Des maisons vendues en un temps record à Saint-Jean

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Des maisons vendues en un temps record à Saint-Jean
François Trépanier a vendu sa maison du secteur Saint-Athanase en cinq jours. (Photo : Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Vendre sa maison en moins d’une semaine? S’il y a quelques années, cela relevait du rêve, c’est maintenant la réalité du marché immobilier à Saint-Jean-sur-Richelieu. Et selon les pronostics, cette situation n’est pas près de se résorber.

Quand il a mis sa résidence du secteur Saint-Athanase à vendre, un peu avant la mi-juillet, François Trépanier s’attendait à lui trouver rapidement un nouveau propriétaire, mais pas en cinq jours! «Je savais que j’avais une belle maison, clé en main, dans un quartier familial et près de l’autoroute 35, mais je craignais un peu la période estivale, témoigne-t-il. Mon courtier s’attendait à ce que ça se vende vite, mais pas comme ça! Il parlait d’un mois ou deux.»

Le temps de le dire, trois visites ont eu lieu et la résidence était vendue. «Ça a été tellement vite que je n’ai pas eu le temps d’avoir des offres multiples. Dès que j’ai eu mon prix, j’ai accepté l’offre, poursuit François Trépanier. Si j’avais été patient, je pense que j’aurais eu de la surenchère sur la maison.» Affichée à 339 900$, celle-ci a été vendue 329 000$, soit bien au-delà des 267 900$ qui figurent sur le compte de taxes municipales.

Saint-Gérard

Dans Saint-Gérard, Yves Leduc a reçu une offre dès la première visite, si bien que sa maison était vendue en trois jours.

Yves Leduc a vécu sensiblement le même scénario de son côté. Trois jours après avoir affiché sa maison du quartier Saint-Gérard, elle était vendue. Lui aussi s’attendait à ce que sa résidence trouve rapidement un nouveau propriétaire, mais pas aussi vite! «Je me donnais un mois. À la première visite, j’ai eu une offre», raconte-t-il.

Offre qu’il a acceptée. «J’ai eu le prix demandé», dit M. Leduc, qui préfère ne pas préciser le montant. Il souligne toutefois qu’il a obtenu 10% de plus que l’évaluation municipale.

Flambée

Ces ventes rapides s’expliquent par plusieurs facteurs, dont une faible offre sur le marché de la revente. Depuis plusieurs mois, les courtiers immobiliers sont confrontés à une situation qui détonne avec ce qu’ils ont vécu par le passé: ils n’ont presque pas de maisons à vendre et elles se vendent vite.

En 2014, 770 résidences unifamiliales ont été à vendre en moyenne dans l’année et 739 l’étaient en 2015. L’an passé? La moyenne des inscriptions annuelles en vigueur à Saint-Jean-sur-Richelieu était de 457 maisons, selon la Fédération des chambres immobilières du Québec.

Au moment d’écrire ces lignes, lundi, seulement 365 maisons unifamiliales étaient à vendre à Saint-Jean-sur-Richelieu sur le site Centris.ca.

Malgré cette faible offre, le marché immobilier johannais continue de battre des records. Les ventes ont augmenté de 15% au deuxième trimestre de 2019 par rapport à la même période en 2018, d’après les statistiques Centris publiées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec.

Cela met d’ailleurs une pression à la hausse sur les prix. De janvier à juin 2018, le prix médian de vente d’une maison unifamiliale à Saint-Jean-sur-Richelieu était de 259 900$. Pour la même période en 2019, il se soldait plutôt à 280 000$, soit une hausse de 8%. Pour le seul mois de juin 2019, le prix médian était de 289 250$.

Du jamais vu

S’ils sont contents de cette effervescence, les courtiers immobiliers s’avouent étonnés par le faible inventaire disponible et la pression sur les prix. «Ça ne s’améliore pas. C’est ridicule. On peut mettre une maison à vendre 20 000$ à 30 000$ de plus que ce qu’elle vaut. Et c’est régulier d’avoir deux ou trois offres d’achat», témoigne Alexandre Desrochers, courtier-propriétaire chez Royal LePage Excellence.

Même son de cloche du côté de Daniel Guillet, courtier franchisé chez RE/MAX Saint-Jean. «Quand une propriété sort à bon prix, c’est vendu dans un délai de deux à trois semaines avec offres multiples, dit-il. L’inventaire est à son plus bas des 10 ou 15 dernières années. En 18 ans de carrière, je n’ai jamais vu un inventaire aussi bas.»

Les résidences affichées à moins de 350 000$ sont celles qui se vendent le plus rapidement, mais une maison ou un condo, dont le prix de vente est plus élevé, va également se vendre rapidement si le produit est bien présenté, précise M. Desrochers.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Jean-BaptisteGranger Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Granger
Invité
Granger

Tristement , n’essayez pas de vendre votre maison dans le coin de l’aéroport , le bruit et la pollution par une retombée de polluant par le gaz dépensé par les avions qui traînent les planeurs .

Jean-Baptiste
Invité

Je ne pense pas que je pourrais acheter une maison aussi rapidement. Un achat immobilier demande pour moi beaucoup de réflexion. En revanche pour les vendeurs, cette situation doit vraiment être une aubaine.