Mylène Gaudreau promet d’être une députée présente

Par Louise Bedard
Mylène Gaudreau promet d’être une députée présente
Mylène Gaudreau, du Parti libéral du Québec, poursuit cette semaine ses rencontres avec les organismes du comté d'Iberville. (Photo : Le Canada Français Jessyca Viens-Gaboriau)

Mylène Gaudreau, candidate du Parti libéral du Québec dans le comté d’Iberville, n’est entrée dans la course qu’au déclenchement des élections.

Malgré tout, elle dit avoir réussi à sillonner la circonscription assistant jusqu’à quatre événements par jour. Mère et belle-mère de jeunes enfants, elle poursuit sur la même lancée jusqu’au jour de l’élection.

Dans un dernier message aux électeurs, elle promet d’être une députée présente. Elle évalue que la campagne se joue beaucoup au niveau national, mais les électeurs d’Iberville doivent se demander avec qui ils veulent travailler au cours des quatre prochaines années.

Les gens lui ont parlé certes de pénurie de main-d’œuvre, mais elle s’est fait dire aussi que la députée sortante Claire Samson, de la Coalition avenir Québec, n’était pas présente dans le comté.

«Je veux qu’ils (les électeurs) sachent que je ne suis pas là juste pour les élections. Ils ne me verront pas uniquement sur les pancartes», poursuit-elle promettant d’être une députée plus présente que l’actuelle.

Pour Mme Gaudreau, les citoyens ont donc le choix entre elle, la candiate de la CAQ et celui du Parti québécois «qui est pour la séparation du Québec».

Campagne

Nouvelle résidence de Saint-Jean-sur-Richelieu, Mme Gaudreau s’est lancée dans la campagne alors qu’elle n’était pas connue dans la région. Elle possède toutefois une connaissance du milieu politique ayant été attachée de presse de ministres. Travaillant autrefois dans l’ombre, elle se retrouve aujourd’hui en contact des électeurs. Elle a pris plaisir à aller à la rencontre des électeurs, mentionne-t-elle.

Ne pouvant s’appuyer au départ sur une organisation, elle explique avoir recruté par la suite des gens prêts à lui donner un coup de main après l’avoir rencontrée dans sa tournée du comté. «Les gens étaient très accueillants et ils avaient hâte de me rencontrer», dit-elle.

Aux élections d’avril 2014, le Parti libéral a dû se contenter de la troisième place dans Iberville. Dans les comtés francophones de la Montérégie, la lutte se dessine le plus souvent entre la CAQ et le Parti québécois. Qu’espère-t-elle de l’élection du 1er octobre? «Pour n’importe quel candidat, l’objectif est toujours de gagner. Je suis entrée (dans la campagne) avec une énergie positive», répond-elle.

Enjeux

Les électeurs lui ont-ils parlé beaucoup des coupes budgétaires qui ont frappé les services publics? La candidate du parti au pouvoir convient que tous les Québécois ont dû se serrer la ceinture, mais le gouvernement a réussi à équilibrer le budget et l’État a maintenant plus de latitude pour gérer.

Dans les résidences de personnes âgées qu’elle a presque toutes visitées, les gens lui ont surtout fait part de la pénurie de main-d’œuvre, soutient-elle.

Dans sa tournée des municipalités, les élus lui ont fait part des besoins en infrastructures tant pour l’approvisionnement en eau que pour les loisirs.

Répondant à d’autres préoccupations entendues, elle fait valoir le programme de son parti pour améliorer les services de l’Internet haute vitesse et l’installation de bornes additionnelles de recharge électrique en milieu rural.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des