Du cannabis médical sera produit à Saint-Jean

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Du cannabis médical sera produit à Saint-Jean
(Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Dans le domaine horticole depuis plus de 30 ans, Josée et Nicolas Bissonnette, copropriétaires de la Pépinière Brown, produiront du cannabis médical. Cette nouvelle production prendra place dans le bâtiment actuellement en construction en bordure de la 35. Les premières boutures pourraient y être cultivées d’ici la fin de 2019.

Lorsque cette opportunité d’affaires s’est présentée il y a 18 mois, Josée et Nicolas Bissonnette affirment avoir longuement réfléchi, notamment sur les questions éthiques et sociales.

«Dans le milieu de l’horticulture, il y a peu de changement. Pour nous, c’est une opportunité d’affaires. On a une terre agricole, on fait de l’horticulture. On fait pousser environ 300 variétés. On va transposer nos connaissances sur cette nouvelle plante et on va apprendre à bien la connaître», relate Josée Bissonnette.

La mise en place de cette nouvelle production a nécessité de nombreuses démarches, dont la création de l’entreprise Médicibis, notamment détenue par Josée et Nicolas Bissonnette. D’autres personnes souhaitant conserver l’anonymat sont également impliquées. Les Bissonnette sont aussi entourés de consultants pour les guider dans cette nouvelle aventure.

Médical

Josée Bissonnette précise que les serres de Médicibis produiront du cannabis médical et que la recherche scientifique dans ce domaine est en pleine effervescence.

«On n’est qu’au balbutiement de ce qu’on va pouvoir sortir de cette plante-là et de ce que la médecine va développer. On y croit. On se sent privilégiés de participer au développement de ce marché. C’est un défi super intéressant», poursuit Mme Bissonnette.

Elle souligne ne pas avoir l’intention de produire du cannabis récréatif, mais analysera la situation si jamais une opportunité se présente.

Construction

Débutés au début du printemps, les travaux de construction des futures serres progressent rapidement. Les automobilistes qui empruntent le pont Félix-Gabriel-Marchand peuvent difficilement ne pas apercevoir le bâtiment d’environ 19 500 pieds carrés situé à l’est de la Pépinière Brown.

La majorité de la superficie, soit 14 500 pieds carrés, sera occupée par cinq salles de production ainsi qu’une salle abritant les boutures et les plants mères. «Il y aura un système de ventilation au charbon qui filtre l’air entrant et sortant. Il n’y aura pas d’odeur», mentionne Nicolas Bissonnette.

Les 5000 pieds carrés restants serviront à gérer la production, notamment grâce à des salles de transformation, des salles pour les divers volets et des espaces de bureaux.

Des vestiaires avec douche seront aussi aménagés pour les employés. Avant d’entrer dans les serres, Santé Canada exige qu’ils se lavent, puis se vêtissent de sarrau, gants et bonnet, puis prennent une nouvelle douche en sortant.

Enfin, le bâtiment sera hautement sécurisé. Une puce électronique sera requise pour accéder à l’intérieur de la bâtisse. Celle-ci sera aussi dotée de caméras de surveillance et un gardien de sécurité sera sur place lorsque les employés y travailleront.

Permis

Les plants pousseront en terre en environnement contrôlé. Les Bissonnette souhaitent éventuellement que leur cannabis destiné aux traitements médicaux soit cultivé de manière biologique, tout en respectant les critères de qualité de Santé Canada.

«Pour nous, ça fait beaucoup de sens de faire un médicament pour soigner des gens qui a poussé sans produit chimique», enchaîne Josée Bissonnette.

Au Canada, tous les producteurs de cannabis médical et récréatif doivent obtenir une licence fédérale délivrée par Santé Canada en vertu du Règlement sur le cannabis . Médicibis a déposé sa demande l’hiver dernier.

«On a passé les premières étapes. Présentement, la GRC est en train de faire nos enquêtes de sécurité. Après, on va devoir prouver à Santé Canada que notre site est sécuritaire, qu’on a de bonnes pratiques de production et de tenue de registres. Il n’y a personne qui a de permis de Santé Canada sans être prêt à produire», relate Josée Bissonnette.

La construction devrait se terminer cet automne. Médicibis espère obtenir son permis de production au courant de l’automne pour ensuite travailler à obtenir son permis de vente à des transformateurs. Dans le meilleur des scénarios, ce permis serait délivré à la fin de l’hiver 2020 après l’analyse qualitative des deux premiers lots de production.

Qualité

Tous les lots produits seront analysés par Santé Canada et seront dotés d’un système de traçabilité, à l’instar de celui du domaine alimentaire. «Tout ce qui est produit est hyper contrôlé, analysé et échantillonné. On doit conserver les échantillons pendant plusieurs mois et années», relate Mme Bissonnette.

À ce stade-ci, Josée et Nicolas Bissonnette ne peuvent préciser quel type de forme prendra le cannabis qu’ils produiront. «On est bons pour faire pousser des plantes. On a développé notre plan d’affaires pour la production et on va la vendre à des gens qui vont faire la transformation. On va faire pousser le type de plantes que l’acheteur veut transformer», souligne Josée Bissonnette.

Si cette dernière a fait des prévisions quant à la capacité de production de sa future serre, elle préfère ne pas les divulguer. Même chose pour l’investissement requis.

Autres phases?

La mise en place de cette production de cannabis médical nécessitera des embauches. «On sera entre cinq et six employés, incluant Nicolas et moi», précise Mme Bissonnette. Cette dernière s’occupera de l’administration, tandis que son frère prendra soin de la production.

Mais d’autres emplois pourraient être créés lors des prochaines phases, dont le développement pourrait débuter dès l’an prochain ou en 2021. «L’enjeu actuel était d’aller chercher notre permis de Santé Canada avec cet édifice et de se faire la main. On a l’intention de faire d’autres phases pour continuer à développer Médicibis et on va créer beaucoup d’emplois», note Josée Bissonnette.

À ce moment-ci, cette dernière se réjouit d’être en mesure de développer des emplois permanents, parallèlement aux emplois saisonniers créés par la Pépinière Brown. Les activités du centre de jardin demeureront d’ailleurs inchangées.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
mario
mario
3 années

embaucher vous présentement merci

Jean-Pierre Meunier
Jean-Pierre Meunier
3 années
Répondre à  mario

Si j’étais vous j’irai les voir en personne!!!

Jonathan Huguenin Elliott
Jonathan Huguenin Elliott
3 années

Bonjour,
Comment peut- on vous rejoindre ???