La N.-É. dépose un projet de loi pour consacrer le mi’kmaq comme première langue

La Presse Canadienne
La N.-É. dépose un projet de loi pour consacrer le mi’kmaq comme première langue

HALIFAX — Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse dépose un projet de loi pour reconnaître le mi’kmaq comme une langue autochtone parlée et utilisée dans la province.

Karla MacFarlane, ministre des Affaires L’nu, a déclaré jeudi que la Loi sur la langue mi’kmaw permettra la mise en œuvre d’une stratégie de revitalisation pour promouvoir et préserver la langue des Premières Nations qui vivent dans la province.

Ce projet de loi crée un comité mixte pour mettre en place une stratégie pluriannuelle de protection de la langue.

La loi sera promulguée à une date convenue avec les dirigeants mi’kmaq et entrera en vigueur le 1er octobre, jour du traité.

Le chef de la nation d’Eskasoni, Leroy Denny, a déclaré jeudi qu’il était très enthousiaste à l’égard du projet de loi, ajoutant que «c’est un premier pas important, mais qu’il reste encore beaucoup de travail à faire».

M. Denny dit qu’il est impatient de travailler avec «les aînés, les gardiens du savoir, les guerriers de la langue», ainsi qu’avec la province pour faire avancer cette législation.

Blaire Gould, directrice générale de l’autorité scolaire mi’kmaq Mi’kmaw Kina’matnewey, dit que les responsables constatent une perte de la langue dans les communautés, mais «plus important encore, nous assistons à une résurgence de la langue dans les communautés où les jeunes et les membres de la communauté cherchent activement à restaurer leur langue et leur culture».

«Cette loi contribuera à renforcer cela», estime-t-elle.

Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée. Une version précédente incluait le mauvais prénom pour Blaire Gould.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Veilles en droit autochtone - 14 avril 2022 - Cain Lamarre
2 mois

[…] La N.-É. dépose un projet de loi pour consacrer le mi’kmaq comme première langue […]