Vos vêtements abîmés peuvent aider les démunis

Par myriamtougasdumesnil
Vos vêtements abîmés peuvent aider les démunis
Karine Beaupré, directrice générale du Centre de partage communautaire johannais, et Élizabeth Boucher, directrice générale du Centre d'action bénévole d'Iberville et de la région, montrent un jean troué et taché qui, malgré son état, contribuera à financer les services des organismes. (Photo : Photo Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Avez-vous déjà envoyé un vieux chandail à la poubelle parce que vous croyiez qu’il était trop abîmé pour être donné aux plus démunis? Si oui, sachez que les organismes de Saint-Jean-sur-Richelieu qui récupèrent les vêtements usagés ont aussi besoin de vos textiles inutilisables pour financer leurs services.

Le Centre d’action bénévole d’Iberville et de la région (CABIR), le Centre de partage communautaire johannais (CPCJ), la Société de Saint-Vincent de Paul (SSVP) de Saint-Jean et la Conférence Saint-Vincent de Paul de Saint-Luc amassent les vêtements et les accessoires usagés, même s’ils sont troués, tachés ou déchirés.

Deux fois par semaine, Certex et Recyclage éco-actions, deux entités vouées à la récupération et à la revalorisation de vêtements et textiles, visitent ces organismes pour les débarrasser de ces dons «invendables» qu’ils récupèrent dans leurs bacs.

En échange, les organismes d’ici touchent un montant d’argent déterminé en fonction de ce qu’ils ont donné. Certex prévoit un tarif par sac, tandis que Recyclage éco-actions remet un montant variable en fonction du poids des sacs.

Financement important

L’argent provenant de la vente des vêtements désuets permet aux organismes à but non lucratif de Saint-Jean-sur-Richelieu de financer l’ensemble de leurs services destinés aux plus démunis.

Au CPCJ, par exemple, 200 tonnes de vêtements sont envoyées à la récupération annuellement. Ça représente environ 500 sacs par semaine! Ces dons permettent à l’organisme de lutter contre la pauvreté, notamment en favorisant la participation sociale et économique des moins nantis. En plus de permettre leur intégration socioprofessionnelle, l’organisme leur offre un dépannage ponctuel.

Au CAB d’Iberville, la vente des vêtements déchirés, tachés ou troués permet de financer des initiatives en sécurité alimentaire comme l’épicerie sociale, la remise de paniers de Noël et les jardins communautaires. L’organisme offre aussi plusieurs services comme le soutien à domicile, la popote roulante, le transport médical et une clinique d’impôts.

Où donner?

Les organismes johannais qui détiennent les conteneurs de récupération remettent 100% des profits engrangés par la vente des vêtements à la communauté johannaise.

Ces bacs, jaunes, appartiennent au CABIR, au CPCJ, à la SSVP de Saint-Jean et à la Conférence Saint-Vincent de Paul de Saint-Luc. Ils sont situés aux quatre coins de la ville, sur des terrains publics (parcs, bibliothèques, aréna, etc.).

Les citoyens peuvent y déposer, entre autres, leurs vêtements usagés… qu’ils soient troués ou non. Pourvu qu’ils soient propres!

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des