Saint-Jean veut investir 253,9 M$ d’ici 2025

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Saint-Jean veut investir 253,9 M$ d’ici 2025
Le Vieux-Saint-Jean à Saint-Jean-sur-Richelieu. (Photo : Le Canada Français - Julien Saguez)

Des investissements de 253,9 M$ sont prévus d’ici 2025 dans les infrastructures municipales de Saint-Jean-sur-Richelieu, dont 72,3 M$ l’an prochain. C’est ce qui ressort du programme triennal d’immobilisations (PTI) adopté le 28 juin. Ce PTI, qui contient près de 200 projets distincts, compte toutefois de grands absents comme la passerelle à Saint-Luc et le nouveau garage municipal.

Dans les trois prochaines années, Saint-Jean compte notamment investir pour remplacer la caserne à Saint-Luc (14,3 M$), reconstruire la passerelle Normandie (12,2 M$), réaménager le Centre-de-Plein-Air-Ronald-Beauregard (7,3 M$), mettre à niveau la piscine Claude-Raymond (6,1 M$), rénover le Centre culturel Fernand-Charest (4,7 M$), urbaniser le boulevard du Séminaire Sud (4 M$) et entretenir les rues de gravier (2,2 M$).

Les élus souhaitent aussi réaliser une étude de faisabilité pour aménager un parc riverain au ruisseau Hazen, faire une analyse préprojet pour la construction d’un nouveau complexe aquatique et relocaliser la piste des cadets à l’aéroport pour y permettre le développement d’une nouvelle zone industrielle.

Plus globalement, la Ville investira 74,8 M$ dans la gestion des eaux, 38,1 M$ dans les programmes annuels (comme la réfection des chaussées), 30,6 M$ pour la mise à niveau des biens immobiliers et 27 M$ pour divers projets d’aménagement.

Elle prévoit aussi dépenser 14,7 M$ pour l’aménagement de parcs et la bonification des plateaux sportifs, 4,7 M$ pour le plan de conservation et l’aménagement de parcs naturels, ainsi que 3 M$pour le remplacement des équipements de parcs.

La reconstruction de la passerelle Normandie est prévue en 2024 au coût de 12,2 M$.

Ventilation

En 2023, les dépenses d’immobilisations devraient s’élever à 72 338 758 $, tandis qu’une somme de 106 504 595 $ est prévue l’année suivante. Enfin, 75 053 742 $ devraient être dépensés dans les projets en 2025. À titre indicatif, la valeur globale du PTI 2023-2025, soit 253,9 M$, est supérieure (+40,2 M$) au PTI précédent.

Les projets seront financés de diverses façons, dont des subventions (44,7 M$), des fonds réservés et le plan de conservation (6,6 M$), le programme de réfections des chaussées (15,9 M$) et divers emprunts (170,7 M$).

Finance

Dans sa présentation, la mairesse a rappelé que les projets figurant au PTI sont ceux que la Ville prévoit initier et effectuer au cours des trois prochaines années. Mme Bouchard a aussi abordé le contexte actuel particulier, notamment le climat économique incertain, la pénurie de main-d’oeuvre et de matériaux, le souhait d’obtenir un juste prix et le développement durable.

«La question des soumissions est préoccupante. On évalue le coût de chaque projet. Mais quand ça coûte 1 M$de plus, on attend. Ça fait déjà quelques années qu’on attend pour certains projets», souligne Andrée Bouchard en entrevue.

L’inflation préoccupe aussi beaucoup les citoyens, poursuit-elle. Lors de la présentation du prochain budget, la Ville dévoilera un nouvel outil financier qui sera mis en place pour permettre d’amoindrir l’effet de l’inflation sur les comptes de taxes. «Il va falloir augmenter un peu les taxes, mais on ne pourra pas aller jusqu’à l’inflation, même si pour nous, la dépense sera là. Ce nouvel outil est pour contrer ça. Il a pour objectif de ne pas trop faire pression sur les citoyens», enchaîne-t-elle.

Grands absents

Malgré la longue liste de projets figurant au PTI, on y dénote quelques absents. Parmi eux, la passerelle piétonnière et cyclable qui doit relier le boulevard de la Mairie à la rue des Colibris en passant au-dessus de l’autoroute 35. Ce projet est dans l’air depuis les années 80.

Et il l’est encore, assure la mairesse. «On débutera sous peu la consultation sur le développement du secteur Saint-Luc. Cette passerelle est attachée à ça. On la remettra dans le PTI une fois qu’on aura décidé d’un projet de développement», avise-t-elle.

Au terme des consultations avec les citoyens, elle serait étonnée que le projet de passerelle soit abandonné. «Ça fait tellement longtemps qu’elle est dans le PTI que ça commence à avoir l’air d’une légende urbaine. Quand on va la ramener, c’est qu’on va la faire. On travaille actuellement les plans et devis pour la passerelle Normandie et on pense aussi à celle de Saint-Luc pour le design. On a l’intention de la faire», indique Mme Bouchard.

Le projet de garage municipal, parfois appelé complexe municipal, a aussi été écarté du PTI. La mairesse souligne qu’un chargé de projets oeuvre sur ce dossier. «On aura ce complexe municipal», dit-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Diane
Diane
4 mois

Qu’ est ce qui arrive avec le pont sur la 104 ……c est bizarre tout est abandonné mais on se tape le trafic….