Un syndicat répond au vérificateur général du N.-B. au sujet des autobus scolaires

La Presse Canadienne
Un syndicat répond au vérificateur général du N.-B. au sujet des autobus scolaires

FREDERICTON — Le syndicat représentant les chauffeurs d’autobus scolaires du Nouveau-Brunswick conteste les affirmations du vérificateur général selon lesquelles ses membres ne satisfont pas aux exigences en matière de permis, de formation et de vérification de casier judiciaire.

Iris Lloyd, présidente de la section locale du Syndicat canadien de la fonction publique représentant les chauffeurs, affirme que les dossiers du personnel examinés par le vérificateur n’étaient pas à jour.

Mme Lloyd dit que les chauffeurs de bus aiment leur travail et comprennent qu’ils conduisent chaque jour une «cargaison précieuse» à l’école.

La semaine dernière, le vérificateur général Paul Martin a déclaré qu’un examen des dossiers personnels de 65 conducteurs a révélé que 46% ne respectaient pas les exigences en matière de permis et que 20% n’avaient pas de vérification de casier judiciaire dans leur dossier.

Le rapport a également mis en évidence des problèmes liés à l’entretien des autobus scolaires, notant qu’entre le 1er janvier 2022 et le 1er février 2024, 63 autobus étaient en retard pour une inspection et 311 autres étaient en retard pour un entretien.

Jonathan Guimond, président de la section locale du Syndicat canadien de la fonction publique du Nouveau-Brunswick qui représente les mécaniciens, affirme que certains autobus sont en mauvais état parce que les mécaniciens ne sont pas suffisamment payés. Il ajoute que le recrutement et la rétention du personnel sont difficiles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires