Apprendre à gérer son stress est primordial

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Apprendre à gérer son stress est primordial
Julie Banville explique que la meilleure façon de gérer son stress est d'agir en prévention. (Photo : Photo Le Canada Français - Patrick Boucher)

Le stress n’est pas néfaste, au contraire. Mais il faut savoir reconnaître ses signes et savoir le gérer efficacement pour qu’il n’envahisse pas le quotidien. Voilà le message lancé par Julie Banville, propriétaire de Zen&Cie, lors de l’atelier «Pour une meilleure gestion du stress et de l’anxiété» qu’elle a récemment présenté à l’invitation du comité Entrepreneurs à cœur.

Les effets du stress sont multiples, tant sur le corps que sur l’esprit. Tensions au cou et dans le dos, impatience, eczéma, palpitations, insomnie, reflux gastrique sont quelques exemples.

Julie Banville les connaît bien. Avant de fonder sa propre entreprise, elle a œuvré dans l’entreprise familiale pendant une dizaine d’années. À un certain moment, le stress avait pris des proportions trop grandes pour elle.

«J’étais déjà stressée le matin. Je ne voyais plus clair. Tout était une montagne. J’ai décidé d’aller chercher des outils», explique-t-elle en préambule à son atelier.

Ayant un bagage dans le sport et la danse, elle s’est tournée vers le yoga. «Le yoga, ce n’est pas seulement des postures. C’est beaucoup plus large que ça. Il comporte quatre volets, soit la respiration profonde, les étirements et la posture, la relaxation et la méditation», explique-t-elle.

Voyant les bienfaits qu’avait cette pratique sur sa façon de gérer son stress, elle a fondé Zen&Cie afin d’en faire bénéficier aux travailleurs en milieu de travail.

Prévention

Julie Banville explique que le stress est un mécanisme d’adaptation visant à faire face au danger. Aujourd’hui, ces «dangers», appelés stresseurs ou facteur de stress, ne mettent pas notre vie en danger.

«Les éléments stressants surviennent à petites doses. Là où c’est dangereux, c’est qu’ils sont à petites doses [et peuvent devenir constants]», enchaîne la formatrice.

Les causes sont multiples et les conséquences peuvent être positives ou négatives. Accident, circulation, manque de temps, séparation, conflit, mariage, voyage, faire une présentation devant un groupe ou un achat immobilier, énumère Mme Banville.

«Identifier deux ou trois de vos stresseurs et travaillez-les. On installe l’habitude et on agit ensuite sur le stresseur lorsqu’il se présente. L’idée est d’instaurer des bases afin que, lorsqu’un événement stressant se présente, vous soyez capable de le gérer, poursuit Julie Banville. Il faut agir en prévention.»

Discipline

Aucune pilule magique n’existe pour y parvenir, martèle l’entrepreneure. Apprendre à gérer son stress demande un investissement personnel et de la discipline. «Ce n’est pas tant la durée qui est importante, c’est la fréquence», avise-t-elle.

Cinq ou dix minutes par jour peuvent suffire. «Tout le monde trouve du temps pour se brosser les dents. Imaginez-vous que vous vous brossez le cerveau», lance celle qui est également coauteure de deux ouvrages dédiés au yoga sur chaise.

Elle propose de faire divers exercices de relaxation, notamment de respiration. Ceux-ci, qui peuvent être réalisés n’importe où et à tout moment, apportent de nombreux bienfaits, dont un état de détente physique, calme les pensées, augmente la conscience corporelle et améliore la qualité du sommeil.

Stresseurs

«Plus on développe notre conscience corporelle, plus on informe son cerveau des stresseurs, mentionne Mme Banville. Les étirements permettent de délier les tensions physiques, de respirer de façon optimale, de calmer le flux de la pensée et de mieux relaxer.»

Dès le lever du lit, elle suggère de délier son corps en faisant des exercices simples: faire des cercles ou demi-cercles avec la tête, rouler les épaules vers l’avant et l’arrière ou encore plier les genoux et tenter de toucher le sol.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des