François Gravel lance un nouveau roman jeunesse

Par Karine Guillet
François Gravel lance un nouveau roman jeunesse
François Gravel a signé plus de 100 livres en carrière et a été récompensé à de nombreuses reprises (Photo : (Photo Le Canada Français Archives)

Avec Neuro, François Gravel plonge le lecteur dans un univers dystopique pas si lointain où son héros, autiste, raconte son quotidien au sein d’un laboratoire auquel ses parents l’ont vendu.

Dans ce monde imaginé par le prolifique auteur jeunesse, Louis, vendu par ses parents à une société scientifique, se retrouve dans une classe entouré d’enfants tout aussi particuliers que lui. À travers le roman qu’il a commencé à écrire à la suggestion de son enseignante, il amène les jeunes lecteurs dans ce laboratoire dont il est un cobaye.

François Gravel ne le mentionne jamais en cours de route, mais le personnage central de cette fiction est autiste. Il dit avoir volontairement effacé ce terme du champ lexical. «Si le mot n’est pas dit, c’est pour une raison particulière. L’enfant se sent différent et il l’est, mais tous les enfants sont différents des autres dans le fond», note l’auteur.

Style

Cette différence, l’homme de lettres a même voulu l’exprimer à travers le style du roman. Il n’y a aucune virgule qui ponctue les 97 pages de l’œuvre, Louis n’en comprenant pas la fonction. Parfois, on a presque l’impression d’être plongé dans la tête de ce véritable verbomoteur qui enchaîne les pensées à la vitesse de l’éclair.

«C’est le style qui m’intéressait d’abord, raconte François Gravel. J’essaie, quand j’écris un livre, d’être le plus près possible de ce qu’on appelle le flux de la conscience. Les phrases qui nous passent par la tête ont rarement de la ponctuation. On pense à toutes sortes de choses, on passe d’un sujet à l’autre, en sautant du coq à l’âne.»

D’ailleurs, l’ex-enseignant dit lui-même avoir eu beaucoup de plaisir à écrire ce roman. «Je me suis mis dans la peau de ce personnage-là qui pensait différemment de moi. Je me suis laissé aller. Plutôt que de corriger les phrases et les mots, je l’ai écrit le plus rapidement possible. Ça a été un processus d’écriture différent de ce que je fais d’habitude.»

Klonk

L’auteur a aussi fait paraître récemment une réédition du troisième tome des aventures de Klonk, Le Cercueil de Klonk. «J’en ai profité pour nettoyer un peu le texte, pour retravailler certaines choses. C’est la même série qu’on offre dans un format plus moderne», note l’écrivain.

Un travail nourri par les commentaires d’enfants qu’il aura rencontrés lors de ses visites dans les écoles. Parmi les détails qu’il a peaufinés, il donne en exemple le narrateur, Fred, qui n’avait pas de nom dans les premiers tomes. Certaines références ont aussi dû être expliquées à ce nouveau public, comme c’est le cas du titre du deuxième volet Lance et Klonk, qui ne dit rien à des jeunes qui n’ont jamais connu la série.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des