Le chaos autour de la candidature de Biden provoque des fissures à la Maison-Blanche

Colleen Long, The Associated Press
Le chaos autour de la candidature de Biden provoque des fissures à la Maison-Blanche

Drame interne, fuites d’informations, remises en question: la pression et le chaos qui règnent depuis la performance désastreuse de Joe Biden au débat présidentiel provoquent des fissures dans une Maison-Blanche jusqu’ici marquée par la discipline et la loyauté.

Depuis plus de trois ans, l’administration Biden a été pour l’essentiel définie par une volonté de présenter sa politique et d’éviter les intrigues de palais. Les assistants gardaient généralement hors de la vue du public toute critique de leur patron ou de leur travail. Mais pas ces derniers temps.

La performance fragile de Joe Biden au débat du 27 juin a conduit à un jeu de reproches inhabituellement public, à des fuites d’appels téléphoniques privés entre le président et les démocrates et à des questions sur la présence de son fils Hunter Biden à la Maison-Blanche.

Cela a incité les responsables actuels de la Maison-Blanche à exprimer anonymement leurs inquiétudes quant à la capacité de M. Biden à faire le travail et a même conduit au départ d’une journaliste de radio après que des détails ont été révélés selon lesquels l’équipe de campagne de M. Biden l’avait alimentée.

Sans parler de tout le drame qui se déroule à Capitol Hill, où une poignée de démocrates de la Chambre des représentants ont publiquement appelé M. Biden à se retirer et où d’autres se demandent à huis clos s’ils doivent se prononcer publiquement contre le président alors que les chefs de parti tentent de le faire.

Il n’est pas encore clair si le drame de la Maison-Blanche se poursuivra alors que le pays se dirige vers les élections de 2024.

Andrew Bates, attaché de presse adjoint principal, a déclaré que M. Biden avait «restauré la compassion, l’honnêteté et la compétence au bureau ovale» et bâti l’administration la plus diversifiée de l’histoire.

«Alors que le président Biden s’est battu et a obtenu le bilan le plus solide de toute administration moderne, il n’y a pas eu une seule semaine où Washington a douté de lui et de son équipe», a affirmé M. Bates.

«Le personnel est profondément fier de lui et des autres et je sais que la clé est de se concentrer sur le travail et le peuple américain, pas sur le bruit.»

La discrétion de la Maison-Blanche a été intentionnelle sous M. Biden — il voulait que son administration soit considérée comme un retour aux opérations de gouvernement normales après l’administration Trump au cours de laquelle des politiques pas encore décidées faisaient la Une des journaux et des réunions privées apparaissaient parfois en public alors qu’elles étaient encore en cours.

Cela reflète également la profonde loyauté du cercle restreint de Biden, où de nombreux conseillers de premier plan travaillent avec le président depuis des décennies.

Un débat qui continue de faire des ravages

La performance du président Biden lors du débat a suscité une quantité surprenante de critiques publiques de la part de certains de ses plus grands partisans, notamment l’ancienne directrice des communications de la Maison-Blanche, Kate Bedingfield, qui faisait partie d’un panel à la télévision immédiatement après la joute oratoire.

«Ce fut un débat vraiment décevant de la part de Joe Biden. Je ne pense pas qu’il existe une autre façon de le dire. Son plus grand enjeu était de prouver au peuple américain qu’il avait l’énergie, l’endurance — et il ne l’a pas fait», a-t-elle déclaré sur CNN.

En privé, collaborateurs et alliés ont été discrètement secoués par la manière dont M. Biden s’est comporté dans le débat et se sont demandé si la campagne était récupérable, d’autant plus que les critiques négatives continuent d’affluer.

Et il y a eu des remises en question sur la stratégie à long terme visant à limiter les interactions publiques de M. Biden, en particulier avec les journalistes, dans le cadre d’un mandat dirigé par des collaborateurs haut placés. Joe Biden a accordé moins d’entrevues que ses récents prédécesseurs et il a tenu moins de conférences de presse que n’importe quel président depuis Ronald Reagan.

Dans un effort pour remonter le moral du personnel, le chef de cabinet de M. Biden, Jeff Zients, a exhorté les collaborateurs de la Maison-Blanche la semaine dernière, à se concentrer sur la tâche qui leur incombe.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires