Secteur Saint-Luc: un premier investissement de 1,7 million pour la passerelle

Photo de Gilles Berube
Par Gilles Berube
Secteur Saint-Luc: un premier investissement de 1,7 million pour la passerelle
L'emplacement de la passerelle doit être entre l'accès à la station d'épuration et le Stade de soccer. (Photo : Archives Le Canada Français)

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu s’apprête à réaliser une première étape en vue de la construction d’une passerelle piétonnière et cyclable au-dessus de l’autoroute 35, dans le secteur Saint-Luc.

Il s’agit bien de la passerelle dont on parlait dans les années 80, à Saint-Luc. Un éternel enjeu électoral qui semble en voie de se réaliser. Le conseil municipal vient d’adopter un règlement d’emprunt de 1 757 000$ pour réaliser l’enfouissement des réseaux d’utilités publiques sur une section de l’avenue du Parc, à la hauteur de la station d’épuration des eaux usées et du Stade de soccer du Haut-Richelieu. Concrètement, il s’agit d’enfouir les fils.

Cette étape est préliminaire à la construction de la passerelle. Ce n’est pas un détail. Du côté ouest de l’autoroute, l’accès à la passerelle se fera dans les alentours du terrain de pratique du golf du Boisé de la Mairie. En plus de rejoindre la zone urbaine, la passerelle sera sans doute reliée à un sentier dans le parc linéaire longeant l’autoroute. Ce sentier devrait faire le lien entre les différentes zones de conservation du voisinage.

Du côté est de l’autoroute, la passerelle devra nécessairement enjamber l’avenue du Parc. La largeur de l’emprise entre l’autoroute et l’avenue du Parc est insuffisante pour aménager une rampe d’accès à la passerelle. Celle-ci se trouvera à la hauteur du réseau électrique et de télécommunication qui borde l’avenue. En plus de la ligne de distribution, le réseau d’Hydro-Québec comprend une ligne de 25 000 volts à cet endroit.

Travaux

Selon le règlement d’emprunt, le projet comporte quatre grandes étapes. La première porte sur les travaux de génie civil, soit l’excavation et le remblayage de tranchées, la fourniture et la mise en place de l’acier d’armature, la construction des regards et chambres d’accès au réseau souterrain et la construction de ponceaux.

Par la suite, Hydro-Québec mettra en place son nouveau câblage dans les conduits souterrains avant de démanteler son réseau aérien. Bell Canada et Vidéotron suivront pour faire le même travail avec leur réseau. Enfin, la Ville fera installer au nouveau réseau d’éclairage en plus de reprofiler les fossés, installer des ponceaux et refaire les revêtements de surface. Globalement, les travaux sont évalués à 1 360 000$ avant les frais de surveillance et de contrôle, la marge de contingence, les taxes et les frais d’emprunt et d’administration.

Ce n’est qu’une fois ces travaux réalisés que la passerelle pourra être construite. On n’en est pas encore là. Le dossier apparaît au programme triennal d’immobilisation pour l’exercice 2021, une année électorale. Depuis quatre ou cinq ans, ce projet a été vu comme un élément d’un éventuel développement sur le site du golf des Boisés de la Mairie, mais aussi des zones de conservation que la Ville cible dans ce secteur. Le dossier des golfs doit faire l’objet d’une consultation publique.

Rappelons qu’au tournant des années 90, la Ville de Saint-Luc avait planifié un viaduc routier au-dessus de l’autoroute 35. Ce viaduc devait permettre au boulevard de la Mairie de se rendre jusqu’à la rue Jean-Talon. Face au coût, elle avait renoncé à cette option. Du côté est de l’autoroute, le boulevard de la Mairie est plutôt devenu la rue des Colibris. Pour franchir l’autoroute, Saint-Luc a plutôt opté pour la solution d’une passerelle piétonnière et cyclable. On en parle encore.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
BernardJacques Veilleux Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jacques Veilleux
Invité
Jacques Veilleux

Chanceux les riches, une belle petite passerelle dans un secteur de » prestige »

Bernard
Invité
Bernard

Bonjour Jacques. Je comprends votre point de vue mais d’un autre côté, si ça peut permettre d’avoir plus de riches qui contribuent à payer plus de taxes foncières et ainsi contribuer à financer nos services, je ne vois pas d’enjeu. Vous ne trouvez pas?