Nervus.Co veut repousser les limites de la réalité virtuelle

Par Stéphanie MacFarlane
Nervus.Co veut repousser les limites de la réalité virtuelle
Louis-Philippe Daigneault et Jérémie Dufour sont les cofondateurs de Nervus.Co. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

La jeune pousse Nervus.Co se spécialise dans la production de contenu de réalité virtuelle et de vidéos inter-actifs 360 degrés. L’entreprise de Saint-Alexandre, fondée en 2020, souhaite aller au-delà du divertissement en repous-sant les limites de la réalité virtuelle, une technologie qui peut notamment être utilisée en santé, en formation, mais aussi en marketing. Une voie que Tremcar a récemment empruntée.

Nervus.Co a été fondée par Louis-Philippe Daigneault et Jérémie Dufour, deux amis de longue date. Le premier est issu du milieu du cinéma. Il a été comédien et est diplômé en scénarisation de l’Institut national de l’image et du son (INIS). Le second est pharmacien et propriétaire de la pharmacie Proxim, située sur la rue Saint-Jacques dans le Vieux-Saint-Jean.

La réalité virtuelle et les vidéos 360 degrés en sont encore à leurs balbutiements. Nervus.Co jumelle les deux. «J’étais attiré par le 360 degrés. C’est nouveau et c’est le farwest. Les gens ne savaient pas quoi faire avec ça, tant les créateurs que les clients», relate Louis-Philippe Daigneault.

Louis-Philippe Daigneault et Jérémie Dufour sont les cofondateurs de Nervus.Co.

À ses yeux, la qualité de l’image est pertinente, et l’interaction est tout aussi importante. «Si le contenu est passif, les gens font «wow»pendant 45 secondes et après l’effet s’estompe. Pour faire du contenu passif, le cinéma a la priorité», souligne-t-il. Pour lui, un contenu de réalité virtuelle devient bon lorsqu’on y ajoute de l’interactivité.

Possibilités infinies

La réalité virtuelle s’expérimente avec un casque ou tout autre dispositif doté d’un écran. Le volet interactif est possible lorsque l’utilisateur dispose d’une manette ou d’un quelconque outil lui permettant de sélectionner une des options qui apparaissent à l’écran au fil de l’expérience.

Au-delà du divertissement, la réalité virtuelle peut avoir de nombreuses propriétés, notamment dans le domaine de la santé et de la santé mentale. Louis-Philippe Daigneault aimerait travailler sur un projet qui permettrait d’aider à traiter le trouble de stress post-traumatique.

«Avec la réalité virtuelle, on est capable de faire revivre la situation traumatisante durant une séance de psychanalyse», expose-t-il. La réalité virtuelle peut également être utilisée en médecine, notamment en réhabilitation, dans le traitement de la douleur et de l’anxiété.

Nervus.Co aimerait fabriquer une chaise de relaxation virtuelle sur laquelle les gens pourraient s’installer et prendre un moment pour s’évader virtuellement du quotidien. Lorsqu’une personne porte un casque de réalité virtuelle, elle n’est plus consciente de son environnement, de ce qui se passe autour, résume M. Daigneault.

Formation

L’outil numérique peut aussi servir dans diverses formations interactives. «Un employeur est capable de faire expérimenter à ses employés un client désagréable et de voir la façon dont ils vont réagir», poursuit Louis-Philippe Daigneault. À travers le scénario, l’employé doit sélectionner diverses options afin de désamorcer la situation ou l’envenimer, selon le choix fait.

D’autres exemples? Faire des formations en santé et sécurité du travail ou encore, exercer des policiers avec un tireur actif… en réalité virtuelle. «On est capable de mettre une personne en situation dangereuse tout à fait sécuritairement et de voir comment elle réagit», indique M. Daigneault.

Il est même possible, dans certains cas, de suivre le mouvement des yeux et d’analyser les émotions et divers états mentaux grâce à la technologie de la jeune pousse montréalaise Re-Ak Technologies.

Tremcar

La réalité virtuelle a aussi son utilité en marketing. Nervus.Co a récemment travaillé avec Tremcar. Le manufacturier de remorques et de citernes en acier inoxydable et en aluminium a utilisé cette technologie pour se faire remarquer et se démarquer.

À l’aide d’un casque de réalité virtuelle, les clients et futurs clients du constructeur peuvent visiter ses usines de Saint-Jeansur-Richelieu et de Saint-Césaire pour voir l’ensemble du processus de production des citernes. À l’aide d’une manette, le visiteur virtuel sélectionne le ou les départements qu’il souhaite découvrir. Au total, le document dure 22 minutes, mais il a été segmenté pour optimiser l’expérience.

L’outil numérique peut notamment être utilisé lors des événements auxquels Tremcar participe, comme les salons professionnels. L’entreprise pourra aussi s’en servir dans le processus de recrutement:les candidats auront la chance de visiter le milieu de travail.

Nervus.Co est composé des deux cofondateurs. Ces derniers aimeraient toutefois agrandir l’équipe dans le futur. L’entreprise souhaite également avoir un studio où elle pourra y bâtir un lieu utile à ses expériences.

Nervus.Co a été lauréate du Défi OSEntreprendre 2021 dans le Haut-Richelieu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires