Les prix des soumissions faites à la Ville bondissent

Photo de Gilles Berube
Par Gilles Berube
Les prix des soumissions faites à la Ville bondissent
Les tuyaux du collecteur Saint-Michel sont entreposés dans un champ longeant la rue Saint-Louis depuis l'interruption du chantier. (Photo : Archives - Le Canada Français)

Les prix des soumissions dans les projets du collecteur Saint-Michel – Saint-Jacques et de la rue Richelieu ont bondi, excédant largement les prévisions de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Il y a deux ans, la Ville a octroyé un contrat de 4,5 M$ à la firme B. Frégeau pour prolonger le collecteur pluvial de la rue Saint-Michel, dans le quartier Saint-Gérard, jusqu’à la rue Saint-Jacques, dans le quartier Saint-Lucien. La conduite, qui fait jusqu’à huit pieds de diamètres, doit traverser la zone industrielle, la rue Saint-Louis, les voies ferrées du CN et du CP avant d’aboutir à la rue Saint-Jacques. Ultérieurement, elle sera prolongée jusqu’au boulevard Gouin.

En cours de chantier, l’entrepreneur a abandonné le projet, invoquant des conditions de sol difficiles qui n’étaient pas spécifiées au devis d’appel d’offres. La Ville et l’entreprise sont en litige dans ce dossier. Elles ont convenu d’une entente partielle relativement au matériel, essentiellement les tuyaux de béton et les regards d’égout. D’une valeur de l’ordre de 400 000$, la Ville les a acquis pour la poursuite du chantier.

Elle a lancé un nouvel appel d’offres pour réaliser le reste des travaux. Elle a reçu deux soumissions, l’une de la compagnie Civilpro, de Varennes, au prix de 12,5 M$ et la deuxième, de MSA Infrastructures, de Saint-Jean, au prix de 10,6 M$. Sans préciser de montant, Benoît Fortin, directeur du Service des infrastructures et gestion des eaux convient que c’est beaucoup plus que ce que la Ville prévoyait. Par rapport au contrat de 2018, il s’agit d’une hausse de 135%. C’est sans compter qu’il y a déjà un bout de réalisé et que la Ville fournit les tuyaux.

Rue Richelieu
Le cas de la rue Richelieu est un peu moins pire. Le même jour, la Ville a ouvert les soumissions pour la réfection de la rue Richelieu, entre les rues Foch et Saint-Jacques, de même qu’un tronçon de la rue Saint-Charles, entre la rivière et la rue Champlain.

Elle a aussi reçu deux propositions, l’une d’Eurovia Québec Construction, de Saint-Rémi, au montant de 15,5 M$, l’autre de MSA Infrastructures, au prix de 12,6 M$. L’évaluation de la Ville était sous les 10 M$, confie M. Fortin. La meilleure offre excède les prévisions de plus de 25%.

Pour l’heure, le Service des infrastructures doit évaluer les soumissions et analyser l’appel d’offres en détail, indique M. Fortin. «On va tout analyser ligne par ligne. Il faut voir si c’est nous qui nous sommes trompés ou si ce sont les entrepreneurs qui ont une mauvaise interprétation des appels d’offres», dit-il.

Par la suite, les dossiers seront présentés au conseil municipal, qui aura le dernier mot sur la suite des choses. Dans ces projets, la Ville attendait de connaître le résultat des appels d’offres avant de lancer la procédure de règlement d’emprunt. Notons que ces deux projets doivent être financés à même le Programme fédéral de la taxe sur l’essence et la contribution du Québec. Sur cinq ans, la Ville dispose ainsi d’une enveloppe totale d’un peu moins de 35 millions. Ces deux projets en grugeraient 23 millions.

Autre projet
On doit par ailleurs relever un dossier pour lequel le portrait est avantageux. Pour son programme annuel de réfection de rues, la Ville a reçu une soumission de 6,9 M$ de la firme Construction Techroc. C’est moins que les prévisions, si bien qu’un nouvel appel d’offres sera lancé pour des travaux supplémentaires.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des