Un goût de terre dans l’eau

Photo de Gilles Berube
Par Gilles Berube
Un goût de terre dans l’eau
(Photo : Archives Le Canada Français)

Pendant près de deux jours, l’eau a eu un goût terreux dans le réseau d’aqueduc de Saint-Jean-sur-Richelieu. Le problème est résolu. En aucun temps, la situation n’a posé un problème de toxicité.

Les citoyens de Saint-Jean ont pu percevoir un goût de terre dans l’eau potable, confirme Éric Desbiens, chef de la Division eau potable, à la Ville de Saint-Jean. Des citoyens ont comparé l’odeur ou le goût à celui de la betterave ou encore à celui d’algues. Ils n’avaient pas la berlue. D’ailleurs, ils ont été nombreux à le signaler sur les réseaux sociaux.

Le problème est survenu au cours de la journée, le mardi 8 janvier. Lorsqu’il a été identifié à l’usine d’eau potable, des ajustements ont rapidement été apportés au traitement de l’eau. Le dosage de charbon actif en poudre et celui de l’ozone a été augmenté, précise M. Desbiens.

Cependant, de l’eau goûteuse était déjà entrée dans les réserves. Jeudi, celles-ci achevaient de circuler dans les réseaux. Au même moment, l’eau à la sortie des usines n’avait plus ce goût caractéristique. En aucun temps l’eau n’a été toxique, assure notre interlocuteur. Autrement, la Ville aurait émis un avis d’ébullition.

Algues

Selon M. Desbiens, l’hypothèse est qu’il s’agit d’algues déposées au fond de la rivière qui auraient été mises en suspensions par les vents forts qui ont soufflé sur la vallée du Richelieu. Pour rappel, au sommet du mont Saint-Hilaire, des rafales de 116 kilomètres/heure ont été enregistrées.

En outre, le débit de la rivière a augmenté considérablement. Dans la nuit de lundi à mardi, il est passé de 550 à 725 mètres cubes à la seconde, une hausse de près de 50%. C’est 725 000 litres à la seconde. Ce brassage a donné un goût d’algue à l’eau.

Rappelons qu’à quelques reprises, l’eau de l’aqueduc de Saint-Jean a été reconnue comme l’une des meilleures au Québec par Réseau Environnement. Au départ, la Ville peut compter sur une bonne source d’approvisionnement, le Richelieu ayant un débit élevé. Mais cette ressource demeure sensible, fait valoir M. Desbiens. Ce genre d’événement montre comment l’équilibre est fragile et que l’eau est importante.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des