Escomptes St-Jean s’installera dans les anciens locaux de Provigo

Par Stéphanie MacFarlane
Escomptes St-Jean s’installera dans les anciens locaux de Provigo
Escomptes St-Jean, qui occupera les 30 747 pieds carrés de l'ancien Provigo dès le début de l'automne, vendra des produits alimentaires et non alimentaires à bas prix. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Sans locataire depuis la fermeture du Provigo en juin 2017, le local situé au 429, rue Saint-Jacques reprendra vie dans les prochains mois. Escomptes St-Jean, une entreprise spécialisée dans la vente de surplus alimentaire à bas prix, y déménagera ses installations et en profitera pour bonifier son offre.

Le commerce, qui a pignon au 747, rue Saint-Jacques, aménagera son nouveau local à 1,1 kilomètre de son lieu actuel. Il occupera la totalité des 30 747 pieds carrés de l’endroit.

À l’étroit dans son présent local, le propriétaire, Yves Dubé, souhaite centraliser toutes ses activités à une seule adresse, en plus d’élargir son offre de produits vendus à bas prix.

« C’est rendu trop petit. On a 14 000 pieds carrés avec le magasin et les entrepôts à Saint-Jean. On a aussi des entrepôts frigorifiques à Montréal », indique M. Dubé.

Les plans d’aménagement du nouveau local ne sont pas encore terminés, mais Yves Dubé souhaite utiliser près de la moitié de l’espace, soit entre 12 000 et 15 000 pieds carrés, pour la vente au détail. La balance servira à entreposer la marchandise.

Bas prix

Les produits en vente chez Escomptes St-Jean, aussi connu comme Surplus d’épicerie à bas prix, sont des aliments dont la date de péremption approche, qui ont un défaut d’emballage, qui ne correspondent pas aux critères visuels de qualité ou encore des produits discontinués.

« Le concept va rester le même. On vend en gros. On fait de l’institutionnel, qui paie les produits de 30 à 40 % meilleur marché, et monsieur madame Tout-le-Monde paie le même prix », explique le propriétaire.

Concept

Yves Dubé raconte que son nouveau magasin sera divisé en deux parties. « En entrant à droite, je vais avoir une gamme de produits prêts-à-manger, comme des sandwichs, des sous-marins, de la salade de macaroni, etc. Le midi, je vais aussi avoir du poulet frit et du poulet BBQ, le même principe que dans les grandes épiceries. La seule différence, c’est que je vais être compétitif », dit-il.

Les tablettes du magasin seront garnies de fruits et de légumes, de pain, d’aliments non périssables, comme des conserves, ainsi que des produits congelés. Tous les aliments seront vendus à bas prix. « On n’aura pas toute la même variété qu’une épicerie peut avoir parce que les produits en liquidation varient », précise M. Dubé.

L’autre section des Escomptes St-Jean abritera les produits non alimentaires. « Des souliers, des draps, des serviettes, énumère le commerçant. Il y aura des lots comme beaucoup d’autres centres de liquidation ont. »

Le propriétaire n’écarte pas l’idée de vendre de la bière, des cigarettes et des produits de loterie, mais se concentrera avant tout sur les items à rabais.

« Je ne veux pas que le monde pense que mon commerce est devenu une épicerie comme les autres. Si j’ai de la demande, je vais me faire un plaisir de satisfaire mon monde. Mais pour l’instant, je ne veux pas déroger. Je veux que les gens comprennent que c’est le même magasin qu’au 747, Saint-Jacques. On ne deviendra pas une grosse épicerie », répète-t-il.

Emplois

Une douzaine de personnes travaille actuellement chez Escomptes St-Jean. Ce nombre risque toutefois d’augmenter pour l’ouverture du nouveau local, prévue au début de l’automne. « Ça va prendre un minimum de 30 employés », indique M. Dubé.

Ce dernier compte investir entre 500 000 $ et 600 000 $ en équipement.

Escomptes St-Jean a pignon sur la rue Saint-Jacques depuis deux ans. Auparavant, le commerce était situé dans le domaine Deland, secteur L’Acadie.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
stephan
stephan
3 années

Je serai peut-être intéressé par un poste à l’entrepôt. J’ai 48 ans et je possède carte de cariste. Je suis disponible selon le salaire.

monique Ferland
monique Ferland
3 années

Quand l’ouverture est-elle prévue?

monique Ferland
monique Ferland
3 années

À l’ouverture, c’est sûr que je vais passer dans ce magasin.

André Pigeon
André Pigeon
6 mois

Bravo a votre belle initiative n’importe quand a Val D’or prêt a travaille pour vous. Je suis prêt a encouragé votre entreprise Vs Costco Merci

Suzanne Leclerc
Suzanne Leclerc
3 mois

Escomptes st Jean serait très apprécié à st etienne de Lévis il n’y a seulement qu’un Métro