Fini le sans rendez-vous au Centre Médi-Soleil

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
Fini le sans rendez-vous au Centre Médi-Soleil
(Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Ceux qui avaient le réflexe de faire appel à la clinique sans rendez-vous du Centre Médi-Soleil devront bientôt penser à un plan B. Sa miniurgence cessera ses opérations le 31 mars prochain, ce qui privera 20 000 personnes par année de voir un médecin dans un court délai.

Il est important de préciser que le Centre Médi-Soleil ne ferme pas ses portes. La clinique a une double mission. Elle est d’abord et avant tout un groupe de médecine familiale (GMF). Ce volet demeure tel quel. Toute son équipe va continuer à suivre sa clientèle comme avant.

«Notre clinique sans rendez-vous sera ouverte seulement pour nos patients, indique Dre Joëlle Bertrand-Bovet, présidente du Centre Médi-Soleil. Il restera des rendez-vous disponibles pour le reste de la population, mais ce sera minime par rapport à nos cibles précédentes.»

La miniurgence est constituée en clinique-réseau. Ce modèle, aujourd’hui répandu à travers le Québec, offre des consultations aux patients sans médecin de famille. Ceux qui sont inscrits dans un autre GMF, mais qui ont besoin d’une consultation rapide, y ont aussi accès.

Dre Joëlle Bertrand-Bovet, présidente du Centre Médi-Soleil.

400 000$ par an
Depuis son ouverture en 2011, la clinique-réseau du Centre Médi-Soleil profitait d’un financement récurrent de 400 000 $ par année de la Fondation Santé. L’engagement était valide pour dix ans. Sa directrice générale, Julie Coupal, s’est penchée en 2020 sur cette entente qui arrivait bientôt à échéance.

«Au début, il s’agissait d’un projet novateur dans lequel la Fondation Santé a bien fait de s’investir, mais le cadre de référence a changé, fait valoir Mme Coupal. Le montant de 400 000$ est beaucoup trop élevé. On ne peut plus se le permettre et nous n’avons trouvé aucune autre clinique financée par une fondation.»

Financement
La clinique-réseau Médi-Soleil reçoit un financement annuel de 87 000$ de la part du ministère de la Santé. Cette somme ne suffit pas à couvrir toutes les dépenses, justifie Dre Joëlle Bertrand-Bovet.

«Ça coûte cher de faire rouler une clinique sans rendez-vous 12 heures par jour, sept jours par semaine, se défend-elle. C’est devenu un gros frein au recrutement. Pour nous, ce n’est plus viable.»

La moitié des 17 médecins qui travaillent à la miniurgence ont plus de 60 ans. Avec un bassin d’omnipraticiens de cette taille, «notre tour revient plus vite» pour couvrir les soirs et les fins de semaine, illustre Dre Bertrand-Bovet.

Impact majeur
La décision du Centre Médi-Soleil n’a pas été prise de gaieté de cœur. Ses médecins anticipent d’autant plus l’«impact majeur» que cela aura sur le système de santé. Où iront ces 20 000 patients par année, si ce n’est à l’urgence? Comme partout ailleurs, celle de l’Hôpital du Haut-Richelieu déborde. Pour réduire l’attente, une entente lui permettait même de référer à Médi-Soleil des patients de priorité faible.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre rappelle que la décision relève de la clinique. «D’ici mars 2023, nous travaillerons en collaboration avec la table locale de la Direction régionale de la médecine générale pour assurer une transition et trouver des solutions en lien avec l’impact de ce changement sur la réorientation des patients à partir de l’urgence», répond sa porte-parole, Martine Lesage.

Lettre morte
Le Centre Médi-Soleil dit avoir cogné à toutes les portes. Ses demandes adressées au CISSS de la Montérégie-Centre, à la Fondation Santé, à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu et à la MRC du Haut-Richelieu sont toutes restées lettre morte, se désole sa présidente.

«On avait plein de bonne volonté, mais on se sent bien seul», lâche Joëlle Bertrand-Bovet. Une clinique-réseau devrait selon elle être un projet qui mobilise la communauté. Le Centre Médi-Soleil pour sa part perçoit peu d’intérêt pour la coopération.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Normand Lachance
Normand Lachance
25 jours

Woin! Ça fait mal ça! Est-ce que nos députés ont été mis au courant de ce changement?

Chantal
Chantal
16 jours
Répondre à  Normand Lachance

Le député s’en fou royalement à l’image de son chef, des gens du réseau de la santé, c’est ce qu’il m’a répondu le 11 septembre 2022 16h. N’oubliez pas que la CAQ a démoli le réseau de la santé, ne venez pas me répondre que c’est Barette avec les libéraux car Legault ministre de la santé en 2002 avec un rapport accablant sur les CHSLD laissé sur les tablettes et il avait dit non au projet pilote des soins à domicile.Mais la réplique facile de la CAQ est la faute.des autres. Employée du réseau de la santé et citoyenne qui n’a pu de médecin de famille. Alors oui je parle en connaissance.de cause. Vous avez juste à taper Legault 2002 dans les archives de l’assemblée nationale, une mine d’or

Annie
Annie
23 jours

Vraiment ordinaire et dommage. Avec la quantité de gens sans médecin de famille, ceci était un bon moyen de ne pas engorgé les urgences pour des problèmes mineurs. Il y a-t-il moyen de faire changer cette décision ?

Last edited 23 jours by Annie