2,2 millions pour stabiliser la berge du canal de Chambly

2,2 millions pour stabiliser la berge du canal de Chambly

Les endroits où le talus a décroché sont particulièrement visibles quand le niveau d'eau est abaissé dans le canal.

Crédit photo : Archives Le Canada Français

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu est en voie d’adopter un règlement d’emprunt de 2 180 00$ pour réaliser des travaux de stabilisation de la berge ouest du canal de Chambly. L’Agence Parcs Canada assumera la moitié des coûts.

Il y a déjà plusieurs années que la Ville et Parcs Canada planifient ces travaux. À la suite de la crue historique du printemps 2011, des signes d’érosion sont apparus sur la jetée du canal, mais aussi sur la berge ouest longeant la rue Champlain.

Sur à peu près toute la longueur du canal, l’enrochement qui forme le seuil de la berge a glissé vers le chenal du canal, affaiblissant du coup le talus. À plusieurs endroits, on peut voir que le talus a décroché. Il est même arrivé que la Ville doive fermer la piste cyclable et la voie de circulation longeant le canal en raison d’un glissement du sol. Les dommages sont particulièrement évidents en dehors de la saison de navigation, quand le niveau d’eau est abaissé.

Il faudra d’ailleurs, la fin de la saison de navigation avant que les travaux ne commencent, indique Benoît Senécal, directeur adjoint du Service des infrastructures et de la gestion des eaux à la Ville de Saint-Jean. Le chantier se poursuivra jusqu’à la reprise de la navigation, au printemps 2019. Il n’est pas impossible qu’il reste alors des travaux à terminer l’automne suivant.

Glissière

Le projet prévoit plusieurs interventions sur le tronçon compris entre les rues Lesieur et Loyola. Dans la phase préparatoire, il nécessitera d’aménager des digues à l’amont et à l’aval du chantier. La glissière de sécurité actuellement en place sera enlevée en vue de son remplacement. L’entrepreneur devra faire du débroussaillage et démolir un muret de béton.

La consolidation du talus implique des travaux d’excavation et de déblai de matériaux pour les remplacer par un nouveau matériau granulaire, la pose d’une membrane géotextile et d’un enrochement de protection. L’extrémité des ponceaux qui se déversent dans le canal devra être biseautée. Le sol meuble qui recouvrira le talus sera stabilisé par une barrière à sédiments et par l’ensemencement d’une plante herbacée.

Le projet prévoit l’abattage de certains arbres et la plantation d’autres arbres et d’arbustes. La signalisation doit être remplacée. La nouvelle glissière de sécurité sera tubulaire. En outre, une halte d’observation sera aménagée à même la voie de refuge que l’on retrouve face à l’Auberge Harris et à l’édifice de Place Barnabé. Une partie de cette aire de refuge sera maintenue en stationnement, mais un aménagement avec du mobilier urbain sera à la disposition des promeneurs à peu près où se trouvent actuellement les jumelles d’observation.

Dans ce dossier, la Ville a déjà réalisé l’appel d’offres avant d’entamer la procédure de règlement d’emprunt. Le contrat n’est toutefois pas encore adjugé. Elle a reçu six soumissions. Le plus bas soumissionnaire est la firme CBC 2010, de Saint-Jean-sur-Richelieu, au prix de 1 995 000$. Il faudra attendre la fin de la procédure d’emprunt avant d’octroyer le contrat.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Thérèse beauchamp Recent comment authors
Thérèse beauchamp
Invité
Thérèse beauchamp

Est ce que cela comprend. Un meilleur système pour empêcher des déversement qui se fait dans la rivieres ???? ce que je crois est vraiment important car l’état de la rivière en ce moment est pitoyable bien beau embellir la piste cyclable mais si on se promène on voit plein de cochonnerie sur le bord et bien cela n est pas invitant !!!!!