La Fondation Santé a fait passer les soins à l’ère moderne

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
La Fondation Santé a fait passer les soins à l’ère moderne
Ève Limoges, Julie Coupal, Yves Bisson, Douglas W. Clarke, Victoria Forget Saint-Amant, Isabelle Croteau et Mélanie Bourgeois. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

La Fondation Santé fête ses 40 ans cette année. Depuis sa création, en 1983, elle a investi plus de 32 M$ dans les soins de santé à l’Hôpital du Haut-Richelieu et dans les autres installations de la région. Ce n’est pas fini. «Nous sommes là pour rester, car il y a toujours des besoins immédiats à combler ainsi que des besoins futurs», souligne sa directrice générale, Julie Coupal.

L’organisation d’aujourd’hui est bien rodée. On est loin des premières rencontres dans la cuisine de son fondateur, Dr André Gamache. Le chirurgien voulait lui aussi offrir les meilleurs soins à ses patients. Sauf que l’argent n’était pas toujours au rendez-vous.

Dans les hôpitaux anglophones, c’était une tout autre histoire. La philanthropie était une culture bien ancrée chez ces communautés. Grâce à lui, l’Hôpital du Haut-Richelieu a été le premier établissement francophone au Québec à se doter d’une fondation.

Julie Coupal, directrice générale de la Fondation Santé.

«Dr Gamache est un véritable modèle de leadership philanthropique. Il a, par son engagement et son dévouement envers les autres, permis de faire une différence positive dans la vie de nombreuses personnes. Sa contribution inestimable à notre région doit continuer à inspirer les générations futures à l’importance de donner et de s’engager au sein de notre milieu», déclare Julie Coupal, directrice générale de la Fondation Santé.

Dans sa cuisine
Le médecin à la retraite se souvient des premières réunions dans sa cuisine. «Nous étions un groupe d’amateurs. Nous récoltions en moyenne 100 000$ par année», dit-il humblement. Malgré ses modestes débuts, la Fondation Santé avait de grandes ambitions. «L’Hôpital du Haut-Richelieu deviendra le meilleur de la province. C’est comme ça qu’on le vendait!», se souvient-il.

La Fondation Santé est entrée dans les ligues majeures quand l’homme d’affaires Gaétan Paradis a accepté d’en devenir le président. «La première année, il a amassé un million de dollars. Nous nous sommes ainsi procuré un scan. Ça a été le premier gros achat de l’Hôpital du Haut-Richelieu», raconte André Gamache.

Toujours grâce à la Fondation Santé, l’arrivée de la résonance magnétique a fait passer l’établissement à l’ère moderne. «Cette technologie a complètement changé les méthodes d’investigation, affirme le chirurgien. Les diagnostics étaient établis de façon beaucoup plus précoce.»

Réalisations
La Fondation Santé est aussi derrière la création du centre de lutte contre le cancer, de la clinique-réseau Médi-Soleil et de la Maison de naissance du Richelieu. Elle a aussi contribué à moderniser l’unité d’hémodialyse et a investi beaucoup dans la maison des soins palliatifs.

En 2011, l’organisation est passé à une vitesse supérieure avec le lancement d’une campagne majeure de 12 M$. De ce montant, 5 M$ seraient investis dans le futur centre mère-enfant, une unité de naissances à la fine pointe de la technologie. Après plusieurs rebondissements, les travaux devraient enfin débuter cette année au troisième étage de l’agrandissement de l’Hôpital.

Son dernier grand projet se trouve du côté de l’unité de psychiatrie. Le département du 4e Nord a besoin d’une cure de jouvence qui a donné naissance à Bâtir ensemble pour un environnement propice au rétablissement, une importante campagne qui permettra d’y investir 2,5 M$.

Révolutionnaire
Grâce à son tournoi de golf qui aura lieu en août prochain, La Fondation Santé contribuera encore plus à moderniser les soins de santé. Les retombées de l’événement seront investies dans un système d’endoscopie spinale qui transformera les délicates opérations à la colonne vertébrale en chirurgie d’un jour. L’Hôpital du Haut-Richelieu est d’ailleurs l’un des rares établissements au Québec à être doté de chirurgiens déjà formés à cette pratique.

«Nous sommes aussi indispensables dans les CHSLD pour humaniser les soins», souligne Mme Coupal. La Fondation Santé y offre 900 heures de musicothérapie et de zoothérapie par année. C’est sans compter les salles de bain multisensorielles et les «tables magiques», ces appareils de stimulation qui font un tabac auprès des résidents dès qu’on les met en fonction.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean francois leroux
Jean francois leroux
8 mois

Je suis un érudit de Dr Gamache.je suis de formation otorhinolologie et peut faire beaucoup de traitement sous locale. J aimerais participé à un voyage humanitaire quand la situation de violence be s’être sous contrôle. J aireairs avour m’a fille comme assistante de 9 ans qui connaît bien les cordées du métier . Merci