Meubles Davantage Livraison gratuite Samsung

Rheinmetall en lice pour un important contrat au Royaume-Uni

Par Stéphanie MacFarlane
Rheinmetall en lice pour un important contrat au Royaume-Uni
Les Mission Master vendus au Royaume-Uni sont de type cargo. Ils peuvent transporter jusqu'à une demi-tonne de matériel, de trousses tactiques ou d'équipement médical. (Photo : Gracieuseté - Rheinmetall)

Le nouveau produit phare de Rheinmetall Canada, le véhicule terrestre multimission sans pilote Mission Master, s’est qualifié à la première ronde menant à un important contrat auprès des Forces armées britanniques. Cela s’est soldé par la vente de quatre de ces bolides de haute technologie au Royaume-Uni et l’entreprise johannaise compte poursuivre ses efforts afin de décrocher un contrat fort lucratif.

Quatre véhicules robotiques configurés pour le transport de marchandises ont été livrés à la fin du mois de mars au Royaume-Uni. Ils feront partie du programme britannique de véhicules de peloton robotiques qui vise à déterminer dans quelle mesure les véhicules sans pilote peuvent accroître l’efficacité au combat et les capacités des troupes britanniques débarquées au niveau du peloton.

«On était très heureux d’être sélectionnés pour cette première étape. Le programme Robotic Platoon Vehicle du Royaume-Uni est à quatre volets. Trois volets d’exploration vont mener à la sélection du gagnant et à un contrat fort substantiel en 2022-2023. C’était très important pour nous de passer la première étape de sélection. Maintenant, on se prépare pour la prochaine sélection qui devrait avoir lieu dans la première moitié de 2021», explique Alain Tremblay, vice-président de l’expansion commerciale, des relations gouvernementales et de l’innovation chez Rheinmetall Canada, dont le siège social est situé à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Projet
Alain Tremblay explique que le Royaume-Uni est l’un des pays occidentaux qui a sérieusement réfléchi à son avenir robotique et a lancé un programme pour acquérir une quantité substantielle de ces plateformes.

«Pour faire un choix judicieux, ils font un projet-pilote. Le contrat qu’on a gagné, c’est la première étape. Ce sont quelques millions de dollars pour ce volet», poursuit M. Tremblay. Pour la deuxième étape, il parle d’un contrat de quelques dizaines de millions de dollars et ce montant s’élève encore pour le troisième volet.

Pour ce premier contrat, Rheinmetall a aussi livré deux systèmes de civière qui peuvent être intégrés au Mission Master en 60 secondes. L’entente prévoit aussi de la formation, du soutien technique et des pièces de rechange.

«Les Mission Master vont se retrouver sur une batterie de tests pendant une dizaine de mois. On doit réussir ces tests pour être capables de se qualifier pour la prochaine étape. On suit ça de très près, mais on n’est pas seuls. Il y a deux autres compagnies qui ont été sélectionnées pour la phase 1. On demeure relativement confiant, sous toute réserve», enchaîne Alain Tremblay.

Mission Master
Les véhicules Mission Master sont l’un des produits phares les plus innovants de Rheinmetall. «Les véhicules autonomes est un domaine où tous les pays sont en exploration. C’est très innovateur sur le champ de bataille moderne de par sa complexité et les tâches que la machine peut faire. Pour nous, c’est un produit qui va assurer la pérennité de la compagnie avec nos autres produits phares et ça complète très bien notre portfolio», indique M. Tremblay, en précisant que Rheinmetall Canada à Saint-Jean-sur-Richelieu est le centre d’expertise en robotique et en conduite de véhicule autonome relié au monde de la défense, et ce, pour l’ensemble du groupe Rheinmetall AG et sa division Rheinmetall Defence.

Les Mission Master de Rheinmetall ne sont pas des véhicules téléopérés avec des manettes. «Ce sont des véhicules qui sont capables de faire des tâches de façon autonome, par exemple d’aller du point A au point B, de nous suivre, de faire des évacuations médicales sans supervision. C’est un autre niveau d’autonomie», explique Alain Tremblay.

Deux cerveaux
Le vice-président ajoute que ce qui différencie Rheinmetall de la compétition internationale, ce sont les logiciels qui composent les véhicules terrestres autonomes. «Le Mission Master a deux cerveaux. Il y a un ordinateur utilisé exclusivement à la navigation autonome de la plateforme. Les ordres de la plateforme viennent d’un autre logiciel. Les deux se complètent pour être capables de faire une fusion de l’information et donner des tâches à la machine dans un contexte militaire», résume M. Tremblay.

Les Mission Master vendus au Royaume-Uni sont de type cargo. Ils peuvent transporter une charge utile allant jusqu’à une demi-tonne de matériel, de trousses tactiques ou d’équipement médical. Ils peuvent évoluer sur des terrains difficiles et dans des conditions météorologiques hostiles.
Rheinmetall a aussi développé d’autres modules pour augmenter l’utilité opérationnelle de la plateforme, conclut Alain Tremblay.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires