Des congés illimités pour les employés de Benny& Co.

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Des congés illimités pour les employés de Benny& Co.
(Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens Gaboriau)

Les employés des restaurants Benny& Co. bénéficient d’une politique de congés illimités depuis près de 20 ans. Si cet énoncé fait partie de la culture de l’entreprise depuis belle lurette, les dirigeants ont été surpris de constater l’étonnement d’autres employeurs de Saint-Jeansur-Richelieu lorsqu’ils en ont parlé à une récente conférence organisée pour trouver des solutions à la pénurie de main-d’oeuvre.

«On a un avantage concurrentiel, mais on ne le savait pas», s’exclame Samuel Benny, directeur général du Groupe Montérégie Est et propriétaire de six restaurants Benny&Co de la région, dont ceux de Saint-Jean-sur-Richelieu et du secteur Saint-Luc.

Yanick Benny, gestionnaire opérations ressources humaines pour le Groupe Montérégie Est, explique que cette politique a été adoptée il y a près de deux décennies pour répondre à un problème d’absentéisme. «On s’est dit que si on donnait aux gens les congés qu’ils voulaient, on allait possiblement avoir un impact sur l’absentéisme. Ça a fonctionné, souligne Yanick Benny. La qualité de vie de nos employés, c’est un facteur sur lequel on peut travailler.» Samuel Benny ajoute que son entreprise compte également un faible taux de roulement et un bon taux de retour. «Une personne sur dix qui quitte le restaurant revient y travailler», dit-il.

La politique de congés illimités a permis de régler le problème d’absentéisme, soulignent Samuel et Yanick Benny.

Règles à suivre

L’implantation de la politique de congés illimités a nécessité de responsabiliser les employés et également de leur faire confiance. Des règles doivent aussi être suivies. «La demande de congé doit être faite au moins trois semaines à l’avance», précise Yanick Benny, notamment pour permettre la confection des horaires de travail.

Yanick Benny souligne que les congés demandés sont tous alloués, à l’exception de quelques-uns. «Environ 99% des congés sont accordés. On les refuse dans le cas où plusieurs employés demandent le même jour, ce qui arrive rarement», dit-il. Mis à part les congés régis par la Loi sur les normes du travail, les journées chômées sont aux frais des employés.

Ceux-ci inscrivent leur demande de congés ainsi que leurs disponibilités dans un cahier. Lorsque le congé est accordé, la demande est surlignée. «Ce n’est pas plus difficile de gérer les horaires, mais ça demande plus de temps, convient Yanick Benny. Ça nous a forcés à avoir un peu plus de personnel pour avoir plus de souplesse.» Ce fonctionnement est valide pour les six restaurants appartenant à Samuel et Jean-Sébastien Benny. Quatre-vingts employés travaillent à la succursale du boulevard du Séminaire Nord. Ils sont environ 260 à oeuvrer pour les six restaurants du Groupe Montérégie Est.

Avantages

Aux dires de Yanick Benny, aucun abus ne découle de cette politique. «Les gens ont besoin de travailler. Ils choisissent mieux leurs occasions», dit-il. Cette pratique permet même d’améliorer les relations. «Quand on leur rend service en accordant un congé, c’est parfois plus facile après de demander un service pour dépanner», poursuit Yanick Benny.

«L’absentéisme génère l’absentéisme, enchaîne Samuel Benny. Si tout le monde est toujours là quand il est prévu à l’horaire, la fois où une personne ne rentre pas et qu’elle n’a pas une bonne raison, ça peut être gênant», souligne-t-il.

Et pour ce dernier, l’absentéisme peut avoir des conséquences directes sur sa clientèle. «Pour nous, c’est vraiment capital. S’il nous manque quelqu’un, les clients sont moins bien servis. Ça vaut la peine de mettre en place des mécanismes de ce genre», ajoute le dirigeant.

Au fil des ans, la famille Benny a mis en place d’autres mesures pour favoriser la rétention de ses employés, dont des bourses d’études, une bourse voyage et une prime de référencement. D’ailleurs, 31% des candidatures reçues proviennent d’une référence interne.

Enfin, une politique limitant le nombre d’heures des employés qui étudient à l’école secondaire est également en place pour favoriser la persévérance scolaire.

Dans leur quête pour contrer l’absentéisme et la pénurie de main-d’oeuvre, les entreprises de la région doivent faire preuve d’innovation et d’imagination. C’est ainsi que depuis près de 20 ans, les employés des restaurants Benny&Co. bénéficient d’une politique de congés illimités. «On s’est dit que si on donnait aux gens les congés qu’ils voulaient, on allait possiblement avoir un impact sur l’absentéisme. Ça a fonctionné», affirme Yanick Benny, gestionnaire opérations ressources humaines. Le taux de roulement est d’ailleurs très faible.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des