Chenail veut faire le plein du vote vert

Par Louise Bédard
Chenail veut faire le plein du vote vert
Le candidat André-Philippe Chenail du Parti vert a profité de son lancement de campagne pour faire valoir ses idées au pub Glen Morgan's. (Photo : Photo Le Canada Français – Julien Saguez)

L’objectif dans le comté de Saint-Jean est de rassembler les 30% de l’électorat qui se disent prêts à voter vert.

C’est ce que le candidat André-Philippe Chenail, du Parti vert du Canada, a fait valoir lors du lancement de sa campagne qui avait lieu le 12 septembre, au milieu du brouhaha des conversations des clients du pub Glen Morgan’s.

Arrivant difficilement à se faire entendre, le candidat s’est d’abord décrit comme un ambitieux environnemental. Pour le Canada, il invite les électeurs à avoir l’ambition de faire du pays un leader international en matière d’environnement. «Ça profitera à l’économie, aux entreprises et aux citoyens», a-t-il poursuivi.

Taxe carbone

Pour la qualité de l’environnement, il a décidé comme d’autres d’enfourcher son vélo, de réduire sa consommation de plastique et de s’adonner au compostage. Mais c’est un beau piège, évalue-t-il. Les corporations transnationales nous font croire que c’est nous qui portons le fardeau de la pollution et des déchets, dénonce-t-il. «Il faut que le gouvernement réglemente contre les compagnies et force le marché à s’adapter à la réalité d’aujourd’hui», fait-il valoir. Le Parti vert entend porter la taxe sur le carbone à 100$ la tonne d’émissions produites d’ici 2030 et non à 50$ d’ici 2022 comme le prévoit le gouvernement.

Le candidat a promis que sa formation financera la transition du chimique au biologique en agriculture. Il plaide que ce n’est pas 17% mais plutôt 50% du territoire canadien qui doivent devenir des aires protégées. Les verts veulent aussi récompenser les municipalités qui protégeront les terres par un zonage approprié.

Dette

Le Parti vert est-il une formation de gauche? M. Chenail répond oui par ses positions sociales et sa volonté de protéger l’ environnement. Est-il un parti de droite? Le candidat répond aussi par l’affirmative parce que les verts veulent équilibrer les budgets et non contribuer à la croissance de la dette comme l’a fait le gouvernement Trudeau.

Rappelant que l’argent demeure le nerf de la guerre, il a invité les sympathisants à devenir membres du parti pour 5$. «Saint-Jean doit envoyer un message fort à Ottawa. On veut une économie verte, pas une économie noire», a-t-il conclu.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des