De nouveaux propriétaires à la barre du Nautique

Par Stéphanie MacFarlane
De nouveaux propriétaires à la barre du Nautique
Avec ses 202 quais, le Nautique est une grosse marina. (Photo : Le Canada Français - Julien Saguez)

Après 62 ans dans le giron de la famille Goineau-Senécal, la marina Le Nautique a récemment changé de mains. Les nouveaux propriétaires, Sylvain Glarmet et Simon Jean-Joseph, ont plusieurs projets, dont le développement du tourisme nautique sur la rivière Richelieu, mais aussi sur le lac Champlain.

La marina Le Nautique a été fondée en 1960 par Robert Goineau. Après son décès, son épouse et son fils Paul Goineau ont repris le flambeau. Ce dernier s’est associé en 2000 à son beau-frère Pierre Senécal, époux de Luce Goineau. M. Senécal est décédé le 30 juillet 2020.

Mme Goineau s’est occupée de l’entreprise avec l’aide de ses deux filles. La marina Le Nautique et le restaurant Le Bleumarin étaient à vendre depuis quelques années.

De leur côté, Sylvain Glarmet et Simon Jean-Joseph opèrent quatre établissements en Martinique, dont l’une des plus grosses marinas des Caraïbes. «On cherchait à faire une croissance externe, une façon de se développer et de se diversifier géographiquement. On pensait que le Canada, notamment le Québec, avait beaucoup de potentiel», expose Sylvain Glarmet, le copropriétaire du Nautique. Au départ, leurs recherches étaient orientées vers le lac Champlain et ils sont tombés par hasard sur l’offre de vente du Nautique.

Sylvain Glarmet est le nouveau propriétaire du Nautique avec son associé Simon Jean-Joseph (absent sur la photo).

Accueil
Les discussions ont été entamées, mais la pandémie de COVID-19 les a retardées. «Quand on a pu venir, on a tout de suite vu que l’endroit était charmant et qu’il y avait plusieurs possibilités de développement», poursuit Sylvain Glarmet.

Lui et son associé Simon Jean-Joseph, un ancien sportif de haut niveau originaire de la Martinique, sont devenus officiellement propriétaire des lieux à la mi-juillet. La valeur de la transaction n’a pas été chiffrée.

Ils ont plusieurs projets pour l’endroit. D’une part, ils ont entamé un processus pour changer le nom de la marina, mais aussi celui de son restaurant. Ils sont conscients toutefois que pour bien des gens, ça restera «Le Nautique».

«C’est de la continuité avec un peu de ruptures. C’est ce qu’on veut mettre de l’avant avec l’équipe. On n’oublie pas ceux qui ont planté l’arbre. Notre but est de le faire grandir avec de nouvelles branches tout en solidifiant ses racines», illustre Sylvain Glarmet.

Marina
Avec ses 202 quais, le Nautique est une grosse marina. Les deux associés souhaitent en faire une base de loisirs en offrant diverses embarcations en location et en proposant notamment des cours.

Une étude de faisabilité est aussi en réalisation afin de pouvoir offrir la location de catamarans d’ici quelques années. «En Martinique, ça marche très bien. Ça permettrait de partir de Saint-Jean pour aller visiter le lac Champlain pendant une semaine ou deux sur un <@Ri>camping-car<@$p> flottant», explique Sylvain Glarmet.

Le lac Champlain est un grand terrain de jeux. «On peut y faire de la voile, du bateau à moteur, de la pêche. Il y a tous les loisirs. On associe vraiment le nautisme au tourisme et aux loisirs. On veut essayer de proposer des services et d’être innovants dans notre approche de faire de la plaisance», ajoute M. Glarmet.

Ce Marseillais d’origine croit qu’une telle offre aurait des retombées touristiques pour Saint-Jean-sur-Richelieu, notamment parce que l’approvisionnement se ferait ici même et que les touristes passeraient par la ville. «Et cette offre de catamarans n’existe pas encore ici», observe celui qui s’est installé dans la région à la mi-août avec sa femme et ses enfants.

Restaurant
Le concept du restaurant sera aussi revu. Les deux propriétaires souhaitent revoir le circuit d’approvisionnement afin que les aliments cuisinés, notamment le fromage, les charcuteries et les légumes, proviennent de producteurs locaux.

«On veut faire quelque chose de festif et de chaleureux, été comme hiver. On veut redonner aux Johannais un endroit emblématique avec une nouvelle dynamique. On veut redonner un second souffle au niveau de la cuisine et de l’ambiance», indique M. Glarmet, qui qualifie l’accueil reçu de chaleureux et bienveillant.

Aucun changement ne sera fait d’ici décembre. Quelques travaux seraient entamés durant l’hiver afin d’être prêts pour la nouvelle saison nautique. Leur objectif est d’en faire un endroit touristique estival et aussi de permettre aux gens de s’y retrouver à l’année dans une ambiance conviviale.

À son plein potentiel, l’entreprise peut offrir du travail à près de 50 personnes. Pour pallier la pénurie de main-d’œuvre, elle n’écarte pas la possibilité d’offrir à ses employés de partager leur temps entre la Martinique et Saint-Jean-sur-Richelieu, puisque les hautes saisons ne se déroulent pas en même temps.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Denis
Denis
12 jours

m. Glarmet n’oubliez pas d’utiliser la belle musique (Dano’s )des
Carraibes avec les merveilleux Steel drums.Surtout l’été WOW !
MERCI !