Nos maisons parmi les plus abordables de la Rive-Sud

Par Stéphanie MacFarlane
Nos maisons parmi les plus abordables de la Rive-Sud
(Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Malgré la hausse du prix moyen des résidences unifamiliales de près de 30% en un an à Saint-Jean-sur-Richelieu, les maisons individuelles du territoire sont demeurées parmi les moins chères de toute la Rive-Sud, selon les données de 2020 publiées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). C’est toutefois en sol johannais que la hausse des prix s’est faite le plus sentir et où le nombre de transactions a été parmi les plus élevées.

L’an dernier, le prix moyen d’une résidence unifamiliale s’est établi à 371 537$ à Saint-Jean-sur-Richelieu. À titre comparatif, en 2019, le prix moyen était plutôt de 290 335$. Il s’agit d’un bond de 28% en un an. Quant au nombre de ventes, il est passé de 1073 à 1199, une hausse de 11,8%. Sur la Rive-Sud, seule la région de Sainte-Julie/Varenne (+ 14,4%) a vu ses ventes augmenter à un plus grand rythme.

C’est dans le secteur Saint-Luc/L’Acadie que le prix moyen est le plus élevé. Un total de 503 transactions y a été enregistré et le prix de vente moyen s’est fixé à 427 837$ l’an dernier. Dans le secteur Saint-Athanase/Iberville, 288 maisons se sont vendues en 2020 (+ 19,5% comparativement à 2019) et le prix moyen a été de 354 788$. Enfin, dans le secteur Saint-Jean, la valeur moyenne des 408 ventes s’est établie à 316 411$.

Rive-Sud
Outre la région de Châteauguay, c’est à Saint-Jean-sur-Richelieu qu’on retrouvait les maisons les plus abordables de la Rive-Sud en 2019. Un an plus tard, la situation est identique.

Cependant, l’écart de prix entre les deux villes s’est accentué. En 2019, les résidences unifamiliales du secteur de Châteauguay coûtaient en moyenne 4662$ de moins que celles de Saint-Jean-sur-Richelieu. L’an dernier, le prix de ces maisons était près de 30 000$ moins élevé qu’en territoire johannais.

Dans le sud-ouest de la Rive-Sud, qui inclut Delson, Saint-Constant, Sainte-Catherine, Saint-Mathieu et Saint-Philippe, le prix moyen s’est soldé à 391 572$ en 2020. À Saint-Hubert, il était plutôt de 408 079$, et de 411 421$ dans le secteur Sainte-Julie/Varennes.

Et Chambly?
À titre comparatif, le prix moyen des maisons vendues dans le Vieux-Longueuil s’est fixé à 443 824$ en 2020 et à 454 992$ dans la région de Beloeil et de Mont-Saint-Hilaire. Dans le secteur de Boucherville/Saint-Bruno, la valeur moyenne des transactions s’est élevée à 590 015$, et à 609 583$ pour Candiac et La Prairie.

Les maisons les plus chères de la Rive-Sud de Montréal se sont vendues à Brossard et à Saint-Lambert où 910 transactions ont été enregistrées. Le prix moyen en 2020 y a été de 663 518$, soit 291 981$ de plus qu’en territoire johannais.

Enfin, plus près de nous, à Chambly, le prix moyen des 646 ventes réalisées en 2020 était de 485 353$, soit 113 816$ de plus qu’à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Et 2021?
Cette hausse des prix est également ressentie dans l’ensemble de la province. Selon la publication Zoom sur l’habitation que Desjardins a diffusée à la fin du mois de janvier 2021, les prix des propriétés ont crû de 16,5% en 2020 au Québec.

Desjardins souligne que le faible bassin de propriétés disponibles crée une pression sur les prix. «Le nombre limité de nouvelles inscriptions freinera la croissance des ventes résidentielles au Québec. La hausse des prix continuera toutefois à s’accélérer vers les 20% compte tenu du faible inventaire de propriétés disponibles», écrit l’économiste Hélène Bégin dans la publication.

Plus précisément, Desjardins prévoit que le nombre de transactions n’augmentera que de 2,2% dans la province en 2021 comparativement à 2020, mais que les prix bondiront de 19,36%. La valeur moyenne pondérée d’une transaction passera de 377 000$ à 450 000$.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires