Un Fou de Bassan en visite sur le Richelieu

Photo de Marie-Josée Parent
Par Marie-Josée Parent
Un Fou de Bassan en visite sur le Richelieu
(Photo : Réal Boulet)

Une fois de plus, la rivière Richelieu vient d’accueillir un visiteur qu’on ne voit pas souvent dans la région. Un jeune Fou de Bassan s’est mêlé aux Oies des neiges samedi dernier, un fait rare qui serait probablement passé inaperçu n’eut été l’œil avisé de l’ornithologue Réal Boulet.

« Le 1er décembre en allant observer les canards et les oies le long du canal, j’ai pu observer un fou, mais pas un fou à deux pattes, un fou à deux ailes », souligne à la rigolade le passionné.

Il était 16 heures lorsque Réal Boulet a vu l’oiseau se poser sur la rivière. Immédiatement, il a braqué sa lentille sur le nouveau venu. Celui-ci s’est jeté au milieu d’un groupe d’environ 5000 Oies des neiges.

Il ne faisait pas de doute pour l’observateur qu’il s’agissait d’un Fou de Bassan. Ceux qui ont eu la chance de l’admirer près de l’île Bonaventure, en Gaspésie, savent qu’il est imposant. Dans les airs, il est gracieux et agile. L’envergure des ailes de l’adulte dépasse parfois deux mètres. Son bec est long et puissant. En mer, il plonge comme une fusée pour ramener son dîner.

Jeune

« Un Fou de Bassan n’est-il pas blanc me direz-vous ? Hé oui, lorsqu’il est adulte ! Celui-ci était un jeune de l’année. Il est peut-être parti à l’aventure ou il s’est tout simplement perdu en route », estime Réal Boulet.

Cet oiseau majestueux n’a pas l’habitude de s’aventurer dans les terres. Il niche dans le golfe du Saint-Laurent ou le long de la côte Est de Terre-Neuve.

Au Québec, on le retrouve en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine et sur l’île d’Anticosti. Lorsque les petits sont élevés, ils se dispersent le long de la côte depuis la Nouvelle-Angleterre jusqu’au golfe du Mexique.

Intérêt

Réal Boulet se devait de partager sa découverte. Comme il se faisait tard samedi, peu de gens ont pu le voir sur le Richelieu. « Je l’ai montré à trois passants qui se sont avérés surpris et intéressés », mentionne l’ornithologue.

Il s’agissait d’une deuxième observation de Fou de Bassan à Saint-Jean-sur-Richelieu pour celui qui s’investit au quotidien pour documenter et répertorier la faune ailée du Haut-Richelieu. Il faut savoir que Réal Boulet pratique l’ornithologie dans la région depuis plus de 35 ans. La précédente observation d’un tel oiseau remonte à 2006. Il s’agissait également d’un jeune de l’année.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Sara
Sara
3 années

Magnifique!

Huguette Martin
Huguette Martin
3 années

Merci à M. Boulet de nous avoir montré cet oiseau des mers .