Rheinmetall implantée à Saint-Jean depuis 35 ans

Par Stéphanie MacFarlane
Rheinmetall implantée à Saint-Jean depuis 35 ans
(Photo : Le Canada Français - Archives)

L’année 2021 représente un nouveau jalon dans l’histoire de Rheinmetall Canada. L’entreprise spécialisée en technologie de défense et de sécurité s’est établie à Saint-Jean-sur-Richelieu en 1986 pour fournir un système de défense à l’armée canadienne. Au cours des 35 dernières années, son expertise a évolué et ses produits d’abord utilisés par le Canada, le sont maintenant par plusieurs autres pays.

Avant d’être Rheinmetall, on parlait d’Oerlikon Aérospatiale. Cette entreprise suisse s’est installée en 1986 sur le boulevard du Séminaire Sud. Elle a construit une usine de 32 000 mètres carrés (344 445 pieds carrés) sur un vaste terrain de 527 136 mètres carrés (5,7 millions de pieds carrés). Son arrivée en sol johannais a fait éclater un scandale politique, mais ce n’est pas le propos du présent article.

Oerlikon a été acquise en 1999 par Rheinmetall AG, une multinationale allemande qui œuvre dans le domaine de la défense et de l’automobile. Le nom Oerlikon a fait partie du paysage johannais jusqu’en 2007, moment où l’appellation et les couleurs de Rheinmetall Canada ont commencé à être officiellement utilisées.

Système ADATS
Oerlikon s’est implanté à Saint-Jean-sur-Richelieu pour assurer la fourniture aux Forces armées canadiennes du système de défense antichar et antiaérienne (ADATS pour Air Defence and Anti-Tanks System). À cette époque de la guerre froide, ce système devait assurer la défense aérienne à basse altitude des bases militaires canadiennes en Europe. En plus de fournir l’équipement, l’entreprise l’a entretenu durant 25 ans.

Aujourd’hui, Rheinmetall Canada ne produit plus le système ADATS. «L’entreprise a été créée pour ce contrat unique qui a été au centre de sa vie pendant deux décennies. Mais cette technologie n’a pas bien vieilli. Rheinmetall a dû se diversifier dans différents domaines spécialisés dans le monde de la défense. Le dernier fleuron est la robotique. C’est comme ça qu’on a assuré et qu’on assure la pérennité de la compagnie», souligne Alain Tremblay, vice-président à l’expansion commerciale et à l’innovation.

À l’automne 2010, Rheinmetall a décroché un contrat de 26 M$ pour la réparation, la révision et la mise à niveau de 42 chars Leopard, un blindé lourd des Forces canadiennes.

Équipements sophistiqués
En plus de la robotique, son expertise s’étend maintenant aux systèmes électroniques, d’armes, de véhicules, ainsi qu’à l’équipement aéroportuaire de soutien au sol. Rheinmetall produit, entre autres, des systèmes radars à moyenne portée, un système de camions à haute mobilité, des postes de tir, un système portatif évolué de défense aérienne, divers systèmes électroniques, dont les systèmes du soldat, des véhicules terrestres sans pilote ainsi qu’un logiciel de commandement et de contrôle.

L’entreprise fournit aussi des équipements aéroportuaires de soutien au sol comme des compresseurs mobiles de démarrage pour les avions et des systèmes de manutention des bagages servant à l’enlèvement d’effets suspects. Enfin, elle propose des solutions de sécurité et de surveillance pour l’industrie gazière et pétrolière.

Armée canadienne
La chaîne d’approvisionnement de l’entreprise johannaise compte plus de 500 fournisseurs canadiens. À ce jour, Rheinmetall Canada a réalisé, à titre d’entrepreneur principal ou de partenaire, près de 1,3 G$ en obligations de participation industrielle en vertu de politiques fédérales par le biais de 17 programmes d’acquisition et de soutien en service, précise l’entreprise.

Au cours de son histoire, Rheinmetall Canada a notamment remis à neuf et modernisé les chars Leopard que l’armée canadienne avait acquis des Pays-Bas. Elle a aussi fourni des centaines de mitrailleuses à grenades ainsi qu’un système de contre-mesures pour équiper les frégates canadiennes de classe Halifax.

Aujourd’hui, la superficie de l’usine johannaise est encore pleinement utilisée. «On vient de finir la livraison de radars de moyenne portée pour l’armée canadienne. Nous fournissons aussi le maintien en puissance et faisons les réparations pour 500 véhicules de patrouille tactique. Ça prend beaucoup d’espace», expose M. Tremblay. La production d’un système de démarrage électrique pour avions a aussi été récemment rapatriée d’Europe.

 

En 2015, Rheinmetall a obtenu un contrat pour fournir aux militaires canadiens un système intégré du soldat qui permet aux troupes de demeurer connectées avec leur unité.

Expansion?
Les années 2022 et 2023 seront charnières, notamment en raison de contrats qui seront octroyés. Si l’entreprise en décroche et selon leur importance, il n’est pas impossible qu’elle exerce son option d’agrandir ses installations actuelles sur le terrain qu’elle occupe à Saint-Jean ou qu’elle loue des locaux industriels.

«Si un ou deux contrats qu’on vise se matérialisent, nous devrons prendre des décisions pour la location d’espaces supplémentaires ou une expansion. Nous sommes toujours en croissance agressive à l’international et au Canada», indique Alain Tremblay.

En plus de l’armée canadienne, Rheinmetall fournit maintenant des solutions à d’autres pays, notamment au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Europe et en Asie. Elle a notamment eu des succès commerciaux en Allemagne et en Hongrie. Elle tente aussi d’obtenir un contrat lucratif au Royaume-Uni ainsi qu’aux États-Unis.

Employés
L’équipe de Rheinmetall compte un peu plus de 400 personnes à Saint-Jean-sur-Richelieu. Une soixantaine d’employés supplémentaires sont recherchés. Au milieu des années 1990, Oerlikon a eu jusqu’à 700 travailleurs à Saint-Eugène. «On est descendus à 200 ou 225 employés à la fin des années 2000 et au début des années 2010», note Alain Tremblay.

Alain Tremblay est vice-président à l’expansion commerciale et à l’innovation chez Rheinmetall Canada.

En 2019, Rheinmetall a acquis Provectus Robotics Solutions, une entreprise d’Ottawa spécialisée dans la robotique et la conduite autonome. Depuis, la douzaine d’employés a été multipliée par quatre. Il s’agissait de la première acquisition, mais pas de la dernière.

 

Implication sociale
Alain Tremblay souligne aussi la volonté de l’entreprise d’être engagée dans sa communauté. Il cite en exemple l’implication de leur employé François Auger, qui est conseiller municipal de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Les employés contribuent également à diverses causes, notamment à la lutte contre le cancer de la prostate. Le Fonds de bienfaisance des employés de Rheinmetall Canada appuie aussi de nombreux organismes de la région. Par exemple, en 2019 et en 2020 seulement, plus de 105 000$ ont été distribués.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires