Le programme «révolutionnaire» pour les jeunes débute au campement McGill

Maura Forrest, La Presse Canadienne
Le programme «révolutionnaire» pour les jeunes débute au campement McGill

MONTRÉAL — Une école d’été dite «révolutionnaire» a débuté lundi après-midi au campement propalestinien du campus du centre-ville de l’Université McGill à Montréal.

Le programme, qui inclut des conférences sur l’histoire palestinienne et le mouvement de résistance, s’étendra sur les quatre prochaines semaines.

Les organisateurs le qualifient d’«éducation révolutionnaire» et promettent des cours de langue arabe et d’artisanat culturel.

Des politiciens fédéraux et provinciaux ont demandé le démantèlement du camp après qu’une affiche du programme d’été publiée la semaine dernière montrait une image de personnes tenant des fusils automatiques.

«Assez, c’est assez, c’est un discours de haine et une incitation à la haine pure et simple, a commenté le ministre fédéral de l’Immigration, Marc Miller, sur le réseau social X. La désescalade à McGill a clairement échoué. Il faut que cela cesse!»

De son côté, la ministre de l’Enseignement supérieur du Québec, Pascale Déry, a déclaré que l’affiche est «une provocation, une incitation explicite à la violence, voire à un endoctrinement».

L’inspecteur David Shane, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a affirmé lundi aux journalistes que l’affiche «est préoccupante, car elle présente l’image d’un fusil d’assaut». Il a ajouté que le SPVM a ouvert une enquête et qu’il est aidé par la GRC.

«Ils (la GRC) ont une expertise en matière de terrorisme, par exemple, alors on veut juste échanger et voir les bonnes pratiques et comment on peut mener ce dossier», a-t-il dit en point de presse.

Zaina Karim, porte-parole du programme, affirme que la photo est une image historique et que les organisateurs ne regrettent pas de l’avoir utilisée.

«C’est une image historique montrant un peuple colonisé en train de lire sur un autre peuple colonisé. C’est une symbolique entre l’éducation et la lutte», a-t-elle soutenu.

Elle indique qu’environ 50 à 80 personnes, pour la plupart des étudiants, se sont inscrites à la première semaine de cours.

Mme Karim a indiqué que les organisateurs ont été surpris par le nombre d’inscriptions et qu’ils pourraient ouvrir davantage de places dans les semaines à venir.

«Nous défions les normes du monde universitaire normal. Nous voulons enseigner des choses qui ne sont pas normalement enseignées. L’objectif principal est d’éduquer», a-t-elle expliqué en entrevue.

Dans un communiqué envoyé vendredi, le recteur de McGill, Deep Saini, a annoncé que l’université renforcerait la sécurité à proximité du campement. «Cette publication est extrêmement inquiétante. Elle a attiré l’attention de médias internationaux, et de nombreux membres de notre communauté ont communiqué avec nous pour nous faire part de leurs vives et légitimes inquiétudes, que je partage.»

Dans un communiqué envoyé lundi, le SPVM souligne qu’il «reste à l’affût de l’évolution de la situation afin d’assurer la protection et la sécurité de toutes et tous».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires