Un ancien bateau de croisière devenu leur maison

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
Un ancien bateau de croisière devenu leur maison
Yanick Beauregard et Julie Duchesne ont adopté la vie nomade à l’année à bord de leur navire, un ancien bateau de croisière dans les îles de Sorel. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Un ancien bateau de croisière dans les îles de Sorel connaît une deuxième vie grâce à Julie Duchesne et Yanick Beauregard. Le couple a complètement réaménagé l’intérieur du Survenant III pour y vivre à l’année. Le Canada Français a eu le privilège de faire le tour du propriétaire à la marina Le Nautique.

Les navigateurs ont fait l’acquisition de leur vaisseau de 62 pieds de long en octobre 2021. Le navire était à la retraite depuis 2014, après 40 ans de loyaux services dans l’embouchure du Richelieu.

Il ne subsistait plus rien de son ancienne vocation dans la cabine. Le bateau d’une capacité de 188 passagers offrait suffisamment d’espace pour le diviser en plusieurs pièces. «Nous habitons notre bateau en permanence depuis le mois de mars, répond fièrement Julie Duchesne. Nous avons cassé maison et vendu tout ce qu’il nous restait.»

Aucun Regret

Elle ne regrette pas du tout sa décision. «Je ne reviendrais pas en arrière, affirme-t-elle. C’est comme vivre dans un chalet, sauf que tu peux te déplacer. Il y a plus de pieds carrés que dans mon ancien loft !»Mme Duchesne a néanmoins eu quelques appréhensions l’hiver dernier pendant les rénovations. «On gelait tout rond. À un moment donné, je me suis demandé si c’était une bonne idée !», avoue-t-elle.

Les fenêtres inclinées leur ont donné du fil à retordre. Il leur a fallu réfléchir longtemps afin de trouver la bonne solution pour recouvrir les murs. C’est sans compter l’inclinaison du bateau qui ne s’est pas figé tout à fait au niveau dans les glaces ! Pour cette raison, chaque étape prenait beaucoup plus de temps à réaliser que sur un bâtiment fixe.

Isolation

La vie à bord est beaucoup plus confortable depuis que le cockpit et la coque ont été isolés à l’uréthane. Le bateau est amarré à la marina Le Nautique pour l’hiver, ce qui permet de brancher la thermopompe au réseau électrique. «L’été, nous sommes complètement autonomes avec nos huit panneaux solaires», décrit Julie Duchesne.

Yanick Beauregard a 20 ans d’expérience en navigation et Julie Duchesne, cinq. Elle a établi des conditions bien claires avant de faire le saut vers la vie nomade. «Je voulais une cuisine fonctionnelle, pas de miniréfrigérateur !, dit-elle. Je voulais avoir de l’espace.» Ses souhaits ont été exaucés. Le tout est entièrement fonctionnel et surtout, très chaleureux. À bâbord, une grande table avec banquettes sépare la cuisine moderne d’une des deux chambres d’invités. Une chaîne stéréo, quelques plantes, une télévision et deux guitares ornent le salon du côté tribord. L’avant du cockpit est réservé à la chambre principale.

L’été, Julie Duchesne renoue avec le jardinage grâce à son potager sur la terrasse. Elle a même deux poules qui lui donnent des oeufs frais chaque jour !

Fil de l’eau

Le couple vit littéralement au fil de l’eau.

L’habitacle est entouré de fenêtres, si bien que les navigateurs ont une vue imprenable sur 360 degrés de la rivière Richelieu. Yanick Beauregard apprécie surtout le rituel du matin. «On se lève avec le soleil et on regarde les canards», dit-il.

Le capitaine remarque chaque changement de paysage, même le plus subtil. Pour la première fois, le jour de notre visite, des plaques de glace formaient un joli casse-tête flottant autour du quai. Un canard ne s’en formalisait guère, plongeant dans l’eau glacée à la recherche de son repas.

Julie Duchesne et son conjoint demeurent très conservateurs dans leurs déplacements. Jusqu’à maintenant, leur nouvelle maison est surtout demeurée dans les eaux du Richelieu. Ils ont toutefois des plans ambitieux pour prendre le large.

Guatemala

La coque en aluminium et les 19 pieds de largeur du bateau de croisière en font un bâtiment très stable, même en eaux profondes. M. Beauregard et Mme Duchesne envisagent de passer l’hiver prochain dans les Keys, en Floride. «D’ici dix ans, on projette de se rendre jusqu’au Guatemala et de remonter le continent par la côte ouest», ajoute la navigatrice, le regard rêveur.

Au printemps, le couple prévoit suivre une formation plus poussée en météorologie pour «faire les bons choix lors de ses futures sorties en mer», indique-t-elle. Son conjoint et elle sont tous les deux autodidactes. Il le faut bien pour manoeuvrer et réparer ce qui fait défaut. Yanick Beauregard a une formation de base en mécanique, ce qui lui est fort utile pour ajuster les deux gigantesques moteurs diésel dans la cale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dart Vader
Dart Vader
27 jours

Ils sont ou les photos ?!?

Antony Gilbert
Antony Gilbert
25 jours

Magnifique couple en plus 🙂

Yan le chest
Yan le chest
21 jours

Je connais leur fils et c’est un méchant beau stud.