Vladimir Poutine énonce ses conditions pour mettre fin à son invasion de l’Ukraine

Dasha Litvinova, The Associated Press
Vladimir Poutine énonce ses conditions pour mettre fin à son invasion de l’Ukraine

Le président de la Russie, Vladimir Poutine, a promis vendredi d’ordonner «immédiatement» un cessez-le-feu en Ukraine et d’entamer des négociations si Kyiv commençait à retirer ses troupes des quatre régions annexées par Moscou en 2022 et renonçait à son projet d’adhésion à l’OTAN.

Un tel accord semble voué à l’échec, puisque Kyiv souhaite rejoindre l’alliance militaire et exige que la Russie retire ses troupes de l’ensemble de son territoire. L’Ukraine n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat sur la proposition de M. Poutine.

«Nous le ferons immédiatement», a assuré M. Poutine lors d’un discours prononcé depuis les bureaux du ministère des Affaires étrangères, à Moscou.

Ces remarques du président russe sont intervenues au moment où les dirigeants du G7 sont réunis en Italie et que la Suisse se prépare à accueillir des dizaines de dirigeants mondiaux, cette fin de semaine, pour un sommet visant à tenter de définir les premiers pas vers la paix en Ukraine. Moscou ne participera pas à cet événement.

M. Poutine a mentionné que sa proposition visait à une «résolution définitive» du conflit en Ukraine, plutôt qu’à un «gel» de celui-ci. Il a ajouté que le Kremlin était prêt à entamer des négociations «sans délai».

Dans ses revendications, le dirigeant russe a aussi énuméré le statut non nucléaire de l’Ukraine, des restrictions sur sa force militaire et la protection des intérêts de la population russophone du pays.

Tous ces éléments devraient faire partie des «accords internationaux fondamentaux» et toutes les sanctions occidentales contre la Russie devraient être levées, a déclaré M. Poutine.

«Nous appelons à tourner cette page tragique de l’histoire et à commencer à restaurer, étape par étape, l’unité entre la Russie et l’Ukraine et en Europe en général», a-t-il soutenu.

Dans son discours, M. Poutine a présenté pour une rare fois ses exigences pour mettre fin à la guerre en Ukraine, mais ce n’était pas une première. Le Kremlin a déjà affirmé que Kyiv devait reconnaître ses gains territoriaux et abandonner sa candidature à l’OTAN afin que la guerre se termine.

La Russie ne contrôle entièrement aucune des quatre régions qu’elle a illégalement annexées en 2022, mais M. Poutine a insisté vendredi sur le fait que Kyiv devait s’en retirer entièrement et les céder essentiellement à Moscou à l’intérieur de leurs frontières administratives.

À Zaporijia, dans le sud-est, la Russie ne contrôle toujours pas la capitale administrative homonyme de la région, qui compte 700 000 habitants. Dans la région voisine de Kherson, Moscou s’est retirée de la plus grande ville et capitale du même nom en novembre 2022.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires