Sélection retraite cherche infirmière et bénéficiairee

Projet de 8 M$ dans le nouveau parc industriel de Sainte-Brigide-d’Iberville

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Projet de 8 M$ dans le nouveau parc industriel de Sainte-Brigide-d’Iberville
Les investissements sont plus rares depuis le début de la pandémie, mais un projet important est en cours de réalisation dans le nouveau parc industriel de Sainte-Brigide-d’Iberville. La construction du premier immeuble de la compagnie Entrepôt congelé alimentaire 10-48 nécessite des investissements de 8 M$ et devrait être en opération à la fin du mois de janvier. Les esquisses d’un deuxième entrepôt de 60 000 pieds carrés sont déjà sur la planche à dessin. Le coup d’envoi est prévu pour l’automne 2021. Sur la photo, on reconnaîtra le promoteur Denis Martin. (Photo : Claude Hébert - L'Avenir et des Rivières)

Un nouveau parc industriel spécialisé dans l’agroalimentaire verra bientôt le jour à Sainte-Brigide-d’Iberville, aux limites de Saint-Césaire. Un premier bâtiment spécialisé dans l’entreposage frigorifique ouvrira ses portes dès la fin janvier. Cette nouvelle construction réalisée près de la sortie 48 de l’autoroute 10 nécessite un investissement de plusieurs millions de dollars.

Le projet a franchi une étape décisive en novembre 2019 lorsque le promoteur Denis Martin a procédé à l’acquisition d’un terrain de 1,44 million de pieds carrés situé à l’arrière du restaurant Tim Hortons et de la station Petro Canada.

«Cet ancien camping qui est vacant depuis plus d’un quart de siècle a finalement trouvé preneur. Notre municipalité pouvait difficilement espérer meilleur dénouement», signale le maire de Sainte-Brigide-d’Iberville, Patrick Bonvouloir.

Première phase
La construction du premier immeuble de la compagnie Entrepôt congelé alimentaire 10-48, d’une superficie de 52 000 pieds carrés, nécessitera sept mois de travail et des investissements de l’ordre de 8 M$.

Le promoteur a notamment retenu les services de plusieurs entrepreneurs de la région, contribuant à la vitalité de l’économie locale. Il s’agit de Coffrage Éco (Saint-Paul-d’Abbotsford), Les Bétons du Coteau (Saint-Césaire) et Toitures Chatel (Marieville).

«La construction de la dalle a nécessité 3000 mètres cubes (m3) de ciment. À cette occasion, l’entreprise Les Bétons du Coteau a réalisé la plus grosse coulée de son histoire, soit 866 m3 en 14 heures», indique le gérant de projet, Maxime Benoit.

L’assemblage de la structure commencera dans les prochains jours et devrait être complété vers le 25 novembre. «On devra ensuite prévoir un mois pour le refroidissement progressif du bâtiment dont la température sera ensuite maintenue à -20° Celsius», précise le conseiller financier Mario Boivin.

Aliments
Cette nouvelle installation permettra un entreposage sécuritaire de divers produits de consommation courante (viandes, fruits, légumes, etc.) et desservira notamment plusieurs gros clients de la région comme Bonduelle et Olymel/ F. Ménard. Le bâtiment disposera de plafonds de 40 pieds de hauteur et de six quais de chargement-déchargement.

Un bassin de rétention de 300 000 gallons impériaux sera par ailleurs aménagé à l’arrière de l’entrepôt pour le captage des eaux de surface et la création d’une réserve d’eau pour la protection incendie.

«Un inspecteur de Santé Canada nous rendra visite à la fin des travaux pour valider la conformité de nos installations en vue de l’obtention du sceau Federal Approval», ajoute le promoteur, Denis Martin.

Autres phases
Le premier bâtiment d’Entrepôt congelé alimentaire 10-48 devrait être rempli au maximum de sa capacité dès le printemps prochain.
«Les esquisses d’un deuxième entrepôt de 60 000 pieds carrés sont déjà sur la planche à dessin. Le coup d’envoi de la phase 2 est prévu pour l’automne 2021, avec un an d’avance sur l’échéancier initial», ajoute M. Boivin.

Le promoteur n’entend pas s’arrêter là. Il envisage la construction de cinq autres bâtisses commerciales et industrielles sur le même site dans un horizon de cinq ans.

«Il y a une forte demande pour des entrepôts, mais les terrains disponibles en bordure des grands axes routiers se font de plus en plus rares», précise M. Martin. Ce dernier dit avoir choisi Sainte-Brigide-d’Iberville en raison de la présence de l’autoroute 10.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires