Maison Éthier compte bien assurer sa survie

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Maison Éthier compte bien assurer sa survie
Pour sa relance, Maison Éthier souhaite vendre cette bâtisse et rester locataire. (Photo : Journal Le Canada Français - Jessyca Viens-Gaboriau)

Deux ans après avoir pris les rênes de Maison Éthier, les nouveaux propriétaires, Sylvain Bonneau et François Éthier, ont dû se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). L’entreprise tient une vente de liquidation pour l’aider à redresser sa situation et assurer sa survie.

Maison Éthier éprouve des difficultés financières depuis plusieurs mois. En juin, elle a fait appel à la firme KPMG pour établir un plan de restructuration et le mettre en œuvre efficacement, explique Sylvain Bonneau, copropriétaire de Maison Éthier.

Parallèlement à cela, l’entreprise négociait avec la Caisse Desjardins du Haut-Richelieu. Le 24 octobre, l’institution financière a imposé un ultimatum. Maison Éthier avait une semaine pour rembourser la totalité des sommes dues qui s’élevaient à 8,3 M$ au 30 septembre 2018, selon la requête déposée par KPMG au tribunal, dont Le Canada Français a obtenu copie.

Chantal Corbeil, porte-parole du Mouvement Desjardins, souligne par courriel que «la Caisse a pris cette décision d’affaires après plusieurs mois de discussions avec Maison Éthier pour trouver des solutions aux difficultés financières qu’éprouve cette dernière. Malheureusement, les discussions ont abouti à une impasse.»

Protection

Maison Éthier s’est donc tournée vers les tribunaux pour assurer sa survie. «Desjardins a décidé de tirer la plogue, de rappeler ses prêts et de faire une mise sous séquestre de Maison Éthier pour pouvoir faire une liquidation ordonnée de nos biens. C’était la mort de Maison Éthier. Desjardins se payait en vendant nos inventaires et nos bâtisses, mais Maison Éthier n’existait plus. Les 91 emplois disparaissaient et nos créanciers perdaient toutes les dettes accumulées envers eux», résume Sylvain Bonneau. L’ensemble des créances garanties de Maison Éthier s’élève à 16,1 M$.

L’homme raconte que ce n’est pas pour faire faillite que lui et son associé François Éthier ont acquis les deux tiers des actions de Maison Éthier pour 19 M$ en octobre 2016. L’autre tiers est détenu par Pierre Éthier.

Le duo souhaitait ramener l’entreprise vers la rentabilité. «On était venus pour changer la business de bord et faire en sorte que Maison Éthier soit là pour encore 20 ans», poursuit-il.

M. Bonneau explique les difficultés financières par un financement inadéquat à leur type de commerce et d’inventaire. De plus, les anciens dirigeants ne leur auraient pas offert de support, contrairement à une entente conclue lors de la transaction.

Restructuration

Dans la requête déposée en Cour supérieure par KPMG, Maison Éthier souligne vouloir se placer sous la protection de la LACC pour pouvoir se restructurer.

Maison Éthier avait enclenché un processus pour mettre en vente ses deux bâtisses et y rester locataire. D’après un rapport produit par KPMG, quatre offres d’achat avaient été reçues, dont deux offraient un montant suffisant pour rembourser les principaux créanciers garantis, dont Desjardins. Maison Éthier souhaite poursuivre ce processus de mise en vente.

De plus, Sylvain Bonneau souligne aussi qu’un autre prêteur avait accepté de financer Maison Éthier, ce que confirment les documents déposés à la Cour. Au final, l’objectif est de sauver l’entreprise et les 91 emplois qui y sont associés, dont une quinzaine à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le 15 novembre, le juge Jean-François Michaud leur a accordé un délai de 30 jours pour soumettre un plan pour démontrer la viabilité.

Vente de liquidation

En entrevue lundi, Sylvain Bonneau souligne que sa priorité est de livrer les achats de tous les clients qui ont effectué un dépôt. Ceux-ci s’élevaient à 2,2 M$ au 30 septembre dernier.

Pour y parvenir, l’entreprise doit générer des liquidités. Une «liquidation extrême» a été lancée la semaine dernière. «Maison Ethier a 5 M$ en stock à liquider en bas du prix coûtant», lit-on sur sa page Facebook.

«Avec ça, je vais pouvoir aller acheter le stock que les clients ont commandé et leur livrer. C’est un cercle qui fait en sorte que la business va repartir d’elle-même et qu’on va pouvoir la ramener à la rentabilité», explique le copropriétaire.

Il convient qu’avec cette vente, Maison Éthier ne génèrera pas de profits puisqu’elle vendra en deçà du prix payé. «On fait rentrer de l’argent, répète-t-il. Après ça, on va pouvoir racheter de l’inventaire qui va nous permettre de faire un meilleur profit et une business plus normale.»

Solidarité

Sylvain Bonneau relate qu’un vent de sympathie souffle vers son entreprise. «Des gens viennent nous voir. C’est sûr qu’ils cherchent un deal , mais ils se demandent ce qu’ils peuvent acheter pour nous aider», raconte-t-il.

Il remercie aussi ses employés pour leur loyauté, malgré les inquiétudes. «Depuis quelques mois, les gens connaissent nos difficultés à l’interne. La grande majorité est restée ici pour nous aider à sortir Maison Éthier du pétrin. C’est extrêmement encourageant de voir comment les gens sont dédiés et loyaux dans l’état de la situation», poursuit M. Bonneau.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] À lire aussi : Maison Éthier compte bien assurer sa survie […]