Importante saisie de drogue à Saint-Jean

Par Louise Bédard
Importante saisie de drogue à Saint-Jean
Normand Guay est soupçonné de trafic de drogue. (Photo : Photo Service de police de Saint-Jean)

Les policiers du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu ont effectué une importante saisie de drogue dans un appartement de la rue Victor-Hugo, dans la soirée du 2 mars.

Plus de 2300 comprimés de méthamphétamine ont été saisis ainsi que ¾ de kilo de cocaïne, 5 litres de GHB, une somme de 11 000$ en argent. Du crack et du cannabis ont aussi été trouvés lors de la perquisition.

Arrestations

Deux personnes ont été arrêtées et amenées devant le juge. Ils sont actuellement détenus et doivent comparaître de nouveau lundi.

Il s’agit de Normand Guay, 40 ans,  et de Karine Deslauriers, 42 ans, font face à des accusations en matière de drogue et de possession d’argent provenant de la perpétration d’une infraction. La femme doit répondre aussi à des accusations de bris de probation.

Karine Deslauriers fait face aussi à des accusations de bris de probation.

Agression armée

Le Service de police indique qu’à la suite de l’agression armée survenue à Iberville, le 23 février dernier, la Division des enquêtes et le groupe OCTO ont décidé de mettre plus de pression sur les trafiquants afin de freiner la violence.

Rappelons que lors de la nuit du 23 février, trois suspects se sont présentés à une adresse de la 5e avenue, à Iberville, et ont agressé les gens surplace. Des coups de feu ont été tirés, et il y a eu plusieurs blessés.

Le Service de police indique qu’un des individus impliqués dans l’agression a des liens avec les deux personnes arrêtées le 2 mars sur la rue Victor-Hugo. À noter que Guay et Deslauriers ne font face qu’à des accusations en matière de stupéfiants.

Rappelons que le mandat du groupe OCTO du Service de police de Saint-Jean n’intervient pas qu’en matière de stupéfiants, mais qu’il s’occupe aussi des crimes dits émergents, de la contrebande et apporte un support aux enquêtes conventionnelles lorsque certaines techniques spécialisées sont requises.

Le Service de police invite toute personne voulant transmettre de l’information à le faire via la ligne anonyme Anti-crime en toute confidentialité au 450 357-2000.

Plus de détails sur la suite des procédures dans l’édition prochaine du journal Le Canada Français

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des