Confrontés à un autre duel sans lendemain, les joueurs des Oilers restent confiants

Joshua Clipperton, La Presse Canadienne
Confrontés à un autre duel sans lendemain, les joueurs des Oilers restent confiants

SUNRISE — Avec audace, Kris Knoblauch a annoncé que ses yeux étaient tournés vers les 10 prochains jours.

L’entraîneur-chef des Oilers d’Edmonton avait partagé ses sentiments quelques heures avant que sa troupe ne dispute un match sans lendemain, confrontée à un déficit de 0-3 dans la série finale de la Coupe Stanley contre les Panthers de la Floride.

Les Oilers ont écrasé les champions de l’Association Est par la marque de 8-1 et obtenu un sursis d’exécution.

Knoblauch — avec confiance, une fois de plus — lorgne maintenant vers les huit prochains jours que les membres de son équipe, prévoit-il, passeront ensemble. La marge d’erreur reste toutefois nulle.

Les Oilers auront de nouveau le dos au mur mardi soir contre les Panthers, qui mènent maintenant la série finale 3-1.

Dans la foulée de l’éclatant triomphe des Oilers samedi soir à domicile, à la suite duquel des partisans ont fêté jusque tard dans la nuit autour du Rogers Place, la troupe de Knoblauch est fermement déterminée à gagner du temps et, comme l’a dit le capitaine Connor McDavid après le quatrième match, «traîner (les Panthers) en Alberta».

Les paroles de Knoblauch — il n’avait vraiment rien à perdre — auraient pu tapisser un babillard dans le vestiaire opposé. Mais l’entraîneur recrue avait des raisons de partager publiquement ses convictions inébranlables.

Mis à part l’aspect stratégie, son travail n’a jamais porté sur la confiance — ou sur le fait de la maintenir à un niveau élevé. Il s’est plutôt efforcé de ne pas laisser la frustration s’installer au sein de sa formation ultra-talentueuse.

C’était la mission à remplir six semaines après le lancement de la saison, pendant les séries éliminatoires, et durant cette série, que les joueurs des Oilers estiment qu’ils pourraient facilement mener 3-1.

«On les a considérés comme exclus», a déclaré Knoblauch aux journalistes, lundi, après la séance d’entraînement de son équipe à l’aréna Amerant Bank.

«D’autres ont dit ‘Ils sont cuits, ils ne sont pas si bons, c’est fini’. Peu importe si c’était en novembre ou pendant les séries éliminatoires.

«Pour eux, ça n’a aucune signification.»

L’attaque des Oilers s’est avérée significative lors du quatrième match, produisant une explosion de buts après avoir été tenue en échec par les Panthers.

McDavid a sonné la charge avec quatre points pendant que Leon Draisaitl et Ryan Nugent-Hopkins parvenaient enfin à inscrire leur nom à la feuille de pointage.

Ils ont ainsi permis aux Oilers d’effectuer un premier pas qui pourrait leur permettre de devenir la cinquième formation dans l’histoire de la LNH à gagner une série après avoir accusé un déficit de 0-3. Et seulement la deuxième formation à réaliser pareil tour de force en finale, environ 82 ans après l’édition des Maple Leafs de Toronto de 1942.

«Si vous regardez le sommet de la montagne en ce moment, c’est pas mal abrupt, a illustré Draisaitl. Mais prendre un jour à la fois ne semble pas si mal.»

Les Oilers ont trouvé des brèches chez le gardien de but des Panthers Sergei Bobrovsky, qui avait arrêté 82 tirs sur 86 lors des trois premières parties avant d’être sorti du match de samedi après avoir accordé cinq buts sur 16 tirs.

«Nous n’allons pas décider comment il va jouer (lors du cinquième match), nous n’allons pas décider comment leur équipe va jouer», a déclaré le défenseur Darnell Nurse, qui a mis fin à la soirée de Bobrovsky en marquant son premier but depuis le début des séries éliminatoires.

«Nous n’allons pas non plus choisir les décisions qui seront prises. Nous ne pouvons contrôler que ce que nous pouvons contrôler.»

Cette approche calme est quelque chose que Knoblauch a apporté lorsqu’il a été propulsé sous les projecteurs d’une région du Canada folle de hockey avec un aspirant à la coupe Stanley en difficulté, il y a sept mois.

«Il a trouvé un moyen de s’en sortir, a déclaré Nugent-Hopkins, dont l’équipe vise à forcer la tenue d’un sixième match à Edmonton vendredi. Il croit en nous et nous croyons les uns dans les autres.»

Les Oilers ont démontré leur capacité à riposter tout au long de la saison. Knoblauch est celui qui s’est trouvé à la barre de ce navire.

«C’est un groupe très résilient, a affirmé Draisaitl. Vous ne voulez pas vous retrouver trop souvent dans ce genre de situation, mais nous avons toujours fait un très bon travail en tirant collectivement sur la même corde. Ce ne sont pas des individus, c’est nous tous ensemble. Nous aimons jouer les uns pour les autres.»

Le grand Allemand a ajouté que la confiance de Knoblauch était justifiée.

«Ce serait dommage qu’il n’ait pas confiance en nous maintenant, a déclaré Draisaitl en souriant. Il y a eu beaucoup d’adversité cette année, et (on) a toujours trouvé le moyen de s’en sortir.

«Il y a beaucoup de confiance.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires