Un nouveau milieu naturel qu’il vous faut découvrir

Un nouveau milieu naturel qu’il vous faut découvrir

L'aire d'accueil de l'entrée nord comprend un magnifique belvédère qui donne un premier coup d'œil sur l'étang du parc des Parulines.

Crédit photo : Le Canada Français

Avec sa friche herbacée, son érablière rouge, sa cédrière, son étang et sa tranquillité, le parc des Parulines, dans le secteur L’Acadie, possède tous les ingrédients pour devenir un nouveau site incontournable à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le sentier qui forme un trajet aller-retour d’un peu plus de deux kilomètres permet pour la première fois de découvrir la moitié de ce site enchanteur de 26 hectares, situé entre la route 219 et l’Allée des Cigales, une rue du domaine de la Canadienne.

Depuis 2016, la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu travaille à la création de ce premier parc naturel sur son territoire. Celui-ci a pu être fondé grâce à des acquisitions faites dans le cadre du plan de conservation des milieux naturels.

Au printemps, une première phase de travaux a été lancée, ce qui a permis l’aménagement du sentier, de deux aires d’accueil, d’un stationnement et la mise en place de mobilier urbain. Une seconde phase de travaux permettra d’ouvrir le reste du site aux visiteurs qui pourront alors accéder au parc par le haut de la rue Saint-Jacques. Cette zone comprend une vaste érablière et des marécages. On y trouve même un petit cours d’eau.

Étang

Le Canada Français a été invité à découvrir la première phase d’aménagement en compagnie d’élus et de gestionnaires municipaux. Le rendez-vous était donné sur la rue Bourret pour accéder au site par son entrée nord.

D’emblée, le premier coup d’œil sur le parc surprend. Le sentier s’ouvre sur un belvédère en bois qui donne une vue imprenable sur l’étang d’une superficie d’un demi-hectare. La profondeur de l’eau est faible, mais elle y réside toute l’année. Ce n’est pas un lieu pour la baignade, mais il est idéal pour la relaxation et la détente. Une tortue serpentine y a déjà été vue, de même que plusieurs espèces de grenouilles. Un bihoreau gris et un héron vert ont également été aperçus par le passé, ce qui devrait réjouir les ornithologues qui sont toujours à la recherche d’espèces rares.

L’ameublement du belvédère, qui comprend deux bancs, est fabriqué à partir de frênes recyclés au Québec. L’entreprise d’insertion sociale Les Ateliers d’Antoine a créé tout le mobilier du parc des Parulines.

Mixité végétale

De l’étang, le sentier de poussière de roche mène ensuite vers l’unique et exceptionnelle cédrière. Il s’agit d’une rareté régionale. Les conifères forment un petit ilot, où il fait bon de se réfugier à l’ombre. La ville y a installé une table à pique-nique. Les cèdres, qui ont environ 40 ans, servent d’abris aux oiseaux et aux mammifères.

En face, on retrouve une première friche herbacée. Il s’agit d’un habitat pour les reptiles, les micromammifères, les insectes et les oiseaux. Des abris y ont été installés, notamment pour les hirondelles bicolores. Celles-ci ont été observées par le passé, mais elles n’ont pas niché sur le site en construction ce printemps.

En poursuivant la promenade, on traverse une jeune succession de peupliers faux-tremble, puis un ilot forestier résiduel majoritairement composé de frênes rouges. On y retrouve également du bouleau gris et blanc, de l’orme d’Amérique, de l’érable à sucre et du caryer ovale.

Ruches

En prenant la dernière ligne droite qui mène à l’entrée sud, on passe aux côtés d’un étang vernal. Comme son nom le laisse sous-entendre, il n’y a de l’eau qu’au printemps, ce qui favorise la reproduction des grenouilles.

En face, les visiteurs sont invités à s’arrêter pour observer la seconde section de friche herbacée. En s’avançant de quelques pas, ils y trouveront trois ruchers qui appartiennent à Hubert Pilon, apiculteur du secteur L’Acadie. Son entreprise RebelBees fait la promotion d’une apiculture naturelle et durable.

La promenade se termine à l’entrée sud qui se trouve sur le chemin du Clocher. La ville y a aménagé un stationnement d’une dizaine de places.

Lorsqu’il sera entièrement aménagé, le site proposera aux visiteurs douze hectares de milieux forestiers, dix hectares de prairies, des milieux humides, un cours d’eau et deux hectares de nouvelles plantations.

Le 29 septembre, la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu organise une corvée communautaire au parc des Parulines. Pour en savoir plus, c’est ici.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar