Un patient sur sept quitte l’urgence sans avoir été vu

Photo de Valerie Legault
Par Valerie Legault
Un patient sur sept quitte l’urgence sans avoir été vu
La proportion de patients qui ont quitté l’urgence de l’Hôpital du Haut-Richelieu prématurément a augmenté de 31,8 % en cinq ans. En 2014-2015, elle était de 10,7 %. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Les patients qui se présentent à l’urgence de l’Hôpital du Haut-Richelieu ne voient pas tous un médecin. L’attente en décourage plusieurs, si bien que 14,1 % d’entre eux retournent bredouilles chez eux, révèle un rapport de l’Institut économique de Montréal.

Le document publié au mois d’avril indique la proportion de patients ayant quitté l’urgence avant d’avoir vu un médecin dans 117 hôpitaux du Québec. Les statistiques obtenues au ministère de la Santé couvrent la période du 1er avril 2019 au 4 janvier 2020.

L’Hôpital du Haut-Richelieu se situe au 90e rang du classement général. En 2019, une personne sur sept a jeté la serviette avant que son nom résonne dans les haut-parleurs de la salle d’attente. C’est beaucoup plus qu’à l’Institut de cardiologie de Montréal, par exemple, où seulement un patient sur 56 a eu la même réaction.

Quatorze autres centres hospitaliers affichent la même proportion de patients « déserteurs » qu’à Saint-Jean-sur-Richelieu. Le Centre hospitalier de Granby, l’Hôpital de LaSalle et l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont en font partie, comme quoi le phénomène touche toutes les régions.

À la hausse

Les résultats à l’Hôpital du Haut-Richelieu montrent que la tendance ne va pas en s’améliorant. La proportion de patients qui ont quitté l’urgence prématurément a augmenté de 31,8 % en cinq ans. En 2014-2015, elle était de 10,7 %.

« À l’Hôpital du Haut-Richelieu, on constate que les départs des patients avant d’avoir vu un médecin sont la plupart du temps en lien avec les taux d’occupation à l’urgence. Les taux plus élevés concordent également avec les mois d’automne et d’hiver, souvent plus achalandés », fait remarquer Martine Lesage, porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre.

Plus les civières débordent à l’urgence, plus les délais sont longs dans la salle d’attente. C’est mathématique. Les personnes sur civière et la gestion des cas plus complexes monopolisent le temps des médecins occupés à donner des soins.

Au Québec

Le portrait général n’est pas reluisant, constatent Patrick Déry, analyste associé senior, et Daniel Dufort, directeur principal des relations externes à l’Institut économique de Montréal. Aucune salle d’urgence au Québec n’arrive à répondre à la demande de soins.

« L’an dernier, près de 380 000 Québécois, soit plus de 1000 patients par jour, sont ressortis de l’urgence d’un hôpital sans avoir fait l’objet d’une prise en charge médicale. Pire, un cinquième de ces patients avaient été classés au triage comme étant des cas «très urgents» ou «urgents». »

Les deux auteurs du document mettent leurs lecteurs en garde. Loin d’eux l’idée d’accuser le personnel soignant, au contraire. Celui-ci est confronté à une pénurie de personnel ainsi qu’au vieillissement de la population, un phénomène qui complexifie les besoins des patients les plus âgés.

Priorité 4 ou 5

À l’Hôpital du Haut-Richelieu, nuance Mme Lesage, une grande proportion de la clientèle ambulatoire à l’urgence est de priorité 4 ou 5, c’est-à-dire que la condition de santé de ces personnes ne nécessite pas des soins immédiats.

« On travaille beaucoup sur la réorientation à partir de l’urgence, dit-elle. Nous les invitons plutôt à appeler à Info-Santé, demander conseil à un pharmacien ou encore à consulter dans une clinique médicale du territoire en utilisant Rendez-vous santé Québec. Depuis 2017-2018, 2,5 % plus de patients de priorité 4 et 5 sont réorientés vers des services de première ligne. »

L’ouverture du Centre Médi-Soleil, il y a une décennie, a permis à l’Hôpital du Haut-Richelieu de développer un partenariat avec la clinique-réseau pour lui référer les patients dont l’état de santé le permet. Dès le triage, en acceptant la réorientation, ces usagers y obtiennent un rendez-vous dans les 36 prochaines heures, sans avoir à attendre inutilement à l’urgence.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
FrankDooto Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
FrankDooto
Invité

J’ai consulte un medecin en ligne. C’est tres pratique. il vous suffit de vous inscrire