Bessette Assurances soufflera ses 100 bougies

Par Stéphanie MacFarlane
Bessette Assurances soufflera ses 100 bougies
Jean-François Bessette, à droite sur la photo, peut compter sur ses enfants Jordi et Rosalie pour la relève de Bessette Assurances. Le cabinet assure 20 000 familles. (Photo : Gracieuseté)

Un jalon important dans l’histoire de Bessette Assurances sera franchi le 22 février. La compagnie fondée par Roméo Bessette fêtera ses 100 ans. Un siècle plus tard, l’entreprise demeure toujours dans le giron familial en ayant à sa tête la troisième et la quatrième génération. Elle figure aussi parmi les 50 plus grands cabinets de la province.

Roméo Bessette a lancé son entreprise en 1922 à Saint-Jean-sur-Richelieu. Quatre ans plus tard, il a installé ses bureaux dans le Vieux-Saint-Jean. En 1945, son fils Gabriel s’est joint à l’entreprise. Cette même année, l’entreprise a déménagé ses locaux au 154, rue Champlain. Elle y restera jusqu’en 1989. Jean-Marcel Bessette, l’autre fils de Roméo Bessette, s’est joint à l’équipe en 1952.

La troisième génération, représentée par Jean-François, le fils de Jean-Marcel, s’est greffée à l’équipe en 1982. Puis, en 1989, Bessette Assurances quitte le Vieux-Saint-Jean pour déménager sur la rue Plante, en bordure de l’autoroute 35. L’édifice sera agrandi en 2008.

En 2007, Jordi Bessette, le fils de Jean-François, s’est joint à Bessette Assurances. Il est le directeur général. Puis, en 2010, Rosalie Bessette, la sœur de Jordi, est entrée au service de l’entreprise. Elle est courtière et responsable des projets spéciaux. Enfin, en 2012, Bessette Assurances a acquis Assurances J. Marc Beauregard, un cabinet situé à Marieville.

Fierté
Ces 100 ans d’histoire remplissent de fierté les membres de la famille Bessette. «C’est très rare qu’une entreprise arrive à 100 ans. Il y avait du monde avant nous et on a travaillé pour continuer la croissance exponentielle. On est bien fiers d’assurer la continuité», indique Jean-François Bessette, le président de Bessette Assurances.

Cette durabilité n’est pourtant pas assurée à toutes les entreprises selon des études, notamment celle réalisée par John Ward. Le chercheur souligne que 30% des entreprises familiales survivent à la transition jusqu’à la deuxième génération, de 10 à 15% perdurent jusqu’à la troisième génération et entre 3 et 5% se rendent jusqu’à la quatrième. La troisième et la quatrième génération sont actuellement à l’œuvre chez Bessette Assurances.

Évolution
Si la firme poursuit la mission pour laquelle elle a été fondée, c’est-à-dire fournir de l’assurance de dommages, le milieu a changé, mentionne Jean-François Bessette. Outre le télétravail, accéléré par la pandémie de COVID-19, la façon de transmettre les documents aux clients et de percevoir les paiements a grandement changé.

«Il faut s’adapter rapidement. Il y a eu plus de changements en cinq ans que dans les 95 premières années, illustre Jean-François Bessette. Mais la base reste là: nous offrons des assurances pour couvrir les biens. Ça reste au cœur.»

Le domaine est aussi rendu un «monde de grands joueurs», expose Jordi Bessette. «On tire notre épingle du jeu grâce à notre service à la clientèle», dit-il. «On essaie d’être disponibles. On récupère beaucoup de clients de cabinets qui ne sont pas capables de suivre la rapidité», poursuit Jean-François Bessette.
Il n’est pas rare que le téléphone sonne en soirée ou le week-end. «Ça fait aussi une belle proximité avec la clientèle», ajoute Rosalie Bessette.

Chiffre d’affaires
Environ 20 000 familles sont assurées chez Bessette Assurances. «Ça représente un chiffre d’affaires d’environ 20 M$. À ce montant s’ajoutent les revenus tirés des services financiers. On est parmi les 50 plus grands cabinets au Québec», souligne Jean-François Bessette.

L’équipe de l’entreprise qui compte un bureau à Saint-Jean-sur-Richelieu et un autre à Marieville est composée de 35 personnes. La compagnie ne prévoit pas réaliser d’acquisition à court terme.

Technologie
Si la mission d’offrir des assurances de dommages demeure, la technologie s’invite dans le domaine. L’adaptation est la clé. Bessette Assurances a mis sur pied un programme d’assurances pour les véhicules électriques. L’entreprise travaille aussi à déployer son système de dossier en ligne qui sera accessible dès ce printemps.

La venue des voitures autonomes sera le prochain grand changement. Il est question de quelques années, selon les principaux intéressés. «La technologie est là. C’est la règlementation qui manque», indique Jordi Bessette.

La télématique sera un autre chamboulement. Jordi Bessette l’explique par la tarification en temps réel. «Cela permet aux assureurs d’ajuster la prime en fonction du risque», expose-t-il. Différentes variables sont prises en compte, dont les accélérations, les décélérations et le respect des limites de vitesse. «La prime annuelle pourrait devenir une prime mensuelle», ajoute Jean-François Bessette. Certains assureurs offrent déjà cette technologie.

Autres défis
L’entreprise n’échappe pas non plus aux nouvelles réalités de la main-d’œuvre. Six employés ont pris leur retraite dans les dernières années. Ils cumulaient des décennies d’expérience. Mentionnons le cas d’Élise Delorme qui a travaillé pour l’entreprise familiale pendant 64 ans!

Ces départs ont mené le courtier en assurance à embaucher de nouveaux employés. «Ils sont rapides en informatique, mais aussi à l’affût des opportunités. Il faut être à leur écoute et leur dire pourquoi ils devraient venir travailler chez nous. On ne verra plus ça des gens qui travaillent 40, 50 ou 60 ans pour nous», illustre Jean-François Bessette. Ce dernier, qui cumule cette année 40 ans d’expérience au sein de l’entreprise, ne songe pas à la retraite. «J’ai du plaisir», conclut-il

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean-Pierre Quintin
Jean-Pierre Quintin
5 mois

Je suis dans l’erreur ? Vous aviez un bureau sur la 9iem avenue a Iberville. Je suis le neveu de Joseph Aldéric Benoit. Bonne Journée J.P.Q.