Un couple se lance dans la fabrication d’urnes et de crucifix

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Un couple se lance dans la fabrication d’urnes et de crucifix
Guy Perreault et Chantal Guimont créent leurs produits, dont des urnes, des figurines et des crucifix en céramique. (Photo : Le Canada Français - Julien Saguez)

Chantal Guimont et Guy Perreault, deux artisans de la poterie, viennent de lancer leur entreprise Les Crucifix Guimont Perreault, située dans le secteur Iberville. Ils se spécialisent dans la fabrication et la vente de crucifix, de croix, d’urnes et de plaquettes en céramique.

Guy Perreault a été initié à la poterie très jeune, puis est devenu l’apprenti d’un maître Japonais. De son côté, Chantal Guimont a suivi des cours de sculpture de pierre de savon, il y a quelques années. Cette dernière a alors découvert qu’elle aimait travailler de ses mains.

Mme Guimont a voulu se lancer dans la fabrication de crucifix. Elle a effectué une étude de marché qui lui a notamment permis de constater que les croix présentes dans les cimetières étaient des importations.

N’ayant aucune connaissance dans la fabrication de ces objets religieux, elle s’est tournée vers les Sœurs adoratrices du Précieux-Sang à Saint-Hyacinthe. Au 20e siècle, celles-ci se spécialisaient dans la création de crucifix et de figurines en plâtre.

Faute de relève, les religieuses, dont la communauté de sœurs contemplatives a été fondée par Aurélie Cayouette le 14 septembre 1861, ont accepté de vendre au couple les moules des crucifix et des figurines pour usage commercial.

Ces moules étaient toutefois conçus pour confectionner des objets en plâtre. «On a dû les convertir pour en faire des moules pour céramique», souligne Guy Perreault, vice-président des Crucifix Guimont Perreault. Cette tâche n’a pas été simple, mais le couple y est parvenu.

Quelques-unes des oeuvres en céramique réalisées par Guy Perreault et Chantal Guimont.

Commerce
Chantal Guimont a commencé à fabriquer des crucifix, puis à les rendre disponibles à la vente dans des sanctuaires du Québec. Or, les dirigeants de ces lieux de culte ont augmenté le prix de vente des objets pour se dégager une marge de profit, ce qui ne plaisait pas au couple. «Ça rendait nos produits moins accessibles», souligne M. Perreault.

«On s’est alors dit que ce serait bien d’avoir notre magasin», poursuit Chantal Guimont, présidente des Crucifix Guimont Perreault.

L’hiver dernier, le couple a procédé à l’achat de la maison située à l’angle de la 2e avenue et de la rue Samuel-de-Champlain pour y installer sa boutique dans le local qui jadis accueillait un barbier. Quant à leur atelier de poterie, il est situé au sous-sol de la résidence.

Depuis, le couple a ajouté à sa gamme de crucifix des produits complémentaires en céramique. Ainsi, des Christ Roi sur croix, des figurines (Vierge Marie avec l’enfant Jésus, Notre-Dame-de-la-confiance, Marie en prière, petite Aurélie) et des prières sur plaquette (Notre Père, prière de la sérénité, Je vous salue Marie) en français et en anglais sont créés par Chantal Guimont.

Quant à Guy Perreault, il met à profit son expérience de potier pour fabriquer des urnes, de différentes tailles, ainsi que des reliquaires agencés.

Création unique
Chaque œuvre est une création unique tant pour sa forme que pour sa couleur. «Je pétris mes urnes une par une et quand je pétris, je pense que ce sera la dernière résidence d’une personne, souligne M. Perreault. Je ne veux pas faire deux fois la même urne. J’ai mon style et on voit que c’est fait à la main.» Même constat pour les créations de Chantal Guimont. «C’est très spirituel. On est conscients que les gens sont en deuil», ajoute Mme Guimont.

Le couple précise que tous les objets qu’il fabrique sont peints à la main. «Il n’y a pas de trempage», mentionne Guy Perreault. De plus, toutes les pièces sont émaillées au verso, sauf le dessous des urnes.

Les deux entrepreneurs ont passé leur carrière dans le commerce de détail. Ceux-ci y oeuvrent encore. Leur commerce a officiellement ouvert ses portes le 14 juillet. Il est accessible les jeudis et vendredis, de 17 à 21 heures ainsi que les samedis et dimanches, de 9 à 17 heures.

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Soeur Andrée Lapierre, a.p.s. Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Soeur Andrée Lapierre, a.p.s.
Invité
Soeur Andrée Lapierre, a.p.s.

Belle découverte et heureux après-midi. Grand merci de nous avoir si bien intéressées et que dirai-je de mon beau crucifix que je ferai bénir très bientot.