dernière, qui est physiothérapeute de formation, le vélo électrique est une belle façon d’être actif, peu importe sa condition physique. «C’est un moyen de transport super pratique, écologique et qui permet de rester ou de se mettre en forme», souligne-t-elle.

Vélo Conversio a débuté il y a deux ans dans leur sous-sol. Et depuis environ deux mois, leur atelier est désormais dans un local commercial situé au 747, rue Saint-Jacques.

Conversion

Convertir des vélos n’est pas unique. «Mais de la façon qu’on le fait, c’est unique. Et on est les premiers [au Québec] à être entièrement spécialisés dans la conversion», affirme Gabrielle Bédard. Le duo achète les moteurs et les batteries. «On a optimisé tout le processus d’assemblage. C’est durable, c’est esthétique et c’est adapté au climat du Québec. Quand on fait une conversion, on donne une garantie de deux ans sur les pièces et la main-d’oeuvre. C’est super fiable», souligne Gabrielle Bédard. Les systèmes sont résistants à la pluie et à la neige.

Et contrairement à d’autres régions de la planète, la conversion de vélos électriques au Québec est relativement marginale et nouvelle. «C’est un marché à développer ici», ajoute Mme Bédard.

Systèmes

Les systèmes de Vélo Conversio s’installent sur tout ce qui roule. Nikki Fortin a dessiné des pièces afin que le module s’arrime avec le vélo et que ça demeure ergonomique. Il les fabrique avec son imprimante 3D.

Le résultat est esthétique, poursuit Gabrielle Bédard. Aucun trou n’est percé dans le cadre du vélo. Ils utilisent ceux déjà présents pour y installer un petit écran, le support à batterie et le moteur. Ce dernier est directement fixé dans le pédalier. «Les vélos convertis sont beaucoup plus légers que les vélos électriques traditionnels. On parle d’environ 20 lb de moins», indique Nikki Fortin.

«Une fois le système en place, les gens ont trois vélos en un. Ils peuvent l’utiliser comme s’ils n’avaient pas de batterie, ils peuvent avoir un système d’assistance au pédalage ou avoir une propulsion entièrement électrique», explique Gabrielle Bédard.

Batteries

Différentes batteries sont offertes en fonction de l’autonomie recherchée, soit de 60 kilomètres par charge à plus de 200 kilomètres. Chacune vient avec sa clé unique. «On fait du sur-mesure. On aime faire des projets originaux. On veut que la personne ait le vélo électrique qui répond à ses besoins», souligne la jeune femme.

Les cyclistes peuvent s’acheter une nouvelle bicyclette et la convertir, ou encore utiliser celle qu’ils ont actuellement. «On veut que les gens recyclent leur vélo. Une conversion coûte entre 1500 $ et 2000 $ selon l’option choisie, plutôt que de 4000 $ à 6000 $ pour un vélo électrique conventionnel, enchaîne la copropriétaire. On offre du haut de gamme qui est abordable.»

Et au-delà de la conversion, le couple souhaite encadrer et favoriser la pratique du vélo électrique, notamment en publiant un blogue sur leur site Web et en réalisant des vidéos qu’il diffuse sur la chaîne YouTube de l’entreprise.

Croissance

Le carnet de commandes de Vélo Conversio est rempli jusqu’à la mi-août. Le couple a la vision de devenir «LA référence en conversion de vélos électriques au Québec». Actuellement, ils sont les deux seuls employés. Ils aspirent à agrandir leur équipe.

Ils souhaitent d’ici deux ans ouvrir une première franchise. Le but serait de reproduire leur modèle ailleurs au Québec. En attendant, ils accueillent à leur boutique des gens des quatre coins de la province.

Après avoir gagné deux prix au gala provincial du Défi OSEntreprendre et 20 000 $ en bourses au début du mois de juin, Vélo Conversio vient de remporter le concours Innovinc du Centre d’entrepreneuriat de l’Université de Montréal. Cela lui a permis de mettre la main sur un prix de 12 500 $, ainsi que 1000 $ en services juridiques.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires