200 personnes manifestent pour la protection des golfs

Par Stéphanie MacFarlane
200 personnes manifestent pour la protection des golfs
Les manifestants ont scandé plusieurs slogans au travers des bruits de vuvuzelas, de tambourines et de sifflets. (Photo : Le Canada Français - Julien Saguez)

«Voyons vert, non au dézonage», «Milieu en friche, milieu riche», «Ne touchez pas à nos espaces verts». Environ 200 personnes, dont plusieurs brandissaient une pancarte, se sont rassemblées à l’hôtel de ville, mardi soir. Dans une ambiance festive, elles ont manifesté en faveur de la protection des golfs du secteur Saint-Luc et des espaces verts.

«Sau-sau-sau, sauvons la planète», «Zéro perte de milieu naturel», «La parole aux citoyens», plusieurs slogans ont été scandés au travers les bruits de vuvuzelas (trompettes de carnaval), de tambourines et de sifflets.

Selon le décompte fourni par le Service de police, la foule comptait environ 200 manifestants. Les organisateurs estiment plutôt qu’entre 315 et 340 personnes étaient présentes.

«On est vraiment ravi de la mobilisation citoyenne. L’ampleur de la manifestation traduit bien qu’il y a une urgence, qu’il y a une solidarité qui est manifeste», indique Marie Tremblay, une des organisatrices.

Malgré le bruit, les pancartes et les discours, Marie Tremblay n’a toutefois pas l’impression que le message porté a été entendu par les élus. «C’est triste, mais les élus semblent faire fi de la volonté citoyenne qui a été répétée. Ça fait dix ans que les gens réclament qu’on protège l’environnement», poursuit Mme Tremblay. Elle ajoute que la mobilisation citoyenne se poursuivra.

Citoyens
Des citoyens du secteur Saint-Luc étaient présents, mais aussi d’autres quartiers. «On ne veut pas que les golfs soient dézonés. Je trouve qu’on est assez nombreux à Saint-Jean, on a assez d’îlots de chaleur. On aimerait avoir des îlots de fraîcheur de plus», souligne Mylène Lapalme, de L’Acadie.

Le petit-fils du fondateur du golf des Boisés de la mairie était aussi sur place avec sa famille. «On est contre le dézonage. On est toujours resté sur le golf. Mon grand-père y est encore. On veut vraiment conserver le plus d’espaces verts possible. Il y a du monde qui tient aux espaces verts», mentionne Maxime Fortin.

Séance
Vers 18h30, un peu plus de 80 personnes se sont rassemblées dans la salle du conseil municipal. La mairesse Andrée Bouchard a rappelé que le sondage était une étape facultative qui a été ajoutée par les élus dans le processus visant à adopter un programme particulier d’urbanisme (PPU) et qu’il permettait à la population de donner des orientations.

Mme Bouchard ne s’est pas engagée à protéger les golfs dans son entièreté. «On n’est pas assez avancé dans les travaux pour prendre ces engagements-là. Si je les prenais, ça ne donnerait rien de présenter des esquisses et de consulter la population à l’automne», a-t-elle dit, répétant que l’acceptabilité sociale était essentielle. Mme Bouchard a aussi réitéré son souhait de voir une portion du secteur étudié devenir un parc naturel, tout en parlant des autres besoins, dont des logements.

Période de questions
Au total, 23 personnes s’étaient inscrites pour poser une question aux élus. La mairesse a arrêté la période de questions après environ 1h15, se référant au règlement de régie interne du conseil qui la limite à 60 minutes. Neuf personnes avaient alors pu s’exprimer, dont sept sur les golfs et les espaces verts.

À la demande de citoyens, Mme Bouchard a permis aux gens dont la question ne concernait pas ces sujets de s’exprimer. La vaste majorité des gens présents a alors quitté les lieux.

Au tour de table des conseillers, certains élus ont partagé leur souhait que les citoyens de leur secteur soient écoutés. «Pour réussir à protéger les espaces verts, on va devoir fédérer l’ensemble des quartiers de la ville. J’ai l’impression qu’on parle de Saint-Luc, mais pas des autres quartiers. Si vous voulez faire vos projets, vous allez devoir convaincre les citoyens de la ville de leur pertinence», a indiqué Sébastien Gaudette. Les questions du fardeau fiscal des contribuables et des besoins en infrastructures ont aussi été abordées.

Politique
Plusieurs candidats à l’élection provinciale étaient aussi présents à la manifestation, de même que des représentants de divers groupes environnementaux.

De nombreux candidats de l’ancienne Équipe Alain Laplante étaient également présents. Denis Hurtubise, chef de Démocratie Saint-Jean (le nouveau nom de l’Équipe Alain Laplante), était de la partie, mais à titre de citoyen.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires