Un débat d’idées sans gagnant ni perdant

Par Louise Bédard
Un débat d’idées sans gagnant ni perdant
André-Philippe Chenail, Parti vert, Martin Thibert, Parti conservateur, Jean Rioux, Parti libéral, et Christine Normandin, Bloc québécois, lors du débat de la Chambre de commerce. (Photo : Photo Le Canada Français Laurianne Gervais Courchesne)

L’environnement, le transport en commun, l’agriculture et l’immigration ont été les principaux thèmes discutés au débat électoral organisé le 27 septembre par la Chambre de commerce et de l’Industrie du Haut-Richelieu.

Ils ont été 130 personnes à venir écouter le député sortant, Jean Rioux, du Parti libéral, André-Philippe Chenail, du Parti vert, Martin Thibert, du Parti conservateur, et Christine Normandin, du Bloc québécois.

Un débat sans gagnant ni perdant, mais qui a permis à chacun de présenter ses idées et se faire connaître. Les candidats du NPD, du Parti populaire du Canada et du Parti pour l’indépendance du Québec brillaient par leur absence.

REM

Loin d’être étrangère au thème de l’environnement qui domine la campagne, la question sur le prolongement du REM (Réseau express métropolitain) jusqu’à l’autoroute 35 a offert l’occasion aux candidats de se positionner sur le sujet.

«Il est clair qu’il faut développer le REM», a répondu le libéral Rioux favorable à son prolongement jusqu’à Saint-Jean. De son côté, la bloquiste Normandin a fait preuve de prudence soulevant des interrogations sur le dézonage de terres agricoles, la mise en place d’une navette pour s’y rendre, le coût du titre de transport. «Si la conclusion est favorable, je serai là pour soutenir le projet», a-t-elle assuré.

Le vert Chenail s’engage à 100% à défendre le projet, mais il ajoute que l’axe 35 n’est pas nécessairement souhaitable. Quant au conservateur Thibert, il est d’accord avec le prolongement du REM, mais il faut faire attention au dézonage des terres agricoles.

Aéroport

Sur le retour d’un service de douanes à l’aéroport réclamé par le milieu économique, tous y sont favorables. M. Chenail, du Parti vert, estime que les entreprises locales auront ainsi un meilleur accès aux marchés.

Après un premier refus de l’Agence des services frontaliers de rétablir le service, M. Rioux s’attend maintenant à une bonne nouvelle. M. Thibert a indiqué que son chef Andrew Scheer fera une annonce à ce sujet lors de son passage à Saint-Jean. Quant à Mme Normandin, elle a fait valoir qu’à titre de députée du Bloc, elle aurait la liberté d’interpeller le ministre de la Sécurité publique sur le sujet.

Agriculture

Sur les compensations annoncées aux producteurs agricoles à la suite des ententes de libre-échange, M. Rioux a défendu la position du gouvernement Trudeau plaidant que le système de gestion de l’offre avait été sauvegardé et que de vastes marchés sont maintenant ouverts à l’exportation.

«C’est clair que l’agriculture au Québec et au Canada est en danger avec un gouvernement libéral», a enchaîné M. Thibert promettant que les conservateurs veilleront à ce que les agriculteurs ne servent plus de monnaie d’échange.

Mme Normandin a fait remarquer que les montants de compensation promis aux producteurs sont encore flous et qu’aucun chèque n’a pu encore être encaissé.

Tous les agriculteurs que M. Chenail a rencontrés lui ont dit que les sommes promises sont insuffisantes. Le candidat vert estime que l’agriculture comme la culture doit être exclue des négociations commerciales.

Crise climatique

Le débat électoral se tenait au même moment où avait lieu la marche pour le climat dans les rues de Saint-Jean. Est-ce que les candidats sentent l’urgence d’agir face à la crise climatique?

Le libéral Rioux en a parlé comme d’une menace humanitaire qui doit tous nous concerner. Il a exposé le plan libéral pour l’environnement et présenté la taxe sur le carbone comme une mesure incontournable.

Son adversaire Thibert évalue que la taxe est inefficace et sera aboli avec un gouvernement conservateur. «Ça va être les plus grands pollueurs qui vont payer et non les citoyens», a-t-il ajouté.

Le candidat vert a remercié les libéraux d’avoir copié la plateforme de son parti. Il a critiqué l’achat du pipeline Trans Mountain qui acheminera le pétrole des sables bitumineux, «l’énergie la plus sale au monde», a-t-il dénoncé.

Mme Normandin soutient que le Bloc va plus loin que la taxe carbone des libéraux avec la péréquation verte qui récompenserait les provinces qui sont plus performantes au plan environnemental.

Immigration

L’immigration était le dernier sujet abordé. Pas de surprise dans la réponse du député sortant libéral qui a critiqué la décision du gouvernement québécois d’accueillir moins d’immigrants alors que les besoins de main-d’oeuvre sont grands et que le poids démographique du Québec au Canada risque de diminuer.

Oui à l’immigration, mais à l’immigration légale, contrôlée et ciblée alors que ce n’est pas le cas, a fait valoir le conservateur. Pour le candidat vert, il faut faciliter la reconnaissance des acquis des immigrants et mieux les intégrer grâce à des logements abordables, la gratuité scolaire, le transport en commun.

Mme Normandin a répété la position du Bloc de revendiquer l’abolition de l’entente du tiers pays sûr pour encourager le passage des demandeurs d’asile par les postes frontaliers, d’exiger le transfert du programme des travailleurs étrangers au Québec et de réclamer pour le Québec un droit de véto sur les expulsions.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des